NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Jean-Jacques Rousseau Huitième Lettre de la M ... Un barrage contre le Pacifique » de Marguerit ... >>


Partager

Sartre: L'Être et le Néant — L'existence d'autrui chapitre Le Regard.

Philosophie

Aperçu du corrigé : Sartre: L'Être et le Néant — L'existence d'autrui chapitre Le Regard.



document rémunéré

Document transmis par : bob47638


Publié le : 11/2/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Sartre: L'Être et le Néant — L'existence d'autrui chapitre Le Regard.
Zoom

• L'idée générale du texte est la suivante : Autrui représente « la part du diable «; avec la médiation de son regard, une métamorphose s'opère dans mon être profond, je reconnais alors que je suis « tombé « dans le monde et je m'appréhende comme objet devant une transcendance et une liberté. Par le regard de l'Autre, mon exsistence m'échappe et se fige. C'est le drame de ma transcendance piégée que Sartre donne à voir en ces lignes.
 Le problème posé dans ce texte est donc celui de l'existence devant Autrui. Que suis-je pour autrui quand ii me regarde ou, d'une manière plus générale, quand il entre en relation avec moi?
 
 • Quelle est la structure du texte? Il se divise assez nettement en deux parties, la première partie énonçant la thèse sartrienne, la seconde nuançant cette thèse avec beaucoup de subtilité. Cette première partie va de « S'il y a un autre « jusqu'à « comme telle « et se subdivise en trois sous-parties (1 - S'il y a un autre... nature - 2 - ma chute originelle c'est l'existence de l'autre - 3 - et la honte... comme telle). La seconde partie s'organise, elle aussi, en trois sous-parties : 1 - Ce n'est pas... chose - 2 - mais elle est là-bas... pour l'autre - 3 - Je saisis... propres possibilités.
  



« S'il y a un Autre, quel qu'il soit, où qu'il soit, quels que soient ses rapports avec moi, sans même qu'il agisse autrement sur moi que par le pur surgissement de son être, j'ai un dehors, j'ai une nature; ma chute originelle c'est l'existence de l'autre; et la honte est — comme la fierté — l'appréhension de moi-même comme nature, encore que cette nature même m'échappe et soit inconnaissable comme telle. Ce n'est pas, à proprement parler, que je me sente perdre ma liberté pour devenir une chose, mais elle est là-bas, hors de ma liberté vécue, comme un attribut donné de cet être que je suis pour l'autre. Je saisis le regard de l'autre au sein même de mon acte, comme solidification et aliénation de mes propres possibilités. «
 
 Sartre
 
 L'Être et le Néant — L'existence d'autrui chapitre Le Regard.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2549 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Sartre: L'Être et le Néant — L'existence d'autrui chapitre Le Regard." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit