UNE SATIRE SOCIALE: La Fausse Suivante de Marivaux (commentaire)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Comment reconnaît-on un objet ? Comment recon ... INTRODUCTION A L’ÉTUDE DE LA MÉDECINE E ... >>


Partager

UNE SATIRE SOCIALE: La Fausse Suivante de Marivaux (commentaire)

Littérature

Aperçu du corrigé : UNE SATIRE SOCIALE: La Fausse Suivante de Marivaux (commentaire)



Publié le : 25/8/2015 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
UNE SATIRE SOCIALE: La Fausse Suivante de Marivaux (commentaire)
Zoom

Certes, il s'agit d'une réplique — le discours à la première personne, l'inter­pellation : « mon ami «, la vivacité du ton renvoient au discours théâtral —, mais elle se prolonge, devient tirade et même portrait. Sous couvert d'infor­mer Frontin et le spectateur de ses aventures, Trivelin, et derrière lui Marivaux, nous propose le portrait d'un homme qui n'est pas de condition.

Trivelin s'expose comme un person­nage à double facette, qui cultive le masque comme d'autres la sincérité (cf. Les Sincères). La tirade débute sur un système binaire qui renforce les effets anaphoriques et les antithèses. Nous sommes d'emblée renseignés sur la duplicité d'un homme qui change de condition sociale, de caractère et de morale. Dans ce début brillant se lit la jouissance de celui qui pratique l'exer­cice du masque.



Dans la première scène de La Fausse Suivante, Trivelin au chômage « rencontre une vieille connaissance, Frontin, qui lui demande des nouvelles.

TRIVELIN

 

Que te dirai-je enfin ? Tantôt maître, tantôt valet ; tou­jours prudent, toujours industrieux ; ami des fripons par intérêt, ami des honnêtes gens par goût ; traité poliment sous une figure, menacé d'étrivières sous une autre ; chan­geant à propos de métier, d'habit, de caractère, de moeurs ; risquant beaucoup, résistant peu ; libertin dans le fond, réglé dans la forme ; démasqué par les uns, soupçonné par les autres, à la fin équivoque à tout le monde, j'ai tâté de tout ; je dois partout ; mes créanciers sont de deux espè­ces : les uns ne savent pas que je leur dois ; les autres le savent et le sauront longtemps. J'ai logé partout sur le pavé, chez l'aubergiste, au cabaret, chez le bourgeois, chez l'homme de qualité, chez moi, chez la justice, qui m'a sou­vent recueilli dans mes malheurs ; mais ses appartements sont trop tristes et je n'y faisais que des retraites ; enfin mon ami, après quinze ans de soins, de travaux et de pei­nes, ce malheureux paquet est tout ce qui me reste; voilà ce que le monde m'a laissé, l'ingrat ! après ce que j'ai fait pour lui ! tous ses présents, pas une pistole.

La Fausse Suivante, acte I, scène 1.





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : UNE SATIRE SOCIALE: La Fausse Suivante de Marivaux (commentaire) Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "UNE SATIRE SOCIALE: La Fausse Suivante de Marivaux (commentaire)" a obtenu la note de : aucune note

UNE SATIRE SOCIALE: La Fausse Suivante de Marivaux (commentaire)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit