Le savoir rend-t-il heureux ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le savoir peut-il nous délivrer du mal ? Le scientifique peut-il douter ? >>


Partager

Le savoir rend-t-il heureux ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le savoir rend-t-il heureux ?



Publié le : 6/11/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Le savoir rend-t-il heureux 	?
Zoom

Etymologiquement le "bon heur" signifie la bonne chance que l'on retrouve dans l'expression "porte-bonheur" ou au "petit bonheur la chance" ou "par bonheur":

le bonheur en ce sens se trouve lié à un certain hasard qui se veut heureux ici.

Or y a-t-il véritablement des conditions du bonheur ? Si la chance ou le hasard ne sont pas les conditions du bonheur, le savoir, la connaissance peut-il être une condition de celui-ci? le savoir peut signifier ici aussi bien l'ensemble des connaissances acquises que l'état d'esprit de celui qui sait. Le bonheur serait-il un état d'esprit où le bienheureux sait. Mais que sait-il? Le savoir est-il la sagesse ?

 



  3. TRANSITION Si le bonheur reste une réalisation dont les moyens ne nous sont pas données,si le bonheur n'est pas en nous, le savoir, la connaissance peuvent-ils nous libérer de notre condition malheureuse. Le savoir est-il une condition de possibilité du bonheur? II. le savoir comme condition du bonheur Le savoir consiste à sortir de l'ignorance, à comprendre en nous ce qui nous reste obscur, à connaître nos désirs pour accéder à une sorte de calme de l'âme, d'ataraxie. 1. connaître ses désirs pour connaître le bonheur dans une certaine mesure des plaisirs. Texte : Épicure, lettre à Ménécée, "C'est un grand bien, croyons-nous, que de savoir se suffire à soi-même non pas qu'il faille toujours vivre  de peu en général, mais parce que si nous  n'avons pas l'abondance, nous saurons être contents de peu, bien convaincus que ceux-là jouissent mieux de l'opulence, qui en ont le moins besoin." 2. connaître nous rend heureux : pour un sage la véritable utilité définie par la recherche intelligente du bonheur   se confond avec la moralité : tout ce que la moralité commune peut présenter comme contraignant, le sage redécouvre rationnellement comme la réalisation même du bonheur.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Le savoir rend-t-il heureux 	? Corrigé de 2485 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Le savoir rend-t-il heureux ?" a obtenu la note de : aucune note

Le savoir rend-t-il heureux ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit