Les sciences font-elles de nous des dieux, des apprentis-sorciers ou des hommes ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Danceny : un pur innocent ? A chaque âge sa liberté ? >>


Partager

Les sciences font-elles de nous des dieux, des apprentis-sorciers ou des hommes ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Les sciences font-elles de nous des dieux, des apprentis-sorciers ou des hommes ?



Publié le : 11/12/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Les sciences font-elles de nous des dieux, des apprentis-sorciers ou des hommes	?
Zoom

 "La science fait des miracles", nous dit-on parfois. Or l'être ou les êtres à qui l'on attribue la faculté de produire des miracles, ce sont justement les dieux ou les sorciers. Un miracle est divin, magique, et non "simplement" humain. Dire que "la science fait des miracles", c'est dire que l'homme de science, jusque-là perçu comme un "homme", acquiert le statut d'un dieu ou d'un magicien. Posséder la science, ce serait alors comme posséder un pouvoir.

Pourtant, il est loin d'être évident que les sciences produisent effectivement des miracles. Un miracle est un contournement des lois de la nature (un "hors-la-loi", si l'on veut). Il est ce qui n'aurait pas dû ou pas pu arriver. Il est contraire aux lois naturelles. Or justement, les sciences consistent avant tout dans la découverte et la compréhension de ces lois naturelles, et non dans leur contournement. Elles décrivent et utilisent les lois de la nature (pour prévoir un événement, réaliser une machine, par exemple), mais jamais, semble-t-il, elles ne pourraient transgresser ces lois.

A ce point du raisonnement, nous sommes face à un paradoxe : les sciences semblent conférer un "pouvoir surnaturel" aux hommes, mais en même temps elles en sont en elles-mêmes incapables, puisqu'elles ne peuvent pas s'élever au-dessus de la nature. Comment sortir de cette aporie, de cette impasse ? Comment répondre à la question : "les sciences font-elles de nous des dieux, des apprentis sorciers ou des hommes ?", si nous sommes face à un tel paradoxe ? C'est peut-être qu'il nous faut retourner la question, et se demander non ce que les sciences "font" de nous, mais ce que nous, êtres humains, faisons de ces sciences. Il faut se demander dans quel rapport à la nature nous nous plaçons lorsque nous développons et utilisons les sciences.

Un dieu, tel que nous le concevons, est dans un rapport entièrement libre et créateur par rapport à la nature : il crée les lois, a le pouvoir de les changer ou de les outrepasser.

Un apprenti sorcier se met en rapport à la nature sous la forme du jeu et de l'infraction : il tente, sans maîtriser ce qu'il fait, de s'affranchir des lois de la nature, de les manipuler.

Un homme est, en tant qu'être naturel dénué de pouvoir, dans un rapport d'intégration et de soumission à la nature : il fait partie de la nature, et est soumis à ses lois. Mais, en tant qu'être intelligent, il peut aussi connaître ces lois, et apprendre d'elles.

Le problème est alors le suivant : comment et jusqu'où les sciences, en tant qu'ensemble de théories et de pratiques, modifient notre rapport à la nature, et modifient en conséquence l'homme lui-même ? 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Les sciences font-elles de nous des dieux, des apprentis-sorciers ou des hommes	? Corrigé de 2556 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Les sciences font-elles de nous des dieux, des apprentis-sorciers ou des hommes ?" a obtenu la note de : aucune note

Les sciences font-elles de nous des dieux, des apprentis-sorciers ou des hommes ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit