LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Analysez ou résumez à votre choix cet extrait ... Le Mariage de Figaro, Beaumarchais - Acte III ... >>


Partager

Selon votre préférence, vous ferez soit un court résumé du passage suivant dont vous respecterez le mouvement, soit une analyse qui, distinguant et analysant les thèmes, s'attache à rendre compte de leurs rapports. Vous dégagerez ensuite du texte un problème que vous jugez important, en préciserez les données, le discuterez s'il y a lieu et exposerez, en les justifiant, vos propres vues sur la question.

Littérature

Aperçu du corrigé : Selon votre préférence, vous ferez soit un court résumé du passage suivant dont vous respecterez le mouvement, soit une analyse qui, distinguant et analysant les thèmes, s'attache à rendre compte de leurs rapports. Vous dégagerez ensuite du texte un problème que vous jugez important, en préciserez les données, le discuterez s'il y a lieu et exposerez, en les justifiant, vos propres vues sur la question.



Publié le : 16/2/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Selon votre préférence, vous ferez soit un court résumé du passage suivant dont vous respecterez le mouvement, soit une analyse qui, distinguant et analysant les thèmes, s'attache à rendre compte de leurs rapports. Vous dégagerez ensuite du texte un problème que vous jugez important, en préciserez les données, le discuterez s'il y a lieu et exposerez, en les justifiant, vos propres vues sur la question.
Zoom

[Hector, fils du roi Priam, vient de rentrer à Troie, à la tête d'une arillée victorieuse. La guerre est finie. Quand Hector aura prononcé le discours aux morts, on fermera les portes du temple de la guerre. Mais une autre guerre menace, guerre dont Démokos est partisan.]
HECTOR. — 0 vous qui ne nous entendez pas, qui ne nous voyez pas, écoutez ces paroles, voyez ce cortège. Nous sommes les vainqueurs. Cela vous est bien égal, n'est-ce pas ? Vous aussi vous l'êtes. Mais, nous, nous sommes les vainqueurs vivants ! C'est ici que commence la différence. C'est ici que j'ai honte. Je ne sais si dans la foule des morts on distingue les morts vainqueurs par une cocarde. Les vivants, vainqueurs ou non, ont la vraie cocarde, la double cocarde. Ce sont leurs yeux. Nous, nous avons deux yeux, mes pauvres amis. Nous voyons le soleil. Nous faisons tout ce qui se fait dans le soleil. Nous mangeons. Nous buvons... Et dans le clair de lune !... Nous couchons avec nos femmes... Avec les vôtres aussi...
DÉmokos. — Tu insultes les morts, maintenant ?
HECTOR. — Vraiment, tu crois ?
DÉMOKOS. — Ou les morts, ou les vivants.
HECTOR. — Il y a une distinction...
PRIAM. — Achève, Hector... Les Grecs débarquent...
HECTOR. — J'achève... 0 vous qui ne sentez pas, qui ne touchez pas, respirez cet encens, touchez ces offrandes. Puisqu'enfin c'est un général sincère qui vous parle, apprenez que je n'ai pas une tendresse égale, un respect égal pour vous tous. Tout morts que vous êtes, il y a chez vous la même proportion de braves et de peureux que chez nous qui avons survécu et vous ne me ferez pas confondre, à la faveur d'une cérémonie, les morts que j'admire avec les morts que je n'admire pas. Mais ce que j'ai à vous dire aujourd'hui, c'est que la guerre me semble la recette la plus sordide et la plus hypocrite pour égaliser les humains et que je n'admets pas plus la mort comme châtiment ou comme expiation au lâche que comme récompense aux vivants. Aussi qui que vous soyez, vous absents, vous inexistants, vous oubliés, vous sans occupation, sans repos, sans être, je comprends en effet qu'il faille en fermant ces portes excuser près de vous ces déserteurs que sont les survivants, et ressentir comme un privilège et un vol ces deux biens qui s'appellent de deux noms, dont j'espère que la résonance ne vous atteint jamais, la chaleur et le ciel.


Jean GIRAUDOUX, La Guerre de Troie n'aura pas lieu, II. 5 (Grasset).




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1967 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Selon votre préférence, vous ferez soit un court résumé du passage suivant dont vous respecterez le mouvement, soit une analyse qui, distinguant et analysant les thèmes, s'attache à rendre compte de leurs rapports. Vous dégagerez ensuite du texte un problème que vous jugez important, en préciserez les données, le discuterez s'il y a lieu et exposerez, en les justifiant, vos propres vues sur la question." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit