NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Sénégambie Tchécoslovaquie >>


Partager

Serbie-et-Monténégro

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : Serbie-et-Monténégro



Publié le : 5/4/2013 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Serbie-et-Monténégro
Zoom


1   PRÉSENTATION

Serbie-et-Monténégro, en serbe Srbija i Crna Gora, ancien pays du sud-est de l’Europe, situé dans la péninsule des Balkans, composé des républiques de Serbie et du Monténégro, qui a existé de 2003 à 2006. Sa capitale était Belgrade, qui se trouve en Serbie.

Le territoire de la Serbie-et-Monténégro était bordée au nord par la Hongrie, à l’est par la Roumanie et la Bulgarie, au sud par l’Ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM) et l’Albanie, et à l’ouest par la mer Adriatique, la Croatie et la Bosnie-Herzégovine.

Constituée en avril 1992, la République fédérale de Yougoslavie (RFY) était issue de l’éclatement de la République socialiste fédérative de Yougoslavie, trois des six républiques qui la composaient ayant fait sécession en 1991 (Croatie, Slovénie, Macédoine) et une en 1992 (Bosnie-Herzégovine). En attente de reconnaissance internationale officielle, la nouvelle fédération avait été désignée par l’ONU par le nom de République fédérale de Yougoslavie (Serbie et Monténégro) ; elle était connue également sous les noms de Fédération de Serbie et Monténégro, et de République fédérale de Serbie et Monténégro. En mars 2002, un accord avait été signé entre le président fédéral et les présidents de la Serbie et du Monténégro afin de remplacer la République fédérale de Yougoslavie (RFY) par un État de Serbie-et-Monténégro, proclamé en février 2003. En juin 2006, le Monténégro proclama son indépendance, ce qui contraint la Serbie à faire de même. Avec la naissance de ces deux États distincts, la Serbie et le Monténégro, l’ancienne Yougoslavie fut définitivement dissoute (la Voïvodine et le Kosovo demeurant des provinces autonomes serbes).

2   GÉOGRAPHIE

La Serbie-et-Monténégro comprenait environ 50 p. 100 du territoire de l’ex-Yougoslavie. La superficie totale du pays était de 102 173 km². La Serbie, au nord, couvrait 86 p. 100 de la superficie de l’État. Au sud-ouest, le Monténégro possédait près de 199 km de côtes pierreuses le long de la mer Adriatique.

3   POPULATION ET SOCIÉTÉ
3.1   Démographie

Avant leur séparation, la Serbie-et-Monténégro comptait 10 832 545 habitants (en 2006), soit une densité de 106 habitants au km2.

En 1995, le taux de croissance annuelle de la population était de 1,3 p. 100, avec un indice de fécondité de 2 enfants par femme. Pour la période 1995-2000, la part des moins de 15 ans dans la population totale était estimée à 22 p. 100, celle des individus âgés de 65 ans et plus, à 11 p. 100. L’espérance de vie moyenne était de 73 ans. Comme toutes les données chiffrées concernant les pays de l’ex-Yougoslavie, celles-ci sont à considérer avec circonspection.

En outre, la dégradation des conditions de vie liée à plusieurs années de conflit avait entraîné une grande partie de la population (un tiers selon certains observateurs) à vivre en dessous du seuil de pauvreté.

La population de la RFY appartenait au groupe des Slaves. Les Serbes étaient numériquement les plus importants (62 p. 100 de la population), suivis par les Albanais du Kosovo (17 p. 100 de la population). Les Monténégrins représentaient près de 5 p. 100 de la population, la minorité hongroise, concentrée dans l’ancienne province autonome de Voïvodine, dans le nord, 3 p. 100 de la population. Les Musulmans, c’est-à-dire des Slaves islamisés constituant, selon les critères yougoslaves, une nationalité, représentaient 2 p. 100 des habitants. Cependant, le conflit yougoslave a bouleversé ces données ; alors que de nombreux Croates et de Musulmans ont fui la Serbie, près de 400 000 Serbes de Croatie et de Bosnie-Herzégovine étaient venus y trouver refuge.

3.2   Villes principales

La RFY comptait environ 52 p. 100 d’habitants en milieu urbain. Les principales villes étaient Belgrade, la capitale (1 136 786 habitants) ; Novi Sad (178 896 habitants), port fluvial et capitale de la province de Voïvodine ; Niš (161 376 habitants), centre industriel au sud-est de la Serbie ; Kragujevac (146 607 habitants), ville industrielle et ancienne capitale de la Serbie ; Podgorica (100 000 habitants), capitale du Monténégro ; Priština (108 083 habitants), capitale de la province du Kosovo ; Subotica (100 219 habitants), grand marché agricole en Voïvodine.

3.3   Institutions et vie politique

République fédérale, la RFY avait des institutions au niveau fédéral et au niveau des deux républiques constituantes (Serbie et Monténégro), qui possédaient chacune leur propre gouvernement, avec un président et une Assemblée. En avril 1992, l’Assemblée fédérale de la RFY avait rédigé et adopté une Constitution d’inspiration démocratique. La Constitution de l’État de Serbie-et-Monténégro avait été adoptée le 4 février 2003.

3.3.1   Organisation des pouvoirs

Le pouvoir législatif appartenait à l’Assemblée fédérale, qui comptait 126 députés (91 pour la Serbie, 35 pour le Monténégro). L’Assemblée fédérale, dont les membres étaient élus au suffrage universel pour quatre ans, fixait le budget et décidait de la politique étrangère ; elle élisait le président de la République, détenteur du pouvoir exécutif, pour un mandat de quatre ans. Il nommait le Premier ministre et commandait les forces armées.

En raison de la position dominante occupée par la Serbie dans la fédération, le gouvernement serbe était à maints égards bien plus puissant que le gouvernement fédéral.

3.3.2   Partis politiques

Les principaux partis politiques serbes étaient le Parti radical serbe (SRS, ultranationaliste), le Parti démocratique de Serbie (DSS, conservateur), le Parti démocrate (DS, centriste), G-17 Plus (centriste), le Parti socialiste de Serbie (SPS), le Mouvement du renouveau serbe (SPO) et l’Alliance civique de Serbie (GSS, libéral). Les principaux partis politiques monténégrins étaient le Parti démocratique des socialistes (DPS), le Parti social-démocrate (SDP), le Parti socialiste populaire (SNP), pro-yougoslave, l’Alliance libérale (LSCG), indépendantiste, et le Parti socialiste populaire (SNP), pro-yougoslave.

3.3.3   Défense nationale

L’armée fédérale avait participé à des opérations militaires contre la Croatie en 1991 et contre la Bosnie en 1992 ; elle avait fourni armes et munitions aux Serbes de Bosnie et mené des bombardements aériens pour soutenir leurs opérations au sol. Au milieu des années 1990, les effectifs des forces armées fédérales étaient estimés à 125 000 hommes, soit 90 000 hommes dans l’armée de terre, 6 000 hommes dans la marine et 29 000 hommes dans l’aviation. Le service militaire, qui durait de douze à quinze mois, était obligatoire. En 1994, 23,1 p. 100 du produit intérieur brut (PIB) avait été consacré aux dépenses de défense nationale.

3.4   Langues et religions

La langue officielle était le serbe, l’une des deux formes du serbo-croate, langue qui n’est plus reconnue par les Serbes, ni par les Croates. La principale différence entre les deux idiomes réside dans l’alphabet (cyrillique pour le serbe, latin pour le croate), mais depuis 1991, Croates et Serbes ont procédé à une révision linguistique visant à enlever au serbo-croate des tournures et des variantes qui unifiaient la langue. L’albanais était la deuxième langue la plus utilisée.

La religion majoritaire était la branche orthodoxe serbe de l’Église d’Orient (70 p. 100 de la population). L’islam sunnite était pratiqué par les Albanais du Kosovo ; il existait également des communautés catholiques et réformées.

3.5   Éducation

Le taux d’alphabétisation chez les plus de dix ans était d’environ 89 p. 100. L’enseignement primaire était, en principe, gratuit et obligatoire. En 1992, 65 p. 100 des enfants de la classe d’âge concernée étaient scolarisés dans l’enseignement secondaire, 19 p. 100 l’étaient dans le supérieur. Les principaux établissements d’enseignement supérieur étaient l’université de Belgrade, l’université de Niš et l’université de Novi Sad.

4   ÉCONOMIE
4.1   Généralités

L’économie de la RFY avait été menée au bord du gouffre par le conflit yougoslave, qui conduisit à une rupture de ses liens commerciaux traditionnels et à des sanctions économiques infligées par la communauté internationale de 1992 jusqu’en octobre 1996. En outre, la RFY s’était vu refuser la succession de la Yougoslavie dans diverses organisations économiques, dont le Fonds monétaire international (FMI), et pour certains traités comme l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT).

Comme toutes les données chiffrées des pays de l’ex-Yougoslavie, celles qui concernent l’économie sont à considérer avec prudence. En 1996, le PIB représentait 19,45 millions de dollars. En 1996, l’inflation avait dépassé les 60 p. 100, et le chiffre annoncé du c...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Serbie-et-Monténégro" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit