LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La machine fournit-elle un modèle pour compr ... Faut-il laisser une place à l'irrationnel da ... >>


Partager

Soigne-t-on un être vivant comme on répare une machine ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Soigne-t-on un être vivant comme on répare une machine ?



Publié le : 17/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Soigne-t-on un être vivant comme on répare une machine ?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Soigne-t-on un être vivant comme on répare une machine ?




Canguilhem le souligne à plusieurs reprises, et notamment dans son article « Du social au vital », où il écrit « dans un organisme vivant, les règles d'ajustement des parties entre elles sont immanentes, présentes sans être représentées, agissantes sans délibération ni calcul. Il n'y a pas ici d'écart, de distance, ni de délai entre la règle et la régulation (...) L'ordre vital est fait d'un ensemble de règles vécues sans problèmes ». Les normes vitales ont cette particularité d'être immanentes et immédiates, tandis que les normes mécaniques et techniques doivent sans cesse être réajustées, testées, affinées. b) La différence entre soigner et réparer prend tout son sens en ceci que la guérison n'est jamais une réparation, un retour à l'état antérieur. Réparer une machine c'est la faire retourner à l'état d'avant la panne ; soigner, c'est aider l'être vivant à trouver et à s'accommoder de nouvelles normes vitales. C'est la position de Canguilhem dans Le normal et le pathologique. Enfin, si le vivant était assimilable à une machine, il n'y aurait pas de problème de rejet de greffe (un tissu vivant n'en vaux pas un autre, tandis que deux écrous se valent). c) Le vivant se démarque par sa capacité d'adaptation, par sa plasticité, et finalement on peut penser qu'il est plus pertinent de lire dans l'histoire de l'évolution technique une tentative pour imiter le vivant (son mode de fonctionnement idéal, autorégulateur et capable d'adaptation), plutôt que de voir le vivant sous les traits d'une machine, c'est là une thèse défendue par Canguilhem dans La connaissance de la vie. On peut penser aux exemples des conduites ou pilotes automatiques dans les voitures ou avions.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1343 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Soigne-t-on un être vivant comme on répare une machine ? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit