NoCopy.net

Sommes-nous libres lorsque rien, en nous ni hors de nous, n'oriente notre choix ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Liberté, égalité, fraternité : y a-t-il un l ... qu'est-ce qu'un irresponsable ? >>


Partager

Sommes-nous libres lorsque rien, en nous ni hors de nous, n'oriente notre choix ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Sommes-nous libres lorsque rien, en nous ni hors de nous, n'oriente notre choix ?



Publié le : 4/8/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Sommes-nous libres lorsque rien, en nous ni hors de nous, n'oriente notre choix	?
Zoom

Il s'agit de se concentrer sur la notion d'orientation au coeur du sujet. S'orienter, c'est se fixer une direction, un but, c'est se repérer. Or, si rien en moi ou hors de moi ne suscite une certaine orientation dans mon action, alors je suis libre. Rien ne s'impose alors à moi, rien ne décide ni en moi, ni en dehors de moi, de la direction à prendre. Libre à moi de juger une situation pour opter pour une solution? Non, puisque cet environnement ne propose rien: silence au dehors et au dedans, j'avance à l'aveugle sans pouvoir m'appuyer sur des balises qui marqueraient une voie favorable

J'agis « au hasard «, et vois mon acte fécond ou non a posteriori: je vois « si ça a marché «. Mais être libre, est-ce vivre sans but, à l'aventure dirions-nous, sans rien qui me dise par avance ce que je dois faire? Attention, il ne s'agit pas ici de faire ce que l'on veut. Au contraire, on ne suit rien, on avance et c'est tout. Peut-on vivre ainsi? Ne pas vouloir consulter dans notre environnement ou en nous quelque chose d'après lequel on puisse être guidé, n'est ce pas déjà un but que l'on se fixe?

 



Rien n'arrive sans raison, je fais toujours quelque chose selon un mobile.Que je décide d'aller contre toutes bonnes raisons, afin de montrer que je suis libre ou que je ne suive que mes inclinations, que je vois ce qu'est le meilleur, mais que je m'obstine à faire le mal afin de montrer le libre visage de ma volonté: ceci est encore une raison, celle de ne pas suivre des raisons. Si je choisi, c'est que j'agis, i-e qu'il ne s'agit pas d'un simple mouvement, un réflexe en moi comme par exemple l'activation de l'arc réflexe de ma jambe que le médecin contrôle. Si je choisis, je délibère, je planifie au moins a minima, prenant compte de ce que je peux, selon mes capacités, les circonstances, ce que je crois être le bien, ou la situation. A cela nous pourrions rajouter une partie psychologique. Dans ses Nouveaux Essais sur l'entendement humain, Leibniz nous rappelle que lorsque je suis face à une alternative, des petites perceptions me font pencher d'un côté ou d'un autre sans que je m'en rende compte. Lorsqu'une scie coupe une bûche: si une seule de ses dents frottait le bois, nous ne l'entendrions pas, son bruit étant trop infime (de même pour deux ou trois dents). Ces différentiels, i-e ces quantités infinitésimales de son, doivent être additionnés, sommés, pour franchir le seuil où j'en deviens conscient. Pourtant, mon esprit a dû entendre les premiers sons de la scie, ne serait-ce que pour pouvoir les additionner. Je n'en avais pas conscience, et pourtant mon esprit les saisissait, aussi infimes soient-ils.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Sommes-nous libres lorsque rien, en nous ni hors de nous, n'oriente notre choix	? Corrigé de 1485 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Sommes-nous libres lorsque rien, en nous ni hors de nous, n'oriente notre choix ?" a obtenu la note de : aucune note

Sommes-nous libres lorsque rien, en nous ni hors de nous, n'oriente notre choix ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit