LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Sommes-nous prisonniers de notre fonction ? Sommes-nous prisonniers du temps ? >>


Partager

Sommes-nous prisonniers de notre passé ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Sommes-nous prisonniers de notre passé ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Sommes-nous prisonniers de notre passé 	?
Zoom

 Le principal caractère du temps est son ordre qui s’impose à l’attention, et plus précisément, l’irréversibilité de cet ordre. On peut ainsi tout inverser, sauf le temps. On peut mettre les choses la tête en bas, mettre « la charrue avant les bœufs « même si c’est difficile, dangereux, ce n’est pas impossible. Mais on aura beau retourner sur ses pas, rien ne défera l’aller. Lavelle dira que « L’irréversibilité constitue pourtant le caractère le plus essentiel du temps, le plus émouvant, et celui qui donne à notre vie tant de gravité « (Du temps et de l’éternité). Jankélévitch affirmera : « Le voyageur revient à son point de départ, mais il a vieilli entre-temps ! « (L’irréversible et la nostalgie). Ainsi l’irrémédiable réside en ceci qu’une fois qu’on est parti d’un point du temps, celui-ci ne peut plus jamais être retrouvé, puisqu’il est toujours déjà passé. Quelles seront les pistes qui permettront d’établir l’existence du passé au sein du présent ? 


  • A. Nous sommes prisonniers de notre passé.

a) Passé = irréversibilité et en-soi, dont je suis prisonnier.
b) Passé = inconscient et nuit obscure, dont je suis prisonnier : le mol n'est pas maître dans sa maison (Freud).

  • B. Le passé peut être maîtrisé par la connaissance : la redécouverte du temps passé.

Je cesse alors d'être prisonnier du passé.

  • C. Le passé peut être conçu comme projet.

Si le passé est mon choix et mon projet, je n'en suis pas prisonnier.

  • D. L'oubli libérateur.

Enfin, dans la mesure où l'oubli peut me libérer, je ne suis pas prisonnier de mon passé.

  • Conclusion

Nous vivons donc dans le temps ouvert d'un projet nous faisant sortir de tout en-soi pétrifié.



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1676 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Sommes-nous prisonniers de notre passé ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit