Sommes-nous victimes de notre inconscient ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dans le domaine de l'art suffit il d'être un ... Faut-il ne désirer que le nécessaire ? >>


Partager

Sommes-nous victimes de notre inconscient ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Sommes-nous victimes de notre inconscient ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Sommes-nous victimes de notre inconscient  ?
Zoom

L’inconscient désigne l’ensemble des phénomènes psychiques qui échappent à la conscience. Être victime, c’est entretenir avec autre chose que soi (une personne, un évènement, une chose) un rapport de soumission qui diminue mon intégrité physique ou morale. Si être victime, c’est être soumis à autre chose que soi, il ne semble pas que nous puissions être victimes de note inconscient. En effet l’inconscient en tant qu’il est nôtre est inconscient en fait, mais peut devenir conscient en droit. Ainsi nous restons maîtres de notre inconscient que nous dominons plus qu’il ne nous domine. Cependant si l’inconscient se réduit à du conscient en droit, on ne peut expliquer certains phénomènes psychiques qui apparaissent à notre conscience sans qu’on puisse référer cette origine à cette dernière tels les lapsus, les rêves ou les actes manqués. Ainsi il nous faut penser un inconscient irréductible à la conscience qui puisse tendanciellement la dominer et constituer le principe de sa détermination intégrale. En ce sens nous serions bien les victimes de notre inconscient. Toutefois si nous nous considérons comme aliénés à notre inconscient , nous serions dédouanés de  la responsabilité de nos actes. Or nous ne pouvons vivre en société que si la responsabilité ne se réduit pas à une fiction. Par conséquent nous ne pouvons accepter l’idée que nous sommes des victimes et non pas les auteurs de nos actions.

Nous sommes alors confrontés à ce problème : soit nous sommes maîtres de nos actions et de nos représentations et certains phénomènes demeurent inexplicables soit nous sommes victimes de notre inconscients, mais nous perdons le concept de responsabilité. Comment devons nous concevoir la relation que nous entretenons avec notre inconscient pour pouvoir expliquer l’ensemble des phénomènes psychiques et conserver notre responsabilité ?

 



  • I Nous ne sommes pas victimes de notre inconscient
  • II Nous sommes les victimes de notre inconscient
  • III  Le sujet est moins victime, que constituée par son inconscient

 

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Sommes-nous victimes de notre inconscient  ? Corrigé de 2063 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Sommes-nous victimes de notre inconscient ?" a obtenu la note de : aucune note

Sommes-nous victimes de notre inconscient ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit