NoCopy.net

Spinoza: Morale et politique

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Spinoza et la liberté Spinoza: Morale et politique >>


Partager

Spinoza: Morale et politique

Philosophie

Aperçu du corrigé : Spinoza: Morale et politique



Publié le : 11/1/2004 -Format: Document en format HTML protégé - Ecoutez ce PODCAST:Ecoutez ce PODCAST

	Spinoza: Morale et politique
Zoom

Ce texte de SPINOZA est au croisement de deux types de problématiques, dont SPINOZA réussit à montrer l'articulation.
 
 Tout d'abord, quelle est la finalité de l'Etat, de l'organisation politique et du pouvoir politique ?
 
 Ensuite, peut-on être libre et obéir en même temps ? Comment déterminer l'idée de liberté : comme capacité de faire ce que l'on veut, ou comme capacité d'agir conformément à ce que la raison conseille ?
 
 L'enjeu de cette détermination de l'idée de liberté n'est rien moins que celui-ci : le citoyen peut-il être libre au sein de l'Etat ? En quoi consiste la liberté véritable ?
 



Il est extrêmement rare que les souveraines Puissances (1) donnent des ordres d'une extrême absurdité, car, dans leur propre intérêt et afin de conserver leur pouvoir, il leur importe avant tout de veiller au bien général et de fonder leur gouvernement sur les critères raisonnables. (...) On sait que le but et le principe de l'organisation en société consistent à soustraire les hommes au règne absurde de la convoitise et à les faire avancer -autant que possible- sur la voie de la raison, de sorte que leur vie s'écoule dans la concorde et la paix. Aussitôt donc que ce principe cesserait d'être mis en oeuvre, tout l'édifice s'écroulerait. Mais seule la souveraine Puissance a la charge d'en assurer le maintien, tandis que les sujets doivent exécuter les ordres reçus et ne reconnaître d'autre droit, que celui établi par les proclamations de la souveraine Puissance. Peut-être va-t-on prétendre qu'ainsi nous faisons des sujets des esclaves, car une opinion vulgairement répandue nomme esclave celui qui agit sur l'ordre d'un autre, et homme libre celui qui se conduit comme il veut. Cette manière de voir n'est pas tout à fait conforme à la vérité. En fait, l'individu entraîné par une concupiscence personnelle au point de ne plus rien voir ni faire de ce qu'exige son intérêt authentique, est soumis au pire des esclavages. Au contraire, on devra proclamer libre l'individu qui choisit volontairement de guider sa vie sur la raison.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Spinoza: Morale et politique	Corrigé de 2311 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Spinoza: Morale et politique " a obtenu la note de : aucune note

Spinoza: Morale et politique

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit