LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dans un apologue la leçon morale peut etre i ... L'homme peut-il être bestial ? >>


Partager

La subjectivité de l'historien fait-elle obstacle ou aide-t-elle à la compréhension du passé?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La subjectivité de l'historien fait-elle obstacle ou aide-t-elle à la compréhension du passé?



Publié le : 15/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	La subjectivité de l'historien fait-elle obstacle ou aide-t-elle à la compréhension du passé?
Zoom

L’écriture de l’histoire semble répondre à une nécessité rationnelle et psychologique : celle de parvenir à une intelligibilité relative de notre situation dans le monde. Aussi l’historien, ou qui fait œuvre d’historiographe, a-t-il pour mission de consigner de façon réfléchie ce dont le devenir humain est constitué : les événements, les passions, les grandes mutations, les biographies des grands hommes. Mais comment le fait-il ? Après tout, il est homme, et comme tel il appartient à l’histoire en même temps qu’il la fait. Comment, dès lors qu’il est pris dans ce devenir et qu’il s’en forme une représentation elle-même tributaire de l’histoire, peut-il le comprendre et en faire le récit de façon objective ? Sa subjectivité ne fait-elle pas obstacle à la compréhension du passé humain ? Ou encore, à supposer que l’objectivité soit impossible, sa subjectivité y aide-t-elle ?



Ricoeur dira qu' « est objectif ce que la pensée méthodique a élaboré, mis en ordre, compris et ce qu'elle peut ainsi faire comprendre » (Histoire et vérité). Ricoeur annonce l'idée d'une objectivité méthodologique dans la compréhension de l'histoire. Mais une autre attente est requise selon l'auteur, à savoir une « subjectivité impliquée » : « nous attendons de l'historien une certaine qualité de subjectivité, non pas une subjectivité quelconque, mais une subjectivité qui soit précisément appropriée à l'objectivité qui convient à l'histoire ». Dès lors, on comprend qu'une qualité de subjectivité oeuvre à la constitution objective de la science historique. Par ailleurs, le travail de l'historien doit permettre d'établir cette distinction entre une bonne et une mauvaise objectivité. Et une fois la forme de subjectivité bien entendue dans le discours historique, il revient aussi au lecteur qui se penche sur l'histoire des hommes de se doter d'une certaine qualité subjective : c'est ce que Ricoeur, dans le même texte, appelle la « subjectivité de la réflexion ». Dès lors, on passe de la méthodologie de l'historien, intégrant une part féconde de subjectivité, à une réflexion proprement philosophique, à une subjectivité philosophique, capable de faire sienne la tâche qui incombe à tous, savoir, celle de la quête du sens.   II. Comprendre l'histoire        a. On ne peut pas penser que même le bon historien soit étranger aux passions.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1170 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La subjectivité de l'historien fait-elle obstacle ou aide-t-elle à la compréhension du passé? " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit