NoCopy.net

Suffit-il d'avoir bonne conscience pour agir moralement ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le bonheur réside-t-il dans l'illusion ? Doit-on parler de la Science au singulier ou ... >>


Partager

Suffit-il d'avoir bonne conscience pour agir moralement ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Suffit-il d'avoir bonne conscience pour agir moralement ?



Publié le : 23/3/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Suffit-il d'avoir bonne conscience pour agir moralement ?
Zoom

      Le sujet prend à contre-pied les opinions reçues : à première vue, une bonne conscience est quelque chose que l'on peut fort bien se donner et qui, surtout, se manifeste de manière très variable selon les individus : du cynique au scrupuleux, la bonne conscience semble bien trop multiple et arrangeante pour fonder un agir moral. Bien plus, on peut être enclin à penser que les criminels sont justement ceux-là qui, peu tourmentés par leur conscience morale, n'ont pas à s'embarrasser pour commettre leurs forfaits. L'expression de remords peut entraîner, au tribunal, des remises de peine, et non la revendication insolente de sa bonne conscience pour soi.

Si au contraire la bonne conscience peut être, comme le suggère le sujet, un symptôme de moralité, c'est que, malgré son aspect infinitif, universel, la question doit être posée en première personne. C'est le moment de la décision et de l'action, au sein de la conscience, que le sujet scrute. Il ne s'agit pas d'interroger après-coup, de l'extérieur, la bonne conscience, mais d'en écouter la voix propre au sein d'un agent, éventuellement tiraillé.

      Revenons à présent à la notion de suffisance. Compris comme un est-ce assez ? le suffit-il ? interroge le rapport du sujet à ses actions : le sujet possède des connaissances, en particulier un savoir éthique, et des intentions. Or, on peut savoir qu'en général telle action est mauvaise, mais se dire que pour nous, dans ce cas, elle ne l'est pas : c'est justement avoir bonne conscience. La situation, les intentions, le projet d'action précèdent et modifient la voix de la conscience. En demandant si la bonne conscience suffit, on interroge donc aussi la nature du savoir éthique

      Mais si la suffisance n'implique pas la nécessité, quel est ce lien qui unit la bonne conscience à l'action morale sans pour autant la requérir? Si la bonne conscience n'est pas un moment nécessaire de l'action morale mais suffit à la garantir, c'est que malgré son opacité psychologique, elle reste soudée au sujet moral, et par là, à sa volonté.

      En définitive, il faut donc se demander comment le sentiment de la moralité naît en soi, et comment ce sentiment vit, se développe dans la conscience, et, finalement, comment il se partage entre ses diverses instances. Or, c'est encore la raison du sujet qui fonde et pose les règles de l'agir moral. Le sujet (de la dissertation) nous confronte donc à une double genèse, parallèle, celle du sentiment de la moralité, et celle de la moralité. La genèse du sentiment moral précède-t-elle celle de la morale elle-même? La garantit-elle?


  • I La bonne conscience, effet de l'habitude

Transition

  • II Sentiment et devoir

Transition

  • III Deux bonnes consciences distinctes


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Suffit-il d'avoir bonne conscience pour agir moralement ?	Corrigé de 2979 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Suffit-il d'avoir bonne conscience pour agir moralement ? " a obtenu la note de : aucune note

Suffit-il d'avoir bonne conscience pour agir moralement ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit