NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le temps comme forme pure de l'intuition Temps et événement >>


Partager

Temps et finitude : le questionnement heîdeggerien

Philosophie

Aperçu du corrigé : Temps et finitude : le questionnement heîdeggerien



Publié le : 9/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Temps et finitude : le questionnement heîdeggerien
Zoom

1. Le temps est un étant parmi d\'autres (au même titre que n\'importe quel objet), même si le propre de cet étant est d’être, en son être, à la fois étant et non-étant (voir chap. 1). Le temps serait un étant qui nous fait face, comme quelque chose d\'entièrement constitué. Les philosophes ne se sont jamais interrogés selon Heidegger sur les fondements de cette conception du temps comme milieu extérieur à nous.

2. Le temps est bien en effet conçu comme un milieu, homogène (Aristote) ou hétérogène (Bergson) dans lequel nous serions immergés. C\'est là selon Heidegger le présupposé philosophique de « l\'intra - temporalité », nous

1. Nous avons été malheureusement contraints de retirer les textes de Heidegger, les héritiers n\'accordant plus aux éditeurs le droit de les publier.




LE DASEIN COMME ÊTRE DE SOUCI ET ÊTRE-POUR-LA-MORT

Pour mener à bien cette démonstration, qui prend le nom d\'« Analytique exitentiale », Heidegger part de l\'analyse du Dasein, c\'est-à-dire de l\'homme. Celui-ci est en effet le seul étant qui questionne le sens de l\'être (ce que ne fait pas l\'animal par exemple). Le Dasein est un étant qui a toujours une compréhension de son être, il questionne sa présence au monde, les raisons de son existence, anticipe sa propre mort. C\'est-à-dire qu\'il n\'est pas entièrement tourné vers l\'étant (vers les choses existantes), mais qu\'il peut s\'interroger sur ce qui n\'a pas statut d\'étant : le sens, les raisons, la fin, l\'être. Le Dasein est ainsi le seul étant qui éprouve et comprend la signification de la différence ontologique.

Le Dasein existe, c\'est là ce qui le distingue de tous les autres étants. Il est tendu vers ce qu\'il peut être : il anticipe ses possibilités d\'existence et peut les choisir. En toute liberté, il se projette vers l\'avenir et se met ainsi en avance sur lui-même. En effet, l\'homme n\'est que ce qu’il se fait. Il se constitue lui-même, se donne une identité en fonction de ses choix, de ses possibilités, ce qui, nécessairement, le conduit à anticiper ce qu\'il va être. Or le temps est la forme même de l\'avance sur soi, c\'est-à-dire de l\'existence. Cette forme prend encore le nom de souci. Le souci est le mode d\'être fondamental du Dasein qui se projette vers l\'avenir et est toujours tendu vers sa fin. Le souci est indissociable en ce sens de être-pour-la-mort (ou être-en-vue-de la mort, selon les traductions), (texte 1). Il convient de distinguer soigneusement le souci de la préoccupation, qui caractérise tous les comportements du Dasein vis-à-vis de l\'étant.





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2490 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Temps et finitude : le questionnement heîdeggerien" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit