NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Que veut dire l'expression: "C'est dans la n ... Une science qui s'arrêterait dans un système ... >>


Partager

Au terme de l'Avant-propos placé en tête de son livre Matière et Lumière, Louis de Broglie écrit : « On peut légitimement aimer la science pour ses applications, pour les soulagements et les commodités qu'elle a apportés à la vie humaine, sans oublier toutefois que la vie humaine restera toujours, de par sa nature même, précaire et misérable. Mais on peut, pensons-nous, trouver une autre raison d'aimer l'effort scientifique, en appréciant la valeur de ce qu'il représente. En effet, comme toutes grandes choses, c'est sur le plan spirituel que cet effort prend pleinement sa valeur : il faut aimer la science parce qu'elle est une grande oeuvre de l'esprit. » Vous développerez, à l'aide d'exemples précis, les réflexions que vous inspirent ces lignes, et vous apprécierez la hiérarchie établie par l'auteur entre les différents mobiles de la recherche scientifique.

Philosophie

Aperçu du corrigé : Au terme de l'Avant-propos placé en tête de son livre Matière et Lumière, Louis de Broglie écrit : « On peut légitimement aimer la science pour ses applications, pour les soulagements et les commodités qu'elle a apportés à la vie humaine, sans oublier toutefois que la vie humaine restera toujours, de par sa nature même, précaire et misérable. Mais on peut, pensons-nous, trouver une autre raison d'aimer l'effort scientifique, en appréciant la valeur de ce qu'il représente. En effet, comme toutes grandes choses, c'est sur le plan spirituel que cet effort prend pleinement sa valeur : il faut aimer la science parce qu'elle est une grande oeuvre de l'esprit. » Vous développerez, à l'aide d'exemples précis, les réflexions que vous inspirent ces lignes, et vous apprécierez la hiérarchie établie par l'auteur entre les différents mobiles de la recherche scientifique.



Publié le : 3/4/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Au terme de l'Avant-propos placé en tête de son livre Matière et Lumière, Louis de Broglie écrit : « On peut légitimement aimer la science pour ses applications, pour les soulagements et les commodités qu'elle a apportés à la vie humaine, sans oublier toutefois que la vie humaine restera toujours, de par sa nature même, précaire et misérable. Mais on peut, pensons-nous, trouver une autre raison d'aimer l'effort scientifique, en appréciant la valeur de ce qu'il représente. En effet, comme toutes grandes choses, c'est sur le plan spirituel que cet effort prend pleinement sa valeur : il faut aimer la science parce qu'elle est une grande oeuvre de l'esprit. » Vous développerez, à l'aide d'exemples précis, les réflexions que vous inspirent ces lignes, et vous apprécierez la hiérarchie établie par l'auteur entre les différents mobiles de la recherche scientifique.
Zoom

L'amour de la science ne date pas d'hier. Sans qu'on puisse appuyer sa conviction sur des documents historiques bien anciens, il suffit de penser aux alchimistes du moyen âge pour se représenter des hommes qui, en dépit de la méfiance publique, des persécutions, voire des procès de sorcellerie qui s'achevaient souvent sur un bûcher, poursuivaient la recherche de l'Absolu. Sous le nom de Balthazar Claës, c'est un obsédé de cette espèce, mais vivant au début du XIXe siècle, que Balzac nous a présenté. Nouveau Bernard Palissy, il sacrifie tout au Grand Œuvre : sa fortune, celle de sa femme, de sa fille, sa galerie de tableaux, son honneur de grand bourgeois même. Et quel démon, sinon l'amour de la connaissance, poussait le grand Léonard de Vinci à laisser les brosses et les couleurs qui lui valaient une gloire incontestée pour se plonger dans l'ingrat problème de la navigation aérienne ou sous-marine? Si elle suscitait des vocations aussi tenaces, quoique décevantes et parfois dangereuses, c'est sans doute que la recherche scientifique avait un attrait bien puissant. Certes, les temps ont changé : on n'est plus mené vers la science par le goût du risque puisque, au lieu d'être persécutée, elle est encouragée de mille manières. On ne se représente plus le chercheur comme un pauvre fou vivant entre des grimoires où file l'araignée, des hiboux empaillés et des crapauds; le mythe de Faust passant un pacte avec le diable a fait son temps. Vêtu d'une blouse blanche, le savant se dresse au centre d'un impressionnant laboratoire d'émail et de chrome, il déclenche des millions de volts en pressant un bouton, appelle à ses ordres électrons et microbes. Il symbolise un idéal humain qui dresse sa statue à l'extrémité d'une galerie où figurent le héros et le sage antiques, le chevalier, le prince, l'honnête homme du XVIIe siècle, l'homme d'esprit et l'homme sensible du XVIIIe siècle. Bien que la puissance des rois de l'acier, du pétrole ou de l'automobile en impose à ceux mêmes qui détestent de telles souverainetés, l'on s'accorde aujourd'hui à placer au-dessus d'eux les Pasteur, les Fleming, les Curie, les Einstein pour lesquels les hommes du monde entier, sans distinction de race, de régime politique ou de religion, ont construit un Panthéon idéal; et il ne faudrait pas solliciter longtemps le premier venu pour qu'il reconnaisse, dans ces savants, de véritables démiurges1. Pourquoi cette admiration, passionnée dans l'âme d'une jeunesse studieuse, un peu inquiète dans l'âme des gens plus rassis? A ces questions, l'un de nos plus grands physiciens contemporains, Louis de Broglie, propose deux réponses de valeur inégale : nous aimons la science « pour ses applications, pour les soulagements et les commodités qu'elle a apportés à la vie humaine «; nous l'aimons aussi et surtout pour sa « valeur « intellectuelle : elle est « une grande œuvre de l'esprit «.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1950 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Au terme de l'Avant-propos placé en tête de son livre Matière et Lumière, Louis de Broglie écrit : « On peut légitimement aimer la science pour ses applications, pour les soulagements et les commodités qu'elle a apportés à la vie humaine, sans oublier toutefois que la vie humaine restera toujours, de par sa nature même, précaire et misérable. Mais on peut, pensons-nous, trouver une autre raison d'aimer l'effort scientifique, en appréciant la valeur de ce qu'il représente. En effet, comme toutes grandes choses, c'est sur le plan spirituel que cet effort prend pleinement sa valeur : il faut aimer la science parce qu'elle est une grande oeuvre de l'esprit. » Vous développerez, à l'aide d'exemples précis, les réflexions que vous inspirent ces lignes, et vous apprécierez la hiérarchie établie par l'auteur entre les différents mobiles de la recherche scientifique." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit