LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La tolérance est-elle indifférente aux exige ... La tolérance implique-t-elle qu'on laisse le ... >>


Partager

La tolérance est-elle une vertu ou une démission ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La tolérance est-elle une vertu ou une démission ?



Publié le : 16/10/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	La tolérance est-elle une vertu ou une démission	?
Zoom

Analyse du sujet

·        Eléments de définition

Tolérance = Du latin tolerantia qui signifie « constance à supporter «.

1-     Acceptation d’une autorité de certaines conduites non conformes aux mœurs (voire aux lois) parce qu’elle estime la répression impossible, hasardeuse, voire même néfaste.

2-     Attitude morale respectant les opinions, les mœurs, les religions des autres hommes (opposée au fanatisme).

Le mot tolérance a souvent un sens laudatif mais atteste un certain désespoir de la vérité ; tout doit être toléré parce que le Bien et la Vérité ne peuvent être saisis.

Vertu = Du latin virtus, « mérite essentiel, vertu «

1-     Capacité actualisée propre à une chose ou à un principe. Puissance. Force. Pouvoir.

® Pour Spinoza, la vertu est la puissance même de l’homme. (Ethique, III)

2-     Disposition habituelle à réaliser un acte moral. Disposition de notre comportement relativement aux affections. (Aristote, Ethique à Nicomaque, LII.)

3-     Chez Kant, il s’agit de la force des maximes de l’homme dans l’accomplissement de son devoir. (Métaphysique des mœurs, Doctrine de la vertu)

 

Démission = Acte par lequel un renonce à une dignité. Il s’agit là d’un renoncement soit du fait de l’indifférence, soit du fait d’un désespoir quant à la possibilité de faire changer les choses et les hommes.

·        Angles d’analyse

→ La tolérance est une attitude qui aujourd'hui va de soi. Elle apparaît comme une des vertus suprêmes de notre époque moderne, comme ce qui est de l'ordre de l'obligation morale : il faut être tolérant. Elle représente pour beaucoup une conquête de l'esprit des Lumières sur l'obscurantisme religieux en même temps qu'un progrès lié à la démocratie.

→ Mais derrière ces évidences, la tolérance suppose et implique des enjeux à la fois épistémologiques, axiologiques et politiques: n'est-elle pas en effet la conséquence d'un certain scepticisme qui suppose que toute valeur et toute vérité sont relatives et que toute attitude universalisante ne peut être qu'illusoire ? De même, ne remet-elle pas en cause la valeur de la démocratie en traduisant une indifférence et un laisser-faire vis-à-vis des lois? Loin d'être cette vertu suprême qui nous obligerait, n'apparaît-elle pas alors plutôt comme l'une des conséquences majeures du nihilisme contemporain ?

→ C’est précisément au sein de cette alternative que nous aurons à trancher. Ce qu’il faut, au fond, c’est trouver une définition adéquate de la tolérance telle que cette dernière soit conforme à sa nature. C’est donc bien la nature même de la tolérance qui est ici à la question, et a fortiori le fondement de toute vie en démocratie.

Problématique

            La tolérance doit-elle être définie comme une vertu, c’est-à-dire comme un acte proprement moral dans lequel le sujet tolérant rend possible la vie en société (de manière pacifique) ; ou bien au contraire, n’est-elle le signe que d’une désillusion qui conduit à une démission des hommes quant aux conduites immorales, irrespectueuses, des autres ? La définition de la tolérance doit-elle, en droit, se faire au sein de cette alternative, ou au contraire, son essence même ne suppose-t-elle pas de dépasser ces deux options extrêmes ?

 



VERTU (lat. virtus, force virile; de vir, homme)


Le sens ancien doit être distingué du sens moral moderne. Quand vertu traduit le grec arétè, ce terme désigne la qualité propre d'une chose, son excellence : l'arétè d'une épée est son tranchant; celle d'une bonne terre sa fertilité. Ainsi, pour un homme, développer sa vertu revient à développer en lui ce qui permet de le distinguer des autres êtres. Voilà pourquoi être vertueux et raisonnable sont une même chose. Or, la passion et le malheur ne tirent leur force que d'une faiblesse du savoir. Ainsi, vertu et bonheur sont liés pour les Grecs. Si certains auteurs modernes - tel Spinoza qui définit la vertu comme la puissance qui nous porte à agir « sous la conduite de la raison » en vue de l'utile propre - s'inscrivent dans cette filiation, la tradition chrétienne donnera à cette notion un sens bien différent. La vertu est plutôt effort incessant pour agir moralement, qui n'est pas toujours récompensé. Vertu et devoir sont en ce sens inséparables. Ainsi, pour Kant, la vertu, en tant qu'elle manifeste la force d'une volonté qui résiste, par devoir, aux penchants de la sensibilité, n'est pas ce qui nous rend heureux mais ce qui nous rend dignes de l'être.

TOLERANCE

Morale: Attitude qui consiste, non à renoncer à ses convictions ou à s'abstenir de les manifester, mais à s'interdire tous moyens violents, injurieux ou dolosifs pour les propager.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5132 mots (soit 8 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La tolérance est-elle une vertu ou une démission ?" a obtenu la note de :

9 / 10

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit