NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Toute communauté ne serait-elle qu'une coord ... Toute connaissance commence-t-elle par une s ... >>


Partager

Toute connaissance autre que scientifique doit elle etre considérée comme une illusion ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Toute connaissance autre que scientifique doit elle etre considérée comme une illusion ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Toute connaissance autre que scientifique doit elle etre considérée comme une illusion	?
Zoom

Une connaissance, c'est un savoir sur un sujet, qui permet de parler et d'user de ce sujet d'une manière fondée et non hasardeuse. La connaissance scientifique se définit comme une connaissance purement rationnelle, utilisant des méthodes précises, et prétendant à un grand degré d'exactitude justement grâce à la rigueur de ces méthodes. Une illusion, enfin, est toute chose que l'on tient pour vraie ou réelle alors qu'elle ne l'est pas en réalité ; c'est donc une erreur, qui ne mérite donc pas le nom de connaissance. La question revient donc, en un sens, à la question de savoir si une connaissance non scientifique reste une connaissance.
Finalement l'enjeu est celui de la définition du critère de l'illusion en relation avec la notion de connaissance, et en particulier de connaissance scientifique, dans le but de définir en dernier lieu les critères de la connaissance.

Une question préliminaire se pose : quelles sont les connaissances non scientifiques, et quels sont leurs critères ? On peut considérer la connaissance en un sens très large, comme tout ce sur quoi nous possédons un savoir fixe – et alors il y a de nombreuses connaissances non scientifiques (qui concernent par exemple les manières de vivre, les usages sociaux, qui échappent à toute règle scientifique mais constituent cependant des codes fixes que l'on peut connaître). La connaissance par la foi est une connaissance scientifique – le croyant cherche à connaître Dieu, on lui dispense un savoir relatif à cette aspiration, qui ne passe par rien de scientifiquement fondé mais a pourtant force de connaissance pour le croyant. Mais peut-on appeler connaissance tout ce que l'on croit savoir ?
Se pose la question du critère de la connaissance. Or la particularité de la connaissance scientifique est justement de rechercher et d'énoncer des règles et des méthodes fixes permettant de garantir la fiabilité de ce qu'elle pose, autrement, de donner des moyens de vérifier que ce qu'elle avance n'est pas illusoire mais fondé.
Il faudra questionner ce présupposé de la fiabilité de la connaissance scientifique, et envisager peut-être d'autres manières de fonder la validité de la connaissance, afin de répondre à la question posée par le sujet.

Il s'agit d'abord de définir (au moins brièvement) la spécificité de la connaissance scientifique : ses fondements, sa méthode rigoureuse (ensemble de procédures strictement codifiées), son objectivité fondée sur la seule raison et sur une mathématisation croissante du réel. On pourra alors chercher à savoir si le type de connaissance objective que la science se propose d'atteindre est le seul mode de connaissance légitime. En face de la raison objective, le sentiment, l'affectivité n'ont-ils aucune valeur gnoséologique ? On pourra ici se référer à Pascal qui voyait dans ce qu'il nommait le « coeur « une puissance intellective supérieure à la raison , ou à Bergson qui faisait de l'« intuition « le mode supérieur de connaissance, celui de la connaissance vraie. Et si l'on admet la validité de ces modes de connaissance — qui jouent un rôle essentiel dans la religion et dans l'art, ou tout simplement dans notre commune et quotidienne relation avec autrui et le monde — on peut alors procéder à un renversement de perspective, poser la question des limites de la raison et se demander si ce n'est pas la science elle-même qui doit être considérée comme une illusion. On peut d'ailleurs se poser la question de savoir si, comme le voulait Nietzsche, ce n'est pas toute connaissance, si ce n'est pas la vérité elle-même qui seraient illusoires.

 



Il s'agit d'abord de définir (au moins brièvement) la spécificité de la connaissance scientifique : ses fondements, sa méthode rigoureuse (ensemble de procédures strictement codifiées), son objectivité fondée sur la seule raison et sur une mathématisation croissante du réel. On pourra alors chercher à savoir si le type de connaissance objective que la science se propose d'atteindre est le seul mode de connaissance légitime. En face de la raison objective, le sentiment, l'affectivité n'ont-ils aucune valeur gnoséologique ? On pourra ici se référer à Pascal qui voyait dans ce qu'il nommait le « coeur « une puissance intellective supérieure à la raison , ou à Bergson qui faisait de l'« intuition « le mode supérieur de connaissance, celui de la connaissance vraie. Et si l'on admet la validité de ces modes de connaissance - qui jouent un rôle essentiel dans la religion et dans l'art, ou tout simplement dans notre commune et quotidienne relation avec autrui et le monde - on peut alors procéder à un renversement de perspective, poser la question des limites de la raison et se demander si ce n'est pas la science elle-même qui doit être considérée comme une illusion. On peut d'ailleurs se poser la question de savoir si, comme le voulait Nietzsche, ce n'est pas toute connaissance, si ce n'est pas la vérité elle-même qui seraient illusoires.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3907 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Toute connaissance autre que scientifique doit elle etre considérée comme une illusion ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit