Le travail contribue-t-il a unir les hommes ou a les diviser ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le travail a-t-il une valeur morale ? Le travail de l'artiste peut-il constituer l ... >>


Partager

Le travail contribue-t-il a unir les hommes ou a les diviser ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le travail contribue-t-il a unir les hommes ou a les diviser ?



Publié le : 7/11/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Le travail contribue-t-il a unir les hommes ou a les diviser 	?
Zoom

En effet, le travailleur qui se spécialise dans une seule tâche acquiert pour la réaliser davantage d'habileté ; de plus il la réalise plus rapidement ; comme parallèlement Adam Smith affirme que la division du travail doit s'accompagner de la mise au point de machines facilitant et abrégeant encore la tâche de chacun, le résultat de l'organisation ne peut consister qu'en un accroissement considérable de la production individuelle. A partir de quoi peuvent se multiplier les échanges, d'où dépend une richesse, à l'époque conçue comme également répartie « parmi les différentes classes de la société ». * On doit cependant constater que, historiquement, les choses ne se sont pas déroulées aussi harmonieusement. Le travailleur, ou l'« esclave » hégélien, sera décrit par Marx comme soumis à une aliénation généralisée qui, du point de vue marxiste, est le résultat le plus notable de la division du travail. Autrement dit, à un travail divisé correspondent à la fois un homme lui-même divisé (c'est-à-dire incomplet) et une société divisée (c'est-à-dire traversée par la lutte des classes). * Si, comme l'affirme le début du Manifeste du Parti communiste, « l'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de la lutte des classes », cette dernière résulte nécessairement de l'organisation sociale du travail, c'est-à-dire de sa division. Ce qu'avait « oublié » Adam Smith, c'est que les échanges, par exemple, ne s'effectuent pas directement d'un travailleur à un autre ; c'est aussi, et olus fondamentalement, que les travailleurs sont rarement propriétaires de leurs outils de production (cette propriété peut caractériser des artisans indépendants, mais certainement pas des ouvriers de manufactures, alors que c'est à propos de ces derniers qu'Adam Smith vante la division du travail) ; c'est encore que dans la société industrielle s'affirme la possibilité d'un travail très particulier, qui est celui du capital... Ainsi apparaît-il que la division du travail est étroitement liée à la lutte des classes, et que la survie de l'une va de pair avec celle de l'autre. L'ouvrier spécialisé dans la grande industrie "[Dans la fabrique] la classitication fondamentale devient celle de travailleurs aux machines-outils (y compris quelques ouvriers chargés de chauffer la chaudière à vapeur) et de manoeuvres, presque tous enfants, subordonnés aux premiers. Parmi ces manoeuvres, se rangent plus ou moins tous les feeders (alimenteurs) qui fournissent aux machines leur matière première.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Le travail contribue-t-il a unir les hommes ou a les diviser 	? Corrigé de 2582 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Le travail contribue-t-il a unir les hommes ou a les diviser ?" a obtenu la note de : aucune note

Le travail contribue-t-il a unir les hommes ou a les diviser ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit