LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on à la fois défendre la liberté de pens ... La liberté et l'égalité sont-elles opposées o ... >>


Partager

Ne travaille-t-on que par intérêt ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Ne travaille-t-on que par intérêt ?



Publié le : 16/2/2004 -Format: Document en format HTML protégé

Ne travaille-t-on que par intérêt ?
Zoom

POUR DÉMARRER
 

 Ne produit-on quelque chose d'utile, dans l'ordre pratique ou l'ordre théorique, que dans la mesure où c'est utile ou avantageux pour nous ? Plus précisément, ne travaille-t-on qu'en vue du bien-être, de l'intérêt matériel ?
 
 CONSEILS PRATIQUES
 

 Deux termes à préciser avec rigueur : le travail, cette transformation du monde, et l'intérêt, cette considération de ce qui est utile et avantageux pour nous. En fait, il faut réaliser un devoir progressif où l'intérêt s'élargira à ce qui concerne l'homme et son essence spirituelle, à ce qui lui permet de se réaliser dans le monde.
 



Mais s'il jouit d'une primauté génétique, ou chronologique, l'intérêt cède la primauté à l'oeuvre, car celle-ci est une fin immanente au travail, apprise de lui. Mais cette extériorité de l'oeuvre par rapport à l'homme interdit de disqualifier radicalement la notion d'intérêt de celle de travail. L'homme peut trouver dans l'oeuvre un intérêt aussi bien objectif que subjectif. On voit par là qu'en dernière instance, demander si l'on en travaille que par intérêt c'est demander s'il existe un travail dont l'objet dernier serait l'agent lui-même.    

III Le sujet peut-il, dans le travail, se prendre lui-même pour objet ?  

Emmanuel KANT Conjectures sur les débuts de l'histoire humaine   « La nature a chassé l'homme de l'existence d'innocence enfantine et tranquille, comme d'un jardin où il trouvait dans l'insouciance sa subsistance, et l'a précipité dans le vaste monde, où tant de soucis, de peines, de maux inconnus l'attendaient. Dans l'avenir, les difficultés de la vie lui arracheront plus d'une fois le souhait d'un paradis, création de son imagination, où il pourrait, dans une oisiveté tranquille et une paix perpétuelle, passer son existence à rêver ou à folâtrer. Mais entre lui et ce séjour imaginaire de délices, se pose la raison inexorable, qui le pousse irrésistiblement à développer les facultés placées en lui, et ne lui permet pas de retourner à l'état de rusticité et de simplicité d'où elle l'avait tiré. Elle le pousse à supporter patiemment la fatigue qu'il hait, à rechercher le faux éclat qu'il méprise, à mépriser même la mort qui le fait frissonner, au profit de toutes ces bagatelles dont la perte l'effraie encore plus «     Conclusion Si le travail a sa racine et son origine dans la nécessité naturelle, c'est-à-dire dans un intérêt fondamental, il produit en lui-même une fin qu'il est lui-même, que nous pouvons penser grâce à l'oeuvre qu'il rend possible. Mais il y a plus, le travail est l'unique moyen permettant de développer nos facultés, c'est-à-dire de réduire les limites de notre finitude radicale.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4113 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Ne travaille-t-on que par intérêt ? " a obtenu la note de :

6.5 / 10

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit