VALERY-LARBAUD: Fermina Marquez

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Henri TROYAT, La Neige en deuil VERLAINE : La Bonne Chanson >>


Partager

VALERY-LARBAUD: Fermina Marquez

Littérature

Aperçu du corrigé : VALERY-LARBAUD: Fermina Marquez



document rémunéré

Document transmis par : Lolo47658


Publié le : 11/2/2011 -Format: Document en format HTML protégé

VALERY-LARBAUD:
Fermina Marquez
Zoom

Méthode : Voici quelques renseignements qui permettraient de situer ce texte et son auteur. Les indications pourraient être rem-

placées par une étude plus déterminée des thèmes et de la tonalité de cette page.

Valery-Larbaud fait partie des écrivains de l'aventure et des voyages qui jalonnent le xxe siècle. Riche et même fortuné, il parcourt l'Europe. Dès 1898, il séjourne en Espagne, visite les grandes villes de Tolède, Séville... et habite jusqu'en 1920 à Valence. Il découvre la littérature de langue espagnole et en traduit les grands auteurs : Eugénio d'Ors, Alfonso Roys et aussi l'Argentin Jorge Luis Borges...



Nous étions maintenant l'escorte habituelle de la jeune fille. Une dizaine, à peu près. Tous ceux qui l'approchaient, ceux auxquels elle parlait, ceux qui jouaient avec elle, formaient, autour d'elle, une sorte de cour d'amour ; c'étaient ses chevaliers. Les chevaliers de Fermina Marquez, donc, étaient admirés de tous les élèves, et peut- être même des plus jeunes parmi les surveillants. De ces belles promenades dans le parc, nous ne rapportions plus^ l'odeur du tabac fumé en cachette, mais le parfum des petites Américaines. Était-ce le géranium ou le réséda ? C'était un parfum indéfinissable, un parfum qui faisait penser à des robes bleues et mauves, et blanches, et roses, à de grands chapeaux de paille souple ; et à des rouleaux et à des coquilles de cheveux noirs, et à des yeux noirs, tellement grands que le ciel doit s'y refléter tout entier.

Pilar n'était qu'une enfant; elle avait ses doigts toujours tachés d'encre et ses coudes toujours écorchés, ces grands gestes bêtes des fillettes de onze à treize ans. Mais Fermina était une vraie, une grande jeune fille. C'est pour cela que son aspect avait pour nous quelque chose de si émouvant. Une jeune fille ! on voudrait battre des mains en la voyant ; on voudrait danser autour d'elle.

VALERY-LARBAUD

Fermina Marquez, 1911.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : VALERY-LARBAUD:
Fermina Marquez Corrigé de 2013 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "VALERY-LARBAUD: Fermina Marquez" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

VALERY-LARBAUD: Fermina Marquez

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit