NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La vérité est-elle soumise au temps ? La vérité est-elle toujours évidente ? >>


Partager

La vérité est-elle toujours bonne à dire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La vérité est-elle toujours bonne à dire ?



Publié le : 26/8/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	La vérité est-elle toujours bonne à dire	?
Zoom

Remarque sur l'intitulé du sujet :

·         Il s'agit de s'interroger sur la vérité en tant qu'elle se dit ; en d'autres termes, on présuppose que quelque chose est dit, et que ce quelque chose est une vérité. Le problème étant de savoir si ce quelque chose est, du seul fait qu'il est vrai, « bon à dire «.

·         En effet, on nous demande d'attribuer une valeur à la vérité : faut-il toujours dire ce qui est vrai ? Il s'agit de questionner la vérité dans sa dimension morale : vrai et bien coïncident-ils nécessairement ?

·         Enjeu : sincérité et l'honnêteté et plus précisément le droit de taire une vérité, voire de mentir.

·         La question relève de la casuistique (l'art de traiter les cas) : en soi, la vérité est bonne à dire, mais, de fait, une vérité, une proposition vraie donnée, l'est-elle tout autant ?

·         Pour cerner le problème, il suffit de penser à un cas concret où il est bon de taire la vérité ; [exple : ne serais-je pas obligé de taire la vérité à un assassin venu tuer mon ami si je veux sauver la vie de ce dernier ?] ensuite, de souligner en quoi, cependant, on ne pourrait ériger ce cas singulier en règle universelle, c'est-à-dire qu'on ne saurait renoncer à faire de la vérité une valeur.

 

Problématique : L'honnêteté est une valeur : on considère que dire la vérité est, sinon un devoir, au moins une bonne chose. Cependant, est-ce toujours le cas ? Si, comme le fait remarquer Aristote, le monde des « affaires humaines « ne connaît pas la nécessité et la fixité des objets physiques, ne faut-il pas admettre que certaines vérités, compte tenu des circonstances, ne sont pas bonnes à dire ? Mais, si tel est le cas, comment ne pas reconsidérer alors la valeur morale accordée à l'honnêteté ? Peut-on tolérer qu'il soit licite de taire la vérité sans pour autant mettre à mal cet idéal que constitue l'honnêteté ?

 

 



            Pour Kant, disjoindre parole et pensée, être malhonnête = se servir de son être physique « comme d'un pur moyen (Sparchmaschine) qui ne serait pas lié à une fin interne (la communication de ses pensées) « ; à l'inverse, chacun est tenu « à la condition de s'accorder avec la déclaration de celle-ci [communication de ses pensées] et il est obligé envers lui-même à la véracité «. Enjeu : la personne. La véracité (qualité de celui qui dit la vérité) est un devoir envers soi-même : la malhonnêteté est une atteinte faite à soi. Exple : Augustin : si mentir est un péché, que dois-je répondre, pour mon salut, à l'assassin venu trouver l'ami que je cache ? Réponse = « je sais où il est mais je ne vous le dirais pas «. Mon salut et la vie de mon ami sont intacts.   b)     puis-je ériger en loi universelle ma maxime ? Invoquer les circonstances pour justifier qu'une vérité n'est pas bonne à dire apparaît ainsi comme une forme de faiblesse [on remarque d'emblée que la solution proposée par Augustin est audacieuse et très courageuse]. Disjoindre vérité et bien revient à se chercher des excuses, apparaît comme un prétexte pour échapper à ce devoir fondamental qui est de s'obliger à dire la vérité. Kant formule cette idée ainsi « tu dois donc tu peux « : un impératif ordonne catégoriquement, et de ce fait, on ne peut pas ne pas s'y soumettre ; pouvoir désobéir à un impératif = faire que cet impératif n'en est pas un.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3309 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La vérité est-elle toujours bonne à dire ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit