Le vivant serait-il connaissable sans l'errance, la maladie et la mort ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Etudier est-ce oublier de vivre ? L'art sert-il seulement à nous distraire ? >>


Partager

Le vivant serait-il connaissable sans l'errance, la maladie et la mort ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le vivant serait-il connaissable sans l'errance, la maladie et la mort ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Le vivant serait-il connaissable sans l'errance, la maladie et la mort	?
Zoom

Utilisé comme substantif, le terme générique « le vivant « recouvre l'ensemble des êtres vivants, mais désigne également les phénomènes et les propriétés qui constituent l'existence organique. C'est en ce sens que l'on parle de « sciences du vivant «. Celles-ci ne cessent, de leurs origines à nos jours, de progresser, de s'étoffer, de se complexifier et de se diversifier idéologiquement (on parle notamment de la controverse des thèses animistes, mécanistes, vitalistes). C'est dire l'immense difficulté pour l'homme d'approcher une connaissance du vivant.

La question ici posée aborde cette possibilité d'une telle connaissance à partir des aspects négatifs (errance, maladie) et même antithétiques (la mort) de la réalité vivante. Celle-ci semble donc, de prime abord, pour le moins paradoxal. Il faut pourtant bien reconnaître que ces trois aspects fonctionnent comme des « limites « au vivant. Ils sont, en outre, opérant pour tout organisme vivant, sans exception.

Est-ce à dire que ces trois modalités négatives sont, comme limites inhérentes au vivant, les conditions nécessaires de la connaissance de ce dernier ?

  • La connaissance des limites négatives intrinsèques du vivant est-elle, pour autant, une connaissance suffisante ?

  • Certaines pensées philosophiques ne permettent-elle pas, pourtant, d'accéder à un savoir du vivant par sa négativité ?

 



Le vivant serait-il connaissable sans l'errance, la maladie et la mort ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Le vivant serait-il connaissable sans l'errance, la maladie et la mort	? Corrigé de 1561 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Le vivant serait-il connaissable sans l'errance, la maladie et la mort ?" a obtenu la note de : aucune note

Le vivant serait-il connaissable sans l'errance, la maladie et la mort ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit