LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pourquoi écrit-on les lois ? L'homme est-il par nature un animal religieux ... >>


Partager

Voir le meilleur, est-ce nécessairement le suivre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Voir le meilleur, est-ce nécessairement le suivre ?



Publié le : 9/1/2004 -Format: Document en format HTML protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Voir le meilleur, est-ce nécessairement le suivre ?
Zoom

Le sujet ne porte pas sur ce qu'est le « meilleur « : la question « qu'est-ce que le meilleur? « ne doit pas être traitée pour elle-même. Le sujet porte sur l'articulation entre « voir le meilleur « et « suivre le meilleur « ou, en d'autres termes, entre la connaissance et l'action. La question nous invite à nous demander si l'action est le simple aboutissement de la connaissance, ou s'il y a plus dans l'action que dans la connaissance.
Le démarche du devoir découle de là : le sujet propose pour point de départ l'affirmation qu'il suffit de voir le meilleur pour le suivre. Cela revient à dire que l'action n'est que l'aboutissement de la connaissance. Cette proposition, qui n'est pas évidente, doit être justifiée, et tout le devoir va être orienté par cette unique question : qu'est-ce qui peut fonder cette dépendance de l'action à l'égard de la connaissance ? Dans cette recherche du fondement, la réflexion rencontre des cas où apparemment, il ne suffit pas de voir le meilleur pour le suivre. En cherchant à concilier ces cas avec la proposition de départ, on va s'avancer vers un fondement plus profond de la dépendance entre connaissance et action. On peut chercher ces exemples dans plusieurs directions :
— les passions qui font échec au gouvernement de soi par la raison ;
— l'inconscient qui échappe à l'emprise de la conscience ;
— le mal moral : le mal suppose que l'on connaisse le bien — un homme qui ne connaît pas le bien ne peut être tenu pour responsable du mal qu'il fait — et que tout en le connaissant, on ne le pratique pas. Notre corrigé a choisi de suivre cette troisième direction.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2839 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Voir le meilleur, est-ce nécessairement le suivre ?" a obtenu la note de :

10 / 10

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit