LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Puis-je vaincre une passion violente ? Satisfaire un désir, est-ce accomplir ma nat ... >>


Partager

Vouloir est-ce plus fort que désirer ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Vouloir est-ce plus fort que désirer ?



Publié le : 21/7/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Vouloir est-ce plus fort que désirer	?
Zoom

Notre sujet nous interroge sur le rapport entre volonté et désir du point de vue de leur force. Or, que devons-nous entendre par-là ? S’agit-il d’une intensité accrue, au sens où vouloir quelque chose reviendrait à le désirer plus ? Mais que peut alors signifier ce « plus « ? Nous verrons qu’il peut se comprendre grâce à la constance, la fermeté ou la résolution de la volonté, par rapport à l’aspect aléatoire du désir. Toutefois, le désir ne possède-t-il pas une puissance de « décharge «, qui en fait une force comparable à la volonté ? Ainsi, si la volonté tente d’arraisonner le désir, ne fait-elle pas alors l’aveu d’une force propre au désir ? Enfin, nous nous interrogerons sur la pertinence d’une opposition entre volonté et désir : en effet, si la volonté semble renvoyer à la possibilité de vouloir ou de ne pas vouloir, peut-on penser à l’inverse qu’elle ne puisse pas faire taire le désir, en considérant le fait que vouloir ne pas vouloir, c’est désirer quelque chose ?



La troisième est la partie rationnelle et elle passe par le calcul raisonné. Ainsi, nous pourrions dire que vouloir est plus fort que désirer au sens où le désir renvoie à la partie concupiscente de l'âme, qui dépend des choses sensibles. Le désir serait ce qui varie selon les excitations extérieures, ce qui se porte d'un objet à l'autre au gré des sollicitations ; en cela, il serait faible, car dépendant d'autre chose que de lui-même et inconstant. À l'inverse, la partie intellective et rationnelle de l'âme voudrait au sens propre, c'est-à-dire déciderait d'elle-même, de manière ferme et constante. Cette distinction entre les mobiles est suggérée par Kant : le désir suit le plaisir matériel, quand la volonté est respect de la loi universelle et rationnelle. Quoi qu'il en soit, le vouloir apparaît ici comme plus fort, c'est-à-dire plus assuré, plus ferme, plus constant. Alors que le désir est sourdement ressenti dans tout le corps, notamment sous la forme de la pulsion sexuelle, la volonté se manifeste clairement dans un « je veux ».   II - Les forces en présence               Le rapport que nous venons de mettre à jour entre volonté et désir s'apparente à la thèse cartésienne. En effet, pour Descartes, la volonté est une des modalités de la pensée et elle consiste à juger du vrai à partir des idées de l'entendement ; le désir, au contraire, est une passion, c'est-à-dire l'effet dans l'âme de mouvements physiques. De ce point de vue-là, vouloir est plus fort parce qu'il s'agit d'un acte autonome, libre et raisonnable.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1816 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Vouloir est-ce plus fort que désirer ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit