NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< G. FLAUBERT, La légende de Saint-Julien l'Hos ... Citations sur ZOLA >>


Partager

ZOLA, La Bête humaine (Zola décrit un train transportant des soldats, lâché en pleine vitesse après la mort violente de ses deux conducteurs et galopant « ainsi qu'une cavale indomptée. »)

Littérature

Aperçu du corrigé : ZOLA, La Bête humaine (Zola décrit un train transportant des soldats, lâché en pleine vitesse après la mort violente de ses deux conducteurs et galopant « ainsi qu'une cavale indomptée. »)



document rémunéré

Document transmis par : Nico50264


Publié le : 10/3/2011 -Format: Document en format HTML protégé

ZOLA, La Bête humaine (Zola décrit un train transportant des soldats, lâché en pleine vitesse après la mort violente de ses deux conducteurs et galopant « ainsi qu'une cavale indomptée. »)
Zoom

« On traversa Maromme, en coup de foudre. Il n'y avait plus de sifflet, à l'approche des signaux, au passage des gares. C'était le galop tout droit, la bête qui fonçait tête basse et muette, parmi les obstacles. Elle roulait, roulait sans fin, comme affolée de plus en plus par le bruit strident de son haleine.
 
 A Rouen, on devait prendre de l'eau; et l'épouvante glaça la gare, lorsqu'elle vit passer, dans un vertige de fumée et de flamme, ce train fou, cette machine sans mécanicien ni chauffeur, ces wagons à bestiaux emplis de troupiers qui hurlaient des refrains patriotiques. Ils allaient à la guerre, c'était pour être plus vite là-bas, sur les bords du Rhin. Les employés étaient restés béants, agitant les bras. Tout de suite, le cri fut général : jamais ce train débridé, abandonné à lui-même, ne traverserait sans encombre la gare de Sotteville, toujours barrée par des manœuvres, obstruée de voitures et de machines, comme tous les grands Dépôts. Et l'on se précipita au télégraphe, on prévint. Justement, là-bas, un train de marchandises qui occupait la voie, put être refoulé sous une remise. Déjà, au loin, le roulement du monstre échappé s'entendait. Il s'était rué dans les deux tunnels qui avoisinent Rouen, il arrivait de son galop furieux, comme une force prodigieuse et irrésistible que rien ne pouvait plus arrêter. Et la gare de Sotteville fut brûlée, il fila au milieu des obstacles sans rien accrocher, il se replongea dans les ténèbres, où son grondement peu à peu s'éteignit. «
 
 ZOLA, La Bête humaine.
 
 Sans dissocier la forme et le fond, vous ferez de ce texte un commentaire composé. Vous pourrez en étudier, par exemple, le caractère visionnaire et épique.
 
 Plan détaillé
 
 Introduction
 
 • Dernière partie de la Bête humaine, deux paragraphes avant la fin.
 
 • Un des romans-épisodes des Rougon-Macquart où Zola, ce « grand homme de vérité « (Jean Rostand) a voulu peindre toute l'évolution d'une famille partie du peuple.
 
 • Cette « histoire naturelle et sociale « est menée comme une enquête depuis la petite ville de Provence où il présente les premiers personnages décrits, La Fortune des Rougon...




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1993 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "ZOLA, La Bête humaine (Zola décrit un train transportant des soldats, lâché en pleine vitesse après la mort violente de ses deux conducteurs et galopant « ainsi qu'une cavale indomptée. »)" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit