cours de droit

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< baudelaire parfum exotique droit >>


Partager

cours de droit

Droit

Aperçu du corrigé : cours de droit



document rémunéré

Document transmis par : vanou78-282223


Publié le : 28/11/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
cours de droit
Zoom

Les sources du droit du travail
 
Chapitre 1   La diversité des sources du droit du travail
Chapitre 2   La hiérarchie des sources du droit du travail
Chapitre 3   Le principe de faveur
Chapitre 4   La neutralisation du principe de faveur par le jeu de l’accord dérogatoire
 
                  L'organisation internationale du travail (OIT) a été créée par le traité de Versailles (1919). C’est la seule organisation relative au travail, et à la sécurité sociale. Elle a pour vocation de promouvoir le droit international du travail c'est à dire de participer à la diffusion d’un certain nombre de prérogatives qui constitueraient un socle intangible et commun à l'ensemble des états ayant adhérer à l'OIT.
OIT comprend deux organes : un organe administratif, voir exécutif, à savoir le Bureau International du Travail et un organe délibérant, au travers de la Conférence Internationale du Travail, laquelle adopte les conventions internationales du travail lesquelles pour être directement applicables en droit interne, doivent être ratifiées par les états.
 
Exemples de conventions adoptées par la Conférence Internationale du Travail :
- La convention n° 105 sur l'obligation pour les états de supprimer travail obligatoire et travail forcé
- Les conventions n° 87 sur la liberté syndicale et n° 98 sur la protection du salarié syndiqué
- La convention n°100 sur l'égalité de rémunération homme femme
- La convention n°158 sur la résiliation du contrat de travail à l'initiative de l'employeur.
 
Observation : Ces dispositions peuvent être invoquées devant n'importe quelle juridiction étatique. Le juge peut confronter une disposition du droit étatique, une disposition conventionnelle, une clause contractuelle à ces conventions internationales du travail.
 
 
La Cour de Cassation rend souvent des arrêts, au visa de conventions internationales du travail.
La convention européenne des droits de l'homme est directement applicable dans l'ordre juridique interne, elle ne concerne pas uniquement les relations de travail, elle reconnaît des droits civils et politiques. Elle ne comprend qu'une disposition, l'article 11 concernant les relations de travail, relative au droit de fonder des syndicats et de s'y affilier.
Néanmoins, ces droits et libertés reconnus par la convention européenne des droits de l'homme compte tenu de leur grande généralité, de leur importance, impacte l'ensemble des rapports juridiques y compris les rapports de travail.
Des questions relevant de l'objet des dispositions de la convention européenne des droits de l'homme tel que la liberté d'expression, le droit au respect de la vie privée, le droit au respect de la correspondance peuvent se poser à l'occasion ou dans le cadre des rapports de travail.
La CEDH est donc invocable dans les rapports de travail subordonné.
La CEDH a un effet direct horizontal, elle est applicable dans les rapports juridiques entre personnes privées.
 
Chapitre 1  La diversité des sources du droit du travail
 
Les sources étatiques
La Constitution
La matière constitutionnelle s'est élargie depuis la décision du Conseil Constitutionnel du 16 juillet 1971 qui reconnaît une valeur juridique aux énoncés du préambule de la constitution.
La constitution contient alors aussi des règles relatives aux libertés et aux droits fondamentaux et le Conseil Constitutionnel a progressivement fait émerger au sommet de la hiérarchie des normes, un bloc de constitutionnalité qui se compose des énoncés de la DDHC, de ceux du préambule de la constitution de 1946 (principes politiques, économiques et sociaux et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la république = PFRLR). On parle de constitutionnalisation, ce qui désigne l'émergence au sommet de la hiérarchie des normes de règles relatives aux libertés et droits fondamentaux. De ce fait,  des règles spécifiques au droit du travail ont acquis une valeur constitutionnelle (droit de grève, droit à l'emploi).
Cela signifie également que les rapports de travail sont plus intensément qu'auparavant assujettis à des normes constitutionnelles générales comme la liberté individuelle, le principe d'égalité, le droit au respect de la vie privée…).
 
Les lois
Les lois sont nombreuses en droit du travail car au terme de l'art 34 de la constitution, la loi détermine les principes fondamentaux du droit du travail, du droit de la sécurité sociale, du droit syndical. C'est le parlement qui confère au droit du travail sa légitimité.
                  La plupart des lois du travail sont réunies dans le code du travail qui a été réécrit par une ordonnance du 12 mars 2007 qui est entrée en vigueur le 1er mai 2008. Le plan, la numérotation, le découpage des articles, les titres, le vocabulaire ont été remaniés.
                  En droit du travail, la loi a une fonction « tutélaire » c'est à dire que les dispositions législatives ont un caractère impératif mais ce caractère impératif n'a pas toujours la même intensité car la plupart des lois qui sont compilées dans le code du travail sont des normes minimales c’est à dire des normes auxquelles des normes subalternes comme la convention collectives et le cas échéant le contrat de travail peuvent déroger.
C'est pourquoi on dit que la loi a un caractère public social ou d'ordre public relatif en ce sens que des normes subalternes peuvent y déroger.
Exemple : le SMIC est une institution légale, le niveau du SMIC est fixé par décret, la loi qui institue le SMIC est impérative mais c'est une loi d'ordre public social en ce sens où les conventions collectives de branche et d'entreprises peuvent prévoir une rémunération supérieure au SMIC légal.
On parlera alors de SMIC conventionnel.
Néanmoins il existe des lois qui ont un caractère d'ordre public absolu, auxquelles il est impossible de déroger.
Exemple : il est illicite de déroger aux règles qui gouvernent la compétence d'attribution et la compétence territoriale du conseil des prud'hommes.
Le règlement
Les matières autres que celles du domaine de la loi ont un caractère règlementaire (Article 37 de la Constitution). La loi ne fait que déterminer les principes fondamentaux, de nombreuses normes relèvent de la compétence du pouvoir règlementaire.
Il faut distinguer les règlements de type classique pris en application d'une loi et les règlements autonomes pris en application de l'art 37, c'est-à-dire dans les domaines qui échappent à la compétence du législateur.
 
 
 
 
Exemple : c'est un décret en conseil des ministres qui fixe le montant du SMIC, ce sont des décrets simples qui fixent le montant minimum des indemnités de licenciement.
                        Possibilité d'extension des conventions collectives de branche : sous certaines conditions prévue par la loi, le ministre a la possibilité d'étendre l'application d’une convention à toutes les entreprises de la branche considérée par arrêté ministériel.
L'administration du travail est également compétente pour rendre des avis. Ainsi, l'inspecteur du travail rend une autorisation de licenciement pour un salarié titulaire d'un mandat (délégué syndical....) car l’intéressé bénéficie d'un statut protecteur et ne peut pas être sanctionné, licencié sans autorisation de l'inspecteur du travail.
En cas de refus, l'employeur peut exercer un recours administratif ou juridictionnel pour contester le refus de l'inspecteur du travail de consentir par exemple,  au licenciement du salarié protégé.
 
Les sources dites « professionnelles »
- Les conventions et les accords collectifs de travail (sources négociées)
Des accords conclus entre d'un côté, des organisations professionnelles d'employeurs MEDEF (Mouvement des Entrepreneurs et des Entreprises Françaises) tels que les accords nationaux, interprofessionnels ou encore les accords de branche ou un employeur isolé, accord d'entreprise par essence) et par des organisations syndicales représentatives de salariés, d’un autre.    
La convention collective est dotée d'un effet normatif c'est à dire que la convention collective s’applique à des personnes qui ne l'ont pas elles- mêmes signée (les syndicats signent une convention collective qui va produire des effets dans le champs professionnel et géographique dans lequel elle s'applique).
Elle est élaborée tel un contrat mais dans son application, la convention collective engendre des normes impératives dans son champs d'application territorial et professionnel.
La convention collective a également un effet impératif et automatique, elle s'impose dans son contenu aux contrats de travail conclu entre un employeur et ses salariés dès lors que la convention a vocation à s'appliquer, que l'entreprise est assujettie à la convention collective, sous réserve de clauses plus favorables du contrat individuel de travail. La convention collective n'a pas pour effet de rendre caduque, d'annuler la clause contraire d'un contrat de travail, l'application de la clause est comme suspendue pendant le temps d'application de la convention collective.         
 
 
 
- Les sources non conventionnelles
Il existe des normes qui s'imposent au salarié et qui ne résulte ni de négociations collectives, ni d’un contrat de travail, ni même des pouvoirs publics.
Le règlement intérieur : c'est l’expression du pouvoir normatif de l'employeur, consacré par la loi du 4 août 1982 qui en a limité l'objet et a étendu le contrôle par l'inspecteur du travail de sa légalité interne et externe, s’agissant d’un acte règlementaire de droit privé.
Au terme de l'art 1321-1 CT « le règlement intérieur est un document écrit par lequel l'employeur fixe exclusivement les mesures d'application de la réglementation en matière de santé et de sécurité dans l'entreprise. (...) Les règles générales et permanentes relatives à la discipline notamment la nature et l'échelle des sanctions que peut prendre l'employeur ».
Le règlement intérieur renferme des informations générales, impersonnelles, à destination de l’ensemble des salariés et comprend des dispositions  disciplinaires. L'employeur ne peut pas prononcer une mesure « répressive » qui ne figurerait pas dans l’échelle des sanctions, insérée au règlement intérieur de l’entreprise. C’est le respect du principe dit de la légalité des sanctions.
Le règlement intérieur ne peut apporter au droit des personnes et aux libertés individuelles et collectives des restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni par le but recherché ».
L'usage est une pratique émanant de l'employeur qui se matérialise par lé réunion de trois critères, à savoir : la constance, la généralité et la fixité. L'usage c'est une norme née d'une pratique.
Exemple : une prime d'assiduité résulte d'un usage en vigueur dans l'entreprise. Si l'employeur souhaite supprimer cette prime, il le peut, mais il doit respecter un délai de prévenance apprécié in concreto et doit informer les représentants élus du personnel (le cas échéant) et chaque salarié pris individuellement de son intention de dénoncer l'usage.
Les engagements unilatéraux sont proches de l'usage. Ils consacrent un avantage prenant sa source dans un engagement unilatéral de l’employeur qui résulte le plus souvent  d’accords conclus entre celui-ci et les représentants élus du personnel, dans des conditions qui ne sont pas celles qui s'appliquent à la négociation des accords collectifs de travail. Ils résultent d’une négociation informelle au sein de l'entreprise. Ces accords sont souvent qualifiés d’accords atypiques.
 
 
 
 
 
Chapitre 2  La hiérarchie des sources du droit du travail
Le principe de la hiérarchie des normes juridiques en droit du travail
                  Ce principe a pour objet d’affirmer que toute norme de rang inférieur à une autre ne peut pas s’appliquer au lieu et place d’une norme de rang supérieur, au sens où son application ne doit pas ...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : cours de droit Corrigé de 9114 mots (soit 13 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "cours de droit" a obtenu la note de : aucune note

cours de droit

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit