Fiche de lecture de Bel Ami de Maupassant

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< cours structure social LA CONSCIENCE >>


Partager

Fiche de lecture de Bel Ami de Maupassant

Echange

Aperçu du corrigé : Fiche de lecture de Bel Ami de Maupassant



Document transmis par : Emeline.G-279933


Publié le : 22/10/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Fiche de lecture de Bel Ami de Maupassant
Zoom

Marion Claës

Master CMA

Année 2008/2009

Université Paris IX Dauphine
Master 2 Comptabilité, Management, Audit
Séminaire : Philosophie, éthique, comptabilité, contrôle
Responsable : Yvon Pesqueux

Fiche de Lecture : Bel-Ami, de G. de Maupassant

Bel-Ami, G. de Maupassant, Ed. Livre de Poche, 1983, n°619

1

Marion Claës

Master CMA

Année 2008/2009

Table des matières
L’auteur : Guy de Maupassant (1850-1893) .............................................................................. 3
Postulats ..................................................................................................................................... 5
Résumé ....................................................................................................................................... 9
Discussion critique ................................................................................................................... 12
Bibliographie complémentaire ................................................................................................. 19

2

Marion Claës

Master CMA

Année 2008/2009

L’auteur : Guy de Maupassant (1850-1893)

Après une enfance libre et heureuse en Normandie, il assista à la débâcle de 1870, puis
accepta un emploi de fonctionnaire à Paris. Le jeune Maupassant passa dix années comme
commis d’abord au Ministère de la Marine puis au Ministère de l’Instruction Publique où il
fut transféré en 1878. Parallèlement à une vie sportive et joyeuse (canotage sur la Seine le
week end et pendant les vacances en galante compagnie), il fit son « apprentissage » littéraire
sous la direction de Flaubert, ami de la famille, qui lui imposa les exigences de l’esthétique
réaliste et lui fit connaître Huysmans, Daudet, Zola, Tourgueniev. Il fournit des articles à
d’importants journaux de son temps comme Le Figaro, Gil Blas, Le Gaulois et L’Écho de
Paris, tout en persévérant dans l’écriture de romans et de nouvelles. Boule de suif (1880), une
des nouvelles du recueil collectif des écrivains naturalistes Les Soirées de Médan, détermina
sa vocation de conteur et lui assura le succès. Vivant désormais de ses livres, il écrivit
quelques trois cents nouvelles en dix ans, publiées dans les journaux puis dans des recueils
dont les principaux sont La Maison Tellier (1881), Les Contes de la bécasse (1883), Les
Sœurs Rondoli (1884), Les Contes du jour et de la nuit (1885), La Main gauche (1889) et
L’Inutile Beauté (1890). Evoquant tour à tour la Normandie, la guerre de 1870, le cynisme des
milieux parisiens, ces contes reflètent tous les tons, de la sobriété la plus classique au comique
le plus scabreux en passant par le réalisme ou le fantastique. Etre débordant de sensuelle
vitalité, souvent fêté (comme son personnage Bel-Ami), voyageant sur son yacht personnel,

3

Marion Claës

Master CMA

Année 2008/2009

nommé Bel-Ami aussi en référence à son roman de 1885, la Grande-Bretagne, l’Italie,
l’Afrique du Nord, il fut progressivement assombri par des troubles nerveux et la hantise de la
mort. L’évolution de la maladie est perceptible dans ses six romans, de Une Vie (1883) à Fort
comme la mort (1889). Aux hallucinations (Le Horla, 1887) succéda le délire, et il mourut
après 18 mois d’internement. Sa personnalité tant puissante qu’inquiète et sombre transparaît
dans ses œuvres.

Qu’il parle le savoureux patois normand de ses paysans ou décrive la montée de l’angoisse,
Maupassant est bien le maître de la nouvelle. Il a appris à l’école de Flaubert à rechercher « la
réalité choisie et expressive ». S’écartant de l’esthétique naturaliste, il veut donner de la vie
« une vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même » (Préface de
Pierre et Jean, 1888) ; d’où un style savamment simple, des notations brèves et aiguës sur le
décor et sur les personnages.

4

Marion Claës

Master CMA

Année 2008/2009

Postulats
Appartenance littéraire de l’œuvre

Maupassant se situe entre le courant réaliste et le courant naturaliste. Il se méfie des étiquettes
et des écoles, c’est pour cela qu’il est difficile de le classer absolument dans l’un ou l’autre de
ces courants littéraires.
Le réalisme (1850-1865) s’est développé contre le romantisme. Les membres de ce courant
refusent l’idéalisme, recherchent la modernité et préconisent l’objectivité. Représentants :
Stendhal, Balzac, Flaubert.
Le naturalisme (1865-1893) se situe dans le prolongement du réalisme,mais il manifeste une
ambition scientifique et une volonté expérimentale, exprimant le tempérament du personnage
et visant les manifestations de l’hérédité. Représentants : Frères Goncourt, Zola.

Bel-Ami se rapproche davantage du courant naturaliste par la description sobre des faits et des
gestes en même temps qu’une observation politique, sociale et morale minutieuse, une réalité
sordide, et une absence d’explication psychologique (cette dernière caractéristique est
expliquée par Maupassant considérant que dans la réalité cette psychologie est cachée et qu’il
faut être au plus près du réel). De plus, le caractère naturaliste du roman transparaît dans le
fait que le destin du héros est en grande partie conditionné par son tempérament et ses
origines sociales. Enfin, Bel-Ami est un roman à la fois classique et moderne, classique dans
sa facture et son organisation, moderne dans son accent et ses résonances.
Contexte historique du roman

Dans le courant de sa vie, Maupassant a connu trois régimes politiques différents : tout
d’abord, la IIème République qui n’a duré que 4 ans (1848-1852), ensuite le Second Empire
inauguré par le coup d’Etat de Napoléon III en 1852 qui prit fin avec, finalement, le retour de
la république avec la IIIème République (1870-1940).
Le contexte politique du roman Bel-Ami est celui du régime de la IIIème République (18701940), première République à s’inscrire dans la durée depuis 1789, elle a été marquée par de
nombreux événements :
-

La guerre franco-prussienne de 1870-1871 : ce conflit opposa la France et les états
d'Allemagne sous la domination de la Prusse. Elle fut courte, à peine six mois, de la
5

Marion Claës

Master CMA

Année 2008/2009

mi-juillet 1870 jusqu'à la fin janvier 1871. La période impériale de la guerre d'une
durée d'un mois et demi environ vit la perte de l'Alsace, l'invasion de la Lorraine, et le
siège de la ville de Metz. La désastreuse bataille de Sedan, tournant de la guerre,
amena la chute de l'empire et la proclamation de la République.
-

La Commune (18 mars-28 mai 1871) : révolte populaire contre le gouvernement issu
de l’Assemblée Nationale qui venait d’être élu au suffrage universel. La révolte fut
réprimée dans le sang.

-

Adolphe Thiers : deuxième président de la République en France, il commande
l’assaut militaire contre les révoltés de la Commune. Il aura du mal à concilier les
aspirations républicaines et monarchistes.

-

Jules Ferry (1879-1885) : il met en place l’école primaire publique et obligatoire
(1881-1882), la liberté de la presse (1881), la légalisation des syndicats (1884) et mène
une politique colonialiste très offensive.

-

Le boulangisme : en 1889, Clemenceau fait entrer sur la scène politique un général fort
populaire, Georges Boulanger. Ce dernier finira par décevoir à cause d’idées radicales
et dangereuses pour la République.

-

L’expansion coloniale, le second empire colonial français : la présence française va
progresser en Tunisie, au Congo, dans le Sud-Algérien, en Afrique occidentale, à
Madagascar, en Indochine et à Tahiti.

-

L’alliance franco-russe : il s’agit d’un accord de coopération militaire entre la France
et la Russie qui fut en vigueur de 1892 à 1917, pour faire front commun contre la
Triple Alliance (Empire allemand, Autriche-Hongrie, Royaume d’Italie).

-

L’affaire Dreyfus (1894-1906) : elle a pour origine une erreur judiciaire, sur fonds
d’espionnage et d’antisémitisme. Le capitaine Alfred Dreyfus est accusé d’avoir livré
des plans secrets aux Allemands, il est condamné et envoyé au bagne. Il reçoit le
soutien de Zola à travers son fameux article « J’Accuse » en 1898. Mais son innocence
ne sera officiellement établie qu’en 1906.

-

Séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905 : L’Eglise devient totalement indépendante
de l’Etat et doit désormais subvenir à ses besoins financiers.

-

Première guerre mondiale en 1914.

-

Crise de 1929.

Dans le roman, Maupassant mentionne à de nombreuses reprises l’« affaire du Maroc »
(p.120, p.239, p.260, p.291) qui a permis à de nombreux hommes influents du journalisme et
6

Marion Claës

Master CMA

Année 2008/2009

de la politique de faire fortune. Cette affaire fait en réalité référence à l’« affaire de la dette
tunisienne ». Celle-ci débute en 1879 lorsque les obligations de la dette contractée par la
Tunisie envers la France sont en baisse car la France semble se désintéresser de la Tunisie.
Des épargnants vendent donc leurs titres à bas prix à des souscripteurs mieux avisés. Jules
Ferry, prenant prétexte d’exactions commises par les Kroumirs sur la frontière algérienne,
ordonne l’invasion du territoire tunisien. La Tunisie est alors sous protectorat et sa dette est
garantie par l’Etat français. Les obligations remontent d’un seul coup au-dessus du pair,
faisant la fortune des mieux renseignés donc des mieux placés dans la société.

Contexte de parution du roman

Bel-Ami a été publié en feuilleton dans Gil Blas entre le 6 avril et le 30 mai 1885. Les
réactions des critiques furent vives et partagées. Maupassant était en voyage en Italie lors de
la publication et prit connaissance des critiques avec retard. Il adressa une réponse au
rédacteur en chef de Gil Blas qui fut publiée dans le journal le 7 juin 1885.

Néanmoins, Bel-Ami rencontra le succès auprès du public : 27 éditions furent épuisées en
quatre mois. Cet engouement est dû en partie au genre auquel il est rattaché, le naturalisme,
très en vogue à cette époque. Les lecteurs étaient également avides de connaître les
accusations portées par Maupassant au monde du journalisme, et de comprendre ce qui faisait
polémique.

Contexte d’écriture : Maupassant se laisse deviner derrière la fiction

Maupassant dira en riant : « Bel-Ami, c’est moi ».
Maupassant sait de quoi il parle : le roman de la presse et de l’arrivisme est un roman vécu par
son auteur.
Maupassant, à l’époque du roman, est un homme arrivé, il est connu et apprécié par un public
de plus en plus vaste. Maupassant a, comme son héros, gravit rapidement les échelons de son
métier, écrivain. C’est également le journalisme qui a permis à l’auteur de sortir de la vie
médiocre (p.67). Il a connu la vie étroite du jeune provincial épris d’indépendance, puis de
l’écrivain néophyte apprenant durement son métier. Bel-Ami sera le miroir où Maupassant
pourra contempler les bons côtés de son ascension.

7

Marion Claës

Master CMA

Année 2008/2009

Maupassant connaissait parfaitement l’univers de la presse, ayant été lui même journaliste. Il
n’a donc pas besoin de faire des recherches sur ce milieu mais pour l’auteur, la fiction est le
moyen le plus apte à exprimer la vérité. Maupassant connaît toutes les habitudes, tous les
travers, la galerie de personnages au sein du journalisme, il y a travaillé et peut donc en parler
en connaissance de cause.

Lire Bel-Ami, c’est connaître Maupassant dans l’intimité de sa solitude, dans l’outrance de
ses angoisses et de son pessimisme et décerner les signes d’une déchéance brutale,
(Maupassant est en effet atteint de la syphilis dès 1877), c’est donc l’idée de la mort et de la
violence de la société aveuglée par l’argent et l’envie qui transparaît de façon récurrente dans
le roman. Maupassant laisse percevoir ses thèmes de prédilection à travers des personnages
interposés : amour de la Normandie, peur de la mort, vicissitudes de Paris, angoisse de la
solitude, entre autres.

8

Marion Claës

Master CMA

Année 2008/2009

Résumé
Le roman relate l’ascension phénoménale d’un jeune homme de vingt-cinq ans,
Georges Duroy, dans le monde professionnel et social, aspirant à la conquête de Paris. Il
apparaît dans une situation plutôt critique : sans le sou, affamé, il exerce un travail laborieux
et sans grand avenir, néanmoins il plaît déjà aux femmes.
Un soir d’été, il fait la rencontre sur le boulevard d’un ancien camarade hussard,
Charles Forestier, qui a mieux réussi que lui puisqu’il a un bon poste dans le milieu du
journalisme. Forestier, bon camarade, va lui en ouvrir les portes et permettre ainsi son
ascension sociale en gravissant tous les échelons du métier : besognes secondaires, reporter,
chef des &...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Fiche de lecture de Bel Ami de Maupassant" a obtenu la note de : aucune note

Fiche de lecture de Bel Ami de Maupassant

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit