Devoir de Philosophie

Le drame romantique : de Victor Hugo à Musset

Publié le 02/06/2011

Extrait du document

hugo

Plan:

I. La Naissance du drame romantique a) Contexte historique b) Théorie du drame romantique II. Projet du drame romantique a) Opposition aux règles classiques b) Le héros romantique III. Figures maîtresses du drame romantique a) Victor Hugo b) Alfred de Vigny c) Alfred de Musset Introduction Le drame romantique est né à la suite du drame bourgeois du XVIII ème siècle. La jeunesse romantique est à la recherche d'actes héroïques, elle ne se sent pas à l'aise dans l'époque où elle vit. Ce genre nouveau marque la volonté des dramaturges de s'affranchir des règles traditionnelles, jugées trop contraignantes. Le modernisme et les démesures du théâtre shakespearien servent de modèle à la jeune génération d'auteurs romantiques. Shakespeare leur paraît moderne pour plusieurs raisons: il a écrit pour les Rois et les courtisans mais aussi pour le peuple. I La Naissance du drame romantique

a) Contexte historique Le romantisme naît dans un moment charnière de l'histoire de France (celui qui sépare l'Empire napoléonien de la Seconde République. Les régimes se succèdent et s'achèvent dans une crise plus ou moins sanglante. Pendant le demi-siècle romantique, on peut constater la faible longévité du théâtre romantique. Le drame  romantique apparaît avec Stendhal, Racine, Shakespeare et Hugo. La plupart des chefs-d’œuvre apparaissent durant la Monarchie de Juillet (1830-1848 ). En 1843, le genre disparaît avec l'échec des Burgraves de Victor Hugo b) Théorie du drame romantique L'ambition des romantiques est de donner une image de la réalité toute entière. Le drame romantique a recours au mélange des genres qui permet de représenter dans toute leur richesse, toute leur singularité, l'ensemble des situations et des sentiments présents dans la nature. Victor Hugo illustre ce principe de mélange des genres dans ses pièces aussi bien que dans ses romans en n'hésitant pas. Les romantiques condamnent la règle des 3 unités développée par les classiques (action, temps et lieu). L'unité de lieu empêche de tout montrer et a pour effet de substituer des récits aux scènes et des descriptions aux tableaux. L'unité de temps empêche de saisir les passions dans toutes leurs richesses, leurs nuances et toute la complexité de leur développement.  Le romantisme travaille donc sur un art plus libre et moins rigoureusement intellectuel. Cependant son œuvre doit être équilibrée et harmonieuse è PRINCIPE D'UNITE D'ENSEMBLE. Il importe de garder l'intrigue lisible et de conserver la cohérence de l'œuvre. II. Projet du drame romantique

 a) Opposition aux règles classiques Refus de la règle des trois unités: elle étouffe le génie Refus de la règle de bienséance: les romantiques veulent montrer sur scène ce qui existe (meurtres, suicides, duels, etc...) Le mélange des genres, la diversité: les romantiques prétendent qu'on peut écrire une pièce de théâtre en mélangeant les tons, refusant ainsi qu'il n’ait que du tragique dans une tragédie, que du comique dans une comédie.  

Rejet du drame bourgeois qui fidèle aux décors, aux costumes, pour imiter la réalité. Refus de l'illusion de faire vrai au nom de l'imagination, de l'expression du génie.  

Rejet du moralisme et de la conception dualiste du bien et du mal: le drame bourgeois possède toujours un dénouement moralisateur. b) Le Héros romantique Le héros du drame romantique contraste avec les personnages stéréotypés et caricaturaux de la tragédie classique et du mélodrame. Il est montré dans son individualité unique et complexe. Il est généralement solitaire et marginal. Souvent incompris, il tisse des liens forts avec la Nature. La vie des héros romantiques est souvent fondé sur l'engagement politique, les amours impossibles, le sacrifice final (suicide), l'importance du désir et de la fatalité. En gros: Le héros romantique symbolise le " mal du siècle ".  

 

III. Figures maîtresses du drame romantique

1823-1825 : Racine et Shakespeare de Stendhal (Stendhal met en parallèle la dramaturgie racinienne et shakespearienne et démontre la supériorité de l'œuvre de Shakespeare. Il initie dans cet essai sur le théâtre la remise en question des règles esthétiques de la tragédie classique. Stendhal encense la résonance émotionnelle puissante des drames de Shakespeare qu'il oppose à la froideur des rigides tragédies raciniennes.)

 a) Victor Hugo

Principal dramaturge dramatique français

‘’ Ce genre est une peinture totale de la nature’’ (Le Drame Romantique)

 

Né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un poète, dramaturge et prosateur romantique considéré comme l'un des plus importants écrivains de langue française. Il est aussi une personnalité politique et un intellectuel engagé qui a compté dans l'Histoire du XIXe siècle.

Théoricien du drame romantique, Victor Hugo en est aussi le représentant principal. Ses huit drames, plus ou moins fidèles à sa doctrine, préfèrent dans l'ensemble les vers à la prose, explorent les effets contrastés du mélange des genres et jouent sur l'identité double des héros.

Victor Hugo choisit de situer ses pièces principalement dans le XVIe siècle et le XVIIe siècle, se documente beaucoup avant de commencer à écrire, présente souvent une pièce à trois pôles : le maître, la femme, le laid[ où se confrontent et se mélangent deux mondes : celui du pouvoir et celui des serviteurs, où les rôles s'inversent, où le héros se révèle faible et où le monstre a une facette attachant ( ex Ruy Blas, serviteur, joue le rôle d'un grand d'Espagne).

L'amour y est dépeint avec lyrisme, les personnages revêtent une portée symbolique forte et le cadre historique des pièces est traversé d'un souffle épique. L'émotivité du spectateur est sollicitée par la présence de péripéties, et son intérêt est soutenu par la complexité des intrigues et la promesse d'un épilogue heureux.

 

-  Préface de Cromwell (1827) : Hugo y définit ce que doit être un drame romantique. Mais on retiendra essentiellement la préface de la pièce pour sa valeur fondatrice : la Préface de Cromwell constitue un véritable manifeste du drame romantique. Hugo s'en prend notamment aux trois unités conventionnelles (action, temps et lieu) de la tragédie classique qu'il accuse d'asphyxier l'inspiration et le génie.

-  En 1830, la première d'Hernani de Victor Hugo, à la Comédie Française, donne lieu à la fameuse « bataille d'Hernani « qui oppose, dans une atmosphère de scandale, les partisans du classicisme à ceux du romantisme menés par Théophile Gautier. La lutte d'influences qui suivra la représentation se soldera finalement par la victoire du romantisme. La pièce devient emblématique du renouveau du théâtre.

 Les drames les plus connus d’Hugo : Cromwell (1827) Marion Delorme (1829) Hernani (1830) Ruy Blas (1833) Lucrèce Borgia (1833)

 

 

b) Alfred de Vigny

En 1829, Alfred de Vigny adapte en français l'Othello de Shakespeare, écrit une pièce historique puis s'affirme comme un des représentants du drame romantique en écrivant en 1835 Chatterton, une pièce symbolique, qui reçoit un excellent accueil. Il y confronte l'idéalisme d'un jeune poète à une société bassement matérialiste et égoïste. Il y pratique le mélange des genres, des registres et des styles chers au romantisme et soigne particulièrement les détails du décor et des costumes.

 

c) Alfred de Musset

Alfred de Musset, né le 11 décembre 1810 à Paris et mort le 2 mai 1857 dans la même ville, est un poète et un dramaturge français de la période romantique.

En 1834, Alfred de Musset écrit pour le théâtre un drame romantique, Lorenzaccio, inspiré de faits historiques. Le drame se conclut sur une série de meurtres, d'actes manqués et d'illusions perdues. Musset donne une portée symbolique à cette pièce qui peint la ville de Florence livrée à la débauche. Il dénonce à travers elle les problèmes de son époque et particulièrement ceux de la jeunesse, du peuple et des femmes sous Louis-Philippe. Le drame romantique de Musset est caractérisé par l'abondance des personnages, des lieux et des péripéties, ainsi que l'imbrication étroite de plusieurs intrigues. Ses pièces, très personnelles, témoignent de ses interrogations intérieures, notamment sur l'identité profonde face à la comédie sociale. Ses personnages souffrent de l'indifférenciation entre l'être et le paraître et de ce « masque social « qui leur colle à la peau. Ils expérimentent tous le drame du dédoublement.

Pièces d'Alfred de Musset : La Nuit vénitienne (1830) Les Caprices de Marianne (1833) Fantasio (1834) Lorenzaccio (1834)  On ne badine pas avec l'amour (1834)

 

Liens utiles