NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Morale et ordre au siècle de Louis XIV Formation historique au droit >>


Partager

"l'introduction a l'esthétique " de HEGEL

Echange

Aperçu du corrigé : "l'introduction a l'esthétique " de HEGEL



Publié le : 25/9/2014 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
"l'introduction a l'esthétique " de HEGEL
Zoom

Introduction :

a)Entrée en matière :
&#8203;La notion de conscience de soi possède des significations diverses mais reliées entre elles. Dans l&#8217;expression courante « reprendre conscience », la conscience de soi a le sens d&#8217;un sentiment de soi, qui n&#8217;est pas tout-à-fait la conscience d&#8217;une identité personnelle. Il importe donc de distinguer la conscience de soi du sentiment de soi. Si le second désigne la vie qui s&#8217;affecte elle-même, la première désigne pour sa part une caractéristique énigmatique de la pensée ; à savoir sa structure réflexive. Grâce à celle-ci, en effet, toute pensée d&#8217;un sujet, quel que soit son objet, est en même temps pensée d&#8217;elle-même. Toute énigmatique qu&#8217;elle soit, cette structure est à l&#8217;origine d&#8217;un problème pour le sujet : du fait de sa présence, tout homme porte en lui le projet de se connaître, de prendre conscience de lui-même. Si ce projet possède un caractère universel, il n&#8217;en n&#8217;est pas moins difficile : comment se forme la conscience de soi ? La réflexion théorique ne semble pas permettre au sujet d&#8217;élaborer une parfaite connaissance de lui-même. Pourquoi ? Parce que le moi de la conscience de soi est souvent obscur et toujours confus.
b)Objet et c) problème :
La connaissance de soi est donc une tâche difficile, toujours susceptible de sombrer dans l&#8217;illusion. Cela doit-il nous conduire à remettre en cause notre définition de la conscience de soi ? Celle-ci ne désignerait donc plus simplement un fait brut qui s&#8217;impose à la pensée, mais bien plutôt le terme d&#8217;une entreprise éthique ; il faut prendre conscience de soi, et cela sur un mode de libération. Dans l&#8217;introduction de l&#8217;Esthétique, Hegel entend justement montrer que la conscience de soi ne se réalise peut-être pas seulement dans une dimension réflexive, et par conséquent subjective, mais aussi et, peut-être, surtout, dans un dimension pratique et objective. La conscience de soi désigne-t-elle un simple fait statique qui s&#8217;impose à la pensée ou bien un processus complexe qui doit être mis en ½uvre par le sujet ?
d)Plan et e) enjeux :
Le texte présente en effet la conscience de soi comme un processus d&#8217;acquisition ou de formation. Par-delà la simple description du processus, une véritable redéfinition de la conscience et de la théorie de la subjectivité se met en place, qui constituent les enjeux de la démarche hégélienne. Pour cerner cette démarche, il convient d&#8217;analyser successivement la description hégélienne du fait de la conscience, l&#8217;exposé de la méthodologie de la prise de conscience de soi qui en découle, et, enfin, l&#8217;explication de l&#8217;origine de ce processus.









DEVELOPPEMENT :

I) LE FAIT DE LA CONSCIENCE ET L&#8217;ETUDE COMPARATIVE DES CHOSES DE LA NATURE ET DE L&#8217;HOMME : (phrase 1)

&#8203;Hegel écrit que les «choses de la nature n&#8217;ont qu&#8217;une existence immédiate », c&#8217;est-à-dire qu&#8217;elles ne possèdent de devenir et n&#8217;ont pas à devenir. En ce sens, on peut considérer la vie naturelle comme une simple croissance quantitative. On peut donc dire qu&#8217;un être naturel reste toujours conforme à sa défintion, qui pour cette raison le précède et ne sera pas modifiée par son existence. En revanche, on constate que l&#8217;existence d&#8217;aucun homme ne se trouve précisé dans sa définition. Selon Hegel, l&#8217;essence des êtres naturels précède leur existence, ce qui signifie que leur existence n&#8217;est conformité à leur essence. Or, qu&#8217;est-ce que l&#8217;essence d&#8217;une chose naturelle ? C&#8217;est précisément sa nature. C&#8217;est pourquoi cette existence est immédiate : autrement dit, l&#8217;être naturel n&#8217;a pas à devenir et ne peut pas devenir autre chose que ce qu&#8217;il est par nature. Au contraire, l&#8217;homme mène une double existence .
D&#8217;une part, il est immédiatement ce qu&#8217;il est. Mais qu&#8217;est-ce qui est naturel dans l&#8217;homme ? Hegel répond à cette question en faisant référence au corps : l&#8217;homme existe en tant que corps et son existence naturelle est une existence animale. Cependant, l&#8217;homme n&#8217;existe-t-il qu&#8217;en tant que corps ? Non, il existe aussi en tant qu&#8217;esprit, ce qui signifie avant tout qu&#8217;il existe pour lui-même, ce qui définit la conscience de soi. Mais, de cette conscience de soi, Hegel dit que c&#8217;est une activité. Qu&#8217;est-ce que cela signifie ? Que la conscience de soi détache l&#8217;homme de la nature. Pour quelle raison ? Parce que la conscience de soi, par sa simple structure, c&#8217;est l&#8217;ouverture à la liberté. En opposant la nature et l&#8217;esprit, Hegel oppose ainsi la nature et la liberté, ou la nature et l&#8217;histoire. En ce sens, le pour soi, par sa simple nature, c&#8217;est l&#8217;ouverture de la liberté, par quoi un être ne se définit plus simplement par la nature. Comment rendre compte de la distinction de l&#8217;être en soi et de l&#8217;être pour soi ? L&#8217;être en soi, c&#8217;est l&#8217;existence naturelle telle que nous l&#8217;avons définie, mais c&#8217;est aussi l&#8217;existence des objets en général. L&#8217;être pour soi, c&#8217;est donc l&#8217;être qui n&#8217;existe pas seulement en soi mais aussi pour lui-même. Il s&#8217;agit de l&#8217;être conscient. D&#8217;où un véritable paradoxe de la conscience de soi, mis en évidence par l&#8217;étude comparative des modes d&#8217;existence de la nature et de l&#8217;homme : celle-ci désigne en même temps une identité et une distance. Une identité, parce que la conscience est bien conscience de soi et pas d&#8217;autre chose. Une distance, parce que pour prendre conscience de soi il faut se mettre à distance de soi. L&#8217;être pour soi, c&#8217;est l&#8217;être qui n&#8217;est pas simplement ce qu&#8217;il est, c&#8217;est-à-dire qui n&#8217;est pas en soi. L&#8217;être pour soi doit toujours redéfinir son existence, c&#8217;est-à-dire se poser comme le sujet de celle-ci. On peut donc dire que le pour-soi renverse le rapport de l&#8217;existence et de l&#8217;essence : pour l&#8217;être conscient, l&#8217;existence précède l&#8217;essence.
&#8203;Mais dans quelle mesure l&#8217;existence naturelle est-elle maintenue pour l&#8217;être pour soi ? Hegel, à ce sujet, parle d&#8217;une double existence ;comme si existences naturelle et consciente, c&#8217;est-à-dire libre, coexistaient chez lui et se superposaient. Mais il n&#8217;en va pas de la sorte car, en ce qui concerne ce qui relève de la nature, on peut constater que l&#8217;être pour soi n&#8217;y a pas un rapport naturel. Il est donc possible de dire que le pour soi ronge l&#8217;en soi. Pourquoi ? Parce que l&#8217;être pour soi est l&#8217;être qui n&#8217;est pas immédiatement ce qu&#8217;il est, celui dont l&#8217;existence ne se conforme pas à une définition préétablie. L&#8217;être pour soi, fondamentalement, c&#8217;est l&#8217;être qui a à être ce qu&#8217;il doit être. Parce qu&#8217;il a une conscience, lh&#8217;omme est un être qui rencontre n&#8217;écessairement la question de ce que doit être un homme. Comment qualifier l&#8217;existence que doit mener l&#8217;esprit ? Non pas comme la conformité à une définition préétablie, mais comme un devenir. L&#8217;existence de l&#8217;esprit n&#8217;est donc pas naturelle, mais bien plutôt historique. Cela revient à dire que le moi n&#8217;est pas une nature, mais une histoire.
Hegel affirme en outre que la conscience de soi ne désigne pas une station mais un itinéraire. (Cf. Phénoménologie de l&#8217;esprit). Qu&#8217;est ce que cela signifie ? Que la conscience de soi ne précède pas son itinéraire, sinon comme simple structure réflexive de la pensée, dont le sujet peut parvenir à prendre conscience par l&#8217;introspection, c&#8217;est-à-dire par l&#8217;analyse de ses propres représentations. Elle ne précède pas son itinéraire ; elle est réellement cet itinéraire, c&#8217;est précisément en cela qu&#8217;elle possède réellement un existence historique. Selon Hegel, le propre de la conscience de soi, c&#8217;est d&#8217;être un itinéraire à l&#8217;échelle de l&#8217;humanité comme à l&#8217;échelle de l&#8217;individu. Et le propre de cet itinéraire c&#8217;est qu&#8217;il désigne le parcours de certaines positions nécessaires. Ainsi, par exemple, le scepticisme est connu par tout homme, et constitue à la fois un mouvement de l&#8217;histoire de la philosophie et de l&#8217;histoire des civilisations, car il caractérise tout moment où l&#8217;individu ou la société effectue une remise en cause des dogmes qui la fondent. Le scepticisme apparaît à Hegel comme une figure de la conscience de soi, qui se réalise aussi bien à l&#8217;échelle individuelle qu&#8217;à l&#8217;échelle de l&#8217;humanité toute entière. L&#8217;histoire de l&#8217;humanité, c&#8217;est l&#8217;histoire de l&#8217;esprit prenant conscience de lui-même.
Mais comment l&#8217;individu et l&#8217;humanité font-ils pour prendre respectivement conscience d&#8217;eux-mêmes ?

II) LA METHODOLOGIE HEGELIENNE DE LA PRISE DE CONSCIENCE DE...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet ""l'introduction a l'esthétique " de HEGEL" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit