LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<<

Séance 9 : Le fait divers, la p ...
COMMENT ANALYSER UN POÈME
Remarq ...
>>


Partager

La science peut-elle détruire toutes les croyances ?

Echange

Aperçu du corrigé : La science peut-elle détruire toutes les croyances ?



Document transmis par : Lau972-265156


Publié le : 1/11/2015 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
La science peut-elle détruire toutes les croyances ?
Zoom

La science peut-elle détruire toutes les croyances ?
 
 
   C’est une des plus importantes questions de notre monde actuel : les progrès imminents de la science en font un problème fondamental, qui ne peut être ignoré. La science peut-elle détruire toutes les croyances ? Quand la science aura atteint son apogée, tout ce en quoi nous avons cru, qui n’était jusqu’alors pas démontrable sera-t-il réduit à néant ? Ces questions ne constituent que la partie visible de l’iceberg, et la philosophie veut que la réflexion autour de ce problème soit plus profonde. Tout d’abord, qu’est-ce que la science ? L’opinion commune veut que la science soit un « ensemble cohérent de connaissances relatives à certaines catégories de faits, d\'objets ou de phénomènes obéissant à des lois vérifiés par les méthodes expérimentales », ou encore « Chacune des branches de la connaissance, du savoir (souvent pluriel), une connaissance approfondie d\'un domaine quelconque, acquise par la réflexion ou l\'expérience ». Mais originairement, la science et la philosophie semblent être une seule et même chose : la philosophie se veut connaissance de la totalité. Ce sont des disciplines théoriques qui consistent à étudier les lois de la nature grâce aux expériences, et aux mathématiques. C’est utiliser les protocoles expérimentaux pour définir les lois de la nature ; rien ne peut échapper à la curiosité de l’esprit. Dès lors, si la philosophie se définit comme étant connaissance de la totalité, la science n’est-elle pas partie de cette connaissance ? L’acte de naissance de chaque science consisterait donc à isoler dans le champ du réel un objet spécifique, et à se donner pour tâche d’élaborer un savoir objectif de cet objet. Le savoir a pour antonymes l’ignorance et l’opinion, mais aussi la croyance. Dès lors, qu’est-ce qu’une croyance ? Les croyances regroupent les formes d’adhésions aveugles, qui récusent toute rationalité. Toutes les croyances ne sont pas religieuses, même si la religion est une forme de croyance. L’étude de ce sujet présuppose que la science pourrait effectivement avoir le pouvoir de détruire toutes les croyances, et que par conséquent science et croyance s’opposent. Mais nous le savons la philosophie ne s’arrête pas aux évidences. La science en tant que savoir, peut être une forme de vérité. Il convient alors de se demander pourquoi l’homme aurait tendance à se réfugier dans les croyances, au lieu d’affronter les vérités, et s’il faut préférer la vérité aux croyances ? En ce sens, la réflexion philosophique s’orientera sur deux axes : la science est-elle une forme de vérité ? Ou n’est-elle pas, elle aussi une forme de croyance ?
 
 
   Saint Thomas d’Aquin définit la vérité comme étant « l’adéquation de l’intellect », c’est-à-dire la correspondance entre la chose et l’idée que l’on en a. La philosophie scolastique classe généralement la vérité dans les termes transcendantaux, parce qu’ils sont au-delà (trans) de ce qui est (ens), ainsi, ils ne sont pas définissables. Comme nous le fait remarquer Descartes, l’opinion commune admet que la vérité est « ce qui n’est pas faux ». Mais cette définition est purement nominale : elle ne définit absolument rien. Pour définir correctement la vérité, il faut cependant partir sur une base, c’est-à-dire définir ce qui pourrait être vrai ou faux. Les choses en elles-mêmes ne peuvent être vraies ou fausses : le soleil ne peut être ni vrai ni faux. Ce sont les discours que nous tenons sur ces choses qui sont ou vrais ou faux : si je dis que le soleil brille, on peut considérer cette déclaration comme vraie, si le soleil brille effectivement. La vérité serait donc l’action d’attribuer à un sujet un jugement qui exprime comment le sujet est réellement. Une proposition est par conséquent vraie quand elle décrit adéquatement la chose telle qu’elle est. De plus, selon Leibniz « Il y a deux sortes de vérités : celle des raisonnements et celle des faits. Les vérités de raisonnement sont nécessaires et leur opposé est impossible, et celles des faits sont contingentes et leur opposé est possible. ». Que veut dire Leibniz ? L’auteur nous dit tout d’abord que la vérité est plurielle. Les vérités de raisonnements qui sont nécessaires sont les vérités qui portent un jugement, par exemple, que la Terre tourne sur elle-même. Qu’elles soient nécessaires veut dire qu’elles ne peuvent être autrement. Dans notre conception des choses, il...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "La science peut-elle détruire toutes les croyances ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit