<br /> <br /> <br /> <br /> Sujet&nbsp;: Le travail s&rsquo;oppose-t-il &agrave; la nature humaine&nbsp;?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La pollution SOPHIE SCHOLL
 
* Sie ist ...
>>


Partager





Sujet : Le travail s’oppose-t-il à la nature humaine ?

Echange

Aperçu du corrigé :



Sujet : Le travail s’oppose-t-il à la nature humaine ?



Document transmis par : marionh-272437


Publié le : 17/2/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
<br />

<br />
<br />

<br />
Sujet : Le travail s’oppose-t-il à la nature humaine ?
Zoom





Sujet : Le travail s’oppose-t-il à la nature humaine ?

Le travail est une activité, mais également le résultat de cette activité, ce à quoi elle aboutit. La nature humaine représente l’ensemble des traits qui caractérisent le genre humain. Mais pourquoi il est dans la nature de l’homme de travailler ? Travailler veut dire gagner sa vie et subvenir à ses besoins, mais également dépense d’énergie vitale, perte de temps. Alors comment penser la positivité du travail ?

Autant les animaux sont adaptés au milieu naturel, autant l'homme lui est inadapté à ce milieu. L'animal est par nature et sous peine de disparition, adapté au milieu naturel: il dispose des moyens physiques et instinctuels nécessaires à sa survie et le milieu lui offre ce dont il a besoin. Toute inadaptation causée soit par une modification du milieu soit par une mutation se traduit par une disparition rapide de l'espèce. C'est la sélection naturelle des espèces. Or, en ce qui concerne l'homme, une telle adaptation ne s'observe pas. Dans les trois usages du mot culture : l’usage agricole, la formation de l’homme ainsi que culture chinoise, un donné primitif antérieur a été radicalement transformé par un travail. L'homme n'est pas chez lui dans la nature : il a des besoins auxquels il ne peut pas subvenir avec les moyens. L’Homme ne travaille pas pour s’adapter à la Nature, il travaille pour adapter la nature à ses besoins et ainsi assurer sa survie. L'homme est l'être qui produit lui-même ses conditions d'existence parce qu'elles ne sont pas immédiatement présentes dans la nature. C’est le travail qui transforme une clairière en champ, et un inculte en esprit cultivé. Le travail ne laisse pas les choses en l’état mais, en bouleversant un ordre donné, il permet l’émergence et le développement de ce qui était seulement virtuel. En ce sens, le travail est surtout l’activité par laquelle l’homme modifie les processus naturels pour en tirer profit, lui permettant ainsi d’entretenir sa vie, d’assurer sa subsistance. En effet, si la nature est force de croissance, le travail va être l’activité par laquelle l’homme fait croître lui-même les produits naturels dont il a besoin. C’est précisément le sens que l’on retrouve dans le mot « agriculture » : l’homme au lieu d’être soumis aux aléas de ce que produit la terre elle-même, se met à en contrôler les processus, compensant ainsi en partie les inconvénients des intempéries, et allant jusqu’à créer par hybridation de nouvelles espèces végétales et animales plus profitables pour lui, c’est-à-dire plus résistantes, plus productives. C’est ainsi, en travaillant, que l’homme s’affirme contre sa nature animale, il veut la dominer. Le point de vue du travail en tant que tel montre qu’il est nécessaire, donc une contrainte indépassable, mais du point de vue de ce qu'il offre ou permet, il est libérateur: il ne permet pas seulement de subvenir à nos besoins, il nous permet aussi de devenir indépendant à l'égard de la nature, au point d'ailleurs de devenir un danger pour les équilibres écologiques. Le travail constitue une médiation entre la nature et la culture humaine. Il confère à l'homme le statut d'humain, capable de transformer la nature et ainsi de se transformer lui-même continuellement. Cette dialectique met bien en évidence qu'il n'y a pas de nature humaine, ou plutôt, que s'il y a une nature, elle doit se transformer en une culture. Dans cette transformation de la nature par le travail, l'homme se reconnaît et reconnaît sa propre nature ; il y construit sa liberté.





Le travail exprime la relation primordiale de l'homme à la nature: pour survivre l'espèce humaine dépend de son milieu naturel, qu'elle transforme pour produire des biens utiles à l'existence des hommes. Aussi en même temps qu'il est le signe de la dépendance ou de la servitude de l'homme, le travail est aussi le remède à cette dépendance, le moyen de son dépassement. L'homme doit travailler, transformer les choses de la nature pour produire des biens utiles à son existence car bien qu'il soit un être naturel comme les autres espèces vivantes, sa façon d'être au monde fait de lui un étranger, un être exté...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "



Sujet : Le travail s’oppose-t-il à la nature humaine ?"
a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

<br /> <br /> <br /> <br /> Sujet&nbsp;: Le travail s&rsquo;oppose-t-il &agrave; la nature humaine&nbsp;?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit