Devoir de Philosophie

Franco Bahamonde Francisco, 1892-1975, né à El Ferrol (Galice), général et homme d'État espagnol.

Publié le 28/10/2013

Extrait du document

Franco Bahamonde Francisco, 1892-1975, né à El Ferrol (Galice), général et homme d'État espagnol. Chef de l'état-major central, le général Franco avait durement réprimé une insurrection dans la région minière des Asturies, en 1934. Envoyé en disgrâce aux Canaries, il vint à Tétouan, en 1936, prendre le commandement des garnisons marocaines qui s'étaient soulevées. Appuyé par toutes les forces de droite, il déclencha alors la lutte armée contre le gouvernement républicain espagnol et, après la mort de Sanjurjo, fut nommé généralissime puis chef de l'État (1936). Ce fut le début d'une atroce guerre civile qui dura trois ans, au cours de laquelle l'Allemagne et l'Italie fournirent à Franco des volontaires, des avions, du matériel et des armes, tandis que le gouvernement républicain espagnol recevait l'appui des volontaires étrangers (Brigades internationales). Pendant ce temps, l'Angleterre et la France déclarèrent vouloir rester neutres. Finalement, le général Franco l'emporta : Barcelone tomba le 26 janvier 1939 et Madrid, le 28 mars. Devenu le maître de l'Espagne, Franco, appelé caudillo (ou chef), installa un régime dictatorial, soutenu par les carlistes (traditionalistes), l'Église et la « Phalange «, seule organisation politique légale. Une « loi de succession «, en 1947, fit de l'Espagne un royaume dont Franco était le régent. Une autre loi, en 1966, remit à un Conseil de régence le soin de choisir le chef d'État qui succéderait à Franco ; cependant, dès 1969, c'est le prince Juan Carlos de Bourbon qui fut désigné par Franco. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Franco n'avait pas caché ses sympathies pour l'Allemagne et l'Italie ; il envoya même une division combattre sur le front russe (division Azul), tout en restant officiellement neutre. Mais, après la guerre, il réussit à rompre peu à peu l'isolement dans lequel l'Espagne se trouvait, notamment en signant un accord de défense avec les États-Unis en 1953, puis en entrant aux Nations unies en 1955. Il refusa pourtant de libéraliser le régime et laissa subsister des structures économiques arriérées. Les dernières années de son pouvoir furent celles d'une dure répression contre toutes les oppositions (basque, syndicale, de gauche). Mais le régime ne survécut pas à la longue agonie de son dictateur. Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats Asturies Brigades internationales Calvo Sotelo José carlisme Carrero Blanco Luis caudillo Espagne (guerre civile d') Espagne - Histoire - La guerre civile et la dictature de Franco ETA (Euskadi Ta Askatasuna, en français « le Pays basque et sa liberté «) guerres mondiales - La Seconde Guerre mondiale - La marche à la guerre Juan Carlos Ier Madrid Muñoz Grandes Agustín Phalange espagnole Pie - Pie XI Sanjurjo Sacanell José Suárez Adolfo Les médias Espagne - souverains et chefs d'État Les livres Franco Bahamonde Francisco, page 2054, volume 4 Espagne - le général Franco en visite dans les tranchées, page 1720, volume 3

Liens utiles