NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< CONNAISSANCE ET INTÉRÊT, Jürgen Habermas Une saison en enfer de Rimbaud: récit poétiqu ... >>


Partager

CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER ou CRITIQUE DU JUGEMENT, Emmanuel Kant

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER ou CRITIQUE DU JUGEMENT, Emmanuel Kant



Publié le : 20/9/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER ou CRITIQUE DU JUGEMENT, Emmanuel Kant
Zoom

L’examen de la faculté de juger, venant compléter les dispositions architectoniques des deux premières Critiques (les Critique de la raison pure et Critique de la raison pratique), permettait d’établir un terrain intermédiaire, du moins posé en tant qu’« intermédiaire entre l’entendement et la raison», et sur lequel Kant fit intervenir un élément d’argumentation imprévu, celui du sentiment de plaisir ou de déplaisir dû à Yappréhension de la forme d’un objet d’intuition (Intr., VII). Car, de même que le sentiment de plaisir se place entre la faculté de connaître et la faculté de désirer, le jugement peut être considéré comme le moyen terme entre l’entendement et la raison, et par conséquent, ainsi que l’explique Kant, «il ménagera un passage de la pure faculté de connaître, c’est-à-dire du domaine des concepts naturels, au domaine du concept de liberté, aussi bien qu’il rend possible dans l’usage logique, le passage de l’entendement à la raison».

 

L’appréhension de la forme d’un objet d’intuition instaure un jugement d’après des règles et non d’après des concepts: on y retrouve ainsi la faculté particulière du jugement esthétique, laissant jouer les facultés de connaître non plus comme elles jouaient dans la première Critique, au service exclusif de la science systématique, mais au bénéfice d’une finalité reconnaissable maintenant par l’effet de la réflexion. Il s’agit, autrement dit, d’un jugement réfléchissant, qui se fait «conformément au concept de nature dans le sujet » (Intr., VII). Sur la base de quoi, avec le jugement réfléchissant en général, qui est le jugement téléologique (Intr., VIII), Kant a introduit un type de jugement ayant pour caractéristique de chercher le général alors que seul le particulier lui est donné, et donc ne pouvant prescrire un principe à la nature, comme le fait le jugement déterminant qui subsume le particulier à partir du général. Le jugement téléologique vise certains objets de la nature suivant les principes particuliers qui sont du ressort d’un jugement réfléchissant : c’est-à-dire un jugement dépourvu de l’effet de déterminer des objets.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3517 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER ou CRITIQUE DU JUGEMENT, Emmanuel Kant" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit