LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< DELTEIL (Joseph) Delorme (Démesvar) >>


Partager

DELPHINE de Mme de Staël

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : DELPHINE de Mme de Staël



Publié le : 9/3/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
DELPHINE de Mme de Staël
Zoom

DELPHINE, roman épistolaire de Mme de Staël, publié à Genève (1802), puis à Paris (1803). Dans ce premier roman, comme dans Corinne cinq ans plus tard, c\'est « le sort des femmes, entièrement dans la dépendance des hommes » qui constitue le thème directeur. Mme de Staël dégage une configuration de caractères dont la rencontre construit la trame du récit, polarisé par la passion de Delphine — jeune veuve, empreinte d\'une éducation « romanesque et philosophique » toute de sentiments généreux — et de Léonce, caractère fier, véritable « oracle de l\'opi-nion », mais sensible et passionné, et engagé dans une union que Delphine elle-même a favorisée. Adulée puis calomniée, Delphine se suicidera et Léonce mourra de ses atermoiements. Passion scandaleuse (« les convenances de la société sont en opposition à la véritable volonté du cœur »), passion fatale (« les caractères de Léonce et Delphine ne se conviennent pas »), passion exemplaire dont la réflexion de Mme de Staël distribue les motifs sur les registres conjoints des caractères et des institutions (ce sont la religion et l\'éducation qui modèlent le caractère ; le mariage devrait consacrer l\'amour — Mme de Staël le croit encore), dont le jeu produit comme autant de types : Serbellane, l\'ami, exalté et froid ; Lebensei, sensible à la gloire et qui méprise l\'opinion ; Mme de Vemon surtout, la protectrice de Delphine, au rôle ambigu. Le roman, qui soulignait les vertus du divorce et prônait la « religion naturelle » (au moment même du Concordat), connut une réception tumultueuse et suscita des haines que justifiait son épigraphe : « Un homme doit braver l\'opinion, une femme s\'y soumettre. »




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "DELPHINE de Mme de Staël" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit