LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< DU CONTRAT SOCIAL ou Principes du droit polit ... Voyage au bout de la nuit Louis-Ferdinand C ... >>


Partager

DÉSESPÉRÉ (le). Roman de Léon Bloy

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : DÉSESPÉRÉ (le). Roman de Léon Bloy



Publié le : 24/10/2018 -Format: Document en format HTML protégé

DÉSESPÉRÉ (le). Roman de Léon Bloy
Zoom

DÉSESPÉRÉ (le). Roman de Léon Bloy (1846-1917), publié à Paris à la Nouvelle Librairie A. Soirat en 1886.

 

Le Désespéré est le livre le plus célèbre de son auteur, qui s\'en plaignait (mais de quoi ne se plaignait-il pas ?) : « Je suis l\'auteur du Désespéré, c\'est incontestable, mais seulement du Désespéré, et il en sera toujours ainsi, eussé-je écrit cent autres livres », constatait Bloy dans une Préface de 1912. Cet agacement, fréquent chez les écrivains devant le succès exclusif d\'un seul titre, se comprend d\'autant mieux que le Désespéré, livre foisonnant et d\'une incroyable violence, peut donner de l\'auteur une image caricaturale. Écrit à quarante ans, il naît d\'une exigence angoissée : faire le premier bilan d\'une vie.

 

Première partie. « Le Départ ». De Périgueux, où il assiste à l’agonie de son père, Caïn Marche-noir écrit à son ancien ami Alexis Dulaurier, romancier à succès, et lui demande de l\'argent, car il ne peut lui-même payer l’enterrement. Dulaurier répond en prodiguant de bons conseils : Marchenoir devrait rester dans sa paisible province plutôt que de revenir à Paris où il gagne si mal sa vie dans le journalisme littéraire. Marchenoir est en effet un pamphlétaire d’une terrible violence. En même temps que la lettre hypocrite de Dulaurier, il reçoit l’argent salvateur de son ami Leverdier, à qui il n’avait rien demandé (Leverdier n’est pas riche) et qui lui suggère une retraite à la Grande-Chartreuse.

 

Deuxième partie. «La Grande-Chartreuse». Plutôt que de rentrer à Paris où il retrouverait Véronique, prostituée sauvée par lui de la déchéance, Marchenoir se rend donc à la Grande-Chartreuse : la majesté du lieu et l’accueil que lui font les religieux redonnent un semblant d’espoir à celui qui « était né désespéré ». La grandeur de la règle de saint Bruno le touche, et Marchenoir reprend son grand travail entrepris sur le symbolisme de l’Église. Mais, lui explique son conseiller, le P. Athanase, sa place n’est pas au monastère, car tout montre qu’il aime Véronique. Cette révélation brise Marchenoir, qui pensait que leurs liens étaient simplement mystiques tant leur exaltation religieuse leur a fait repousser l’amour charnel.

 

Troisième partie. « Le Retour». Après un cauchemardesque retour en train, Marchenoir arrive à Paris. Avant de se rendre chez lui à Vaugirand, il rend visite à Leverdier qui lui apprend une terrible nouvelle : Véronique s’est défigurée pour n’être plus objet de tentation. Elle conserve pourtant une étonnante beauté.

 

Quatrième partie. « L\'Épreuve diabolique ». La vie continue avec Véronique et dans la même misère. Leverdier, à la suite d’une rencontre imprévue, apprend qu’un grand journal, le Pilate,




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1432 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "DÉSESPÉRÉ (le). Roman de Léon Bloy" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit