NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Odes et Iambes. Poèmes d'André Chénier (résum ... Donogoo-Tonka. Comédie en deux parties et en ... >>


Partager

Diaboliques (les). Recueil de nouvelles de Jules Barbey d'Aurevilly (résumé de l'oeuvre & analyse détaillée)

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : Diaboliques (les). Recueil de nouvelles de Jules Barbey d'Aurevilly (résumé de l'oeuvre & analyse détaillée)



Publié le : 24/10/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Diaboliques (les). Recueil de nouvelles de Jules Barbey d'Aurevilly (résumé de l'oeuvre & analyse détaillée)
Zoom

Diaboliques (les). Recueil de nouvelles de Jules Barbey d\'Aurevilly

 

(1808-1889), publié à Paris chez Dentu en 1874. Il comprend : « le Rideau cramoisi », « le Plus Bel Amour de Don Juan » (paru dans la Situation les 23 et 26 novembre 1867), « le Bonheur dans le crime », « le Dessous de cartes d\'une partie de whist » (paru dans la Mode les 5, 15 et 25 mai 1850 sous le titre : « Ricochets de conversation, I. Le Dessous de cartes d\'une partie de whist »), « À un dîner d\'athées », « la Vengeance d\'une femme ».

 

Cinq des nouvelles du recueil

(composées entre 1863 et 1873) étaient déjà écrites lorsque Barbey d\'Aurevilly, qui avait d\'abord pensé à Ricochets de conversation, choisit pour titre les Diaboliques. La publication de cet ouvrage suscita une vaste polémique ainsi qu\'une intervention du parquet. Barbey fit appel à ses relations pour éviter le procès ; Gambetta prit fait et cause en sa faveur ; un non-lieu fut prononcé le 21 janvier 1875 mais de nombreux exemplaires, qui avaient été saisis, furent détruits et l\'auteur attendit 1882 pour rééditer son texte (Paris, Lemerre).

 

Le Rideau cramoisi. Le narrateur voyage en diligence avec le vicomte de Brassard lorsque la voiture, en raison d’un léger accident se trouve arrêtée sous les fenêtres d’une demeure provinciale, dans une petite ville de l’Ouest Cette maison fut précisément le théâtre d’une tragique aventure de jeunesse pour le vicomte qui en entreprend le récit Jeune officier de dix-sept ans, il logeait en ce lieu même, chez un couple de bourgeois. Leur fille, Alberte, vint une nuit le rejoindre dans sa chambre. Peu de temps après, au cours d\'une de leurs étreintes voluptueuses, elle mourut mystérieusement dans les bras de son amant Affolé, il prit la fuite et aujourd’hui encore, il ignore ce qui advint ensuite. Soudain, Brassard et le narrateur aperçoivent une silhouette derrière le rideau cramoisi d’une fenêtre éclairée, et le vicomte croit reconnaître Alberte au moment où la voiture, enfin réparée, se remet en route.

 

Le Plus Bel Amour de Don Juan. Lors d’une conversation mondaine, le narrateur relate une anecdote qui lui a été rapportée par le comte Ravila de Ravilès, nouvel avatar de Don Juan. Ce dernier, au cours d’un dîner récemment organisé par plusieurs de ses conquêtes parisiennes et aristocratiques, a été prié de raconter l’histoire de son plus bel amour. Il révèle que la fille de l’une de ses anciennes maîtresses, âgée de treize ans, s\'accusa un jour auprès de son confesseur et de sa mère, en toute naïveté et toute bonne foi, d’être enceinte. D’après elle, cela lui était arrivé pour s’être une fois assise sur un fauteuil que Ravila venait de quitter. Tel est le plus beau souvenir amoureux de Don Juan.



Le Bonheur dans le crime. Se trouvant au Jardin des Plantes en compagnie du docteur Torty, le narrateur est soudain fasciné par un fier et superbe couple de promeneurs ; le docteur, qui connaît ces derniers, conte alors leur histoire. La belle Hauteclaire Stassin, professeur d\'escrime dans une petite ville de province, disparut soudain mystérieusement Appelé un jour au chevet de la comtesse de Savigny, le docteur découvrit que la fière Hauteclaire était devenue femme de chambre et partageait secrètement l\'amour du comte, Serlon de Savigny. La comtesse mourut quelque temps plus tard, empoisonnée par le contenu d’une fiole que lui avait fait boire sa femme de chambre; certaine qu’il ne s’agissait pas d\'un accident, Mme de Savigny agonisante, pour l’honneur de son nom, pria toutefois le docteur de garder ce crime secret Après sa mort, Hauteclaire devint comtesse de Savigny et le couple file désormais le plus parfait et scandaleux amour.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2354 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Diaboliques (les). Recueil de nouvelles de Jules Barbey d'Aurevilly (résumé de l'oeuvre & analyse détaillée)" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit