LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les Misérables 1845-1862 Victor Hugo (résumé ... Les affaires sont les affaires. Comédie en ... >>


Partager

Les DIEUX ont SOIF. Roman d'Anatole France (résumé de l'oeuvre & analyse détaillée)

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : Les DIEUX ont SOIF. Roman d'Anatole France (résumé de l'oeuvre & analyse détaillée)



Publié le : 24/10/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Les DIEUX ont SOIF. Roman d'Anatole France (résumé de l'oeuvre & analyse détaillée)
Zoom

Les DIEUX ont SOIF. Roman d\'Anatole France, pseudonyme d\'Anatole François Thibault (1844-1924), publié en feuilleton dans la Revue de Paris du 1S octobre 1911 au 15 janvier 1912, et en volume chez Calmann-Lévy en 1912.

Salué par un immense succès, ce livre va être considéré comme le chef-d\'œuvre d\'un écrivain qui ne publiera plus aucun texte majeur jusqu\'à sa mort. Anatole France est alors universellement reconnu comme un symbole vivant de l\'humanisme républicain et socialiste. On peut s\'étonner de le voir, dans ce roman, jeter un regard critique et désabusé sur la Révolution française, mythe fondateur de la IIIe République, exalté par l\'école laïque et l\'historiographie de gauche.

Le peintre Évariste Gamelin est un artiste médiocre mais un homme passionné et intransigeant Il est ardemment attaché aux idéaux révolutionnaires et admire sans réserve Marat et Robespierre qui, à la faveur des terribles événements du printemps 1793, prennent de plus en plus d’influence. Il aime Élodie Blaise, fille du marchand d’estampes qui lui paie, chichement, ses œuvres. Mais il conçoit une haine féroce pour le séducteur dont elle avoue avoir été victime autrefois, et qui, dans la ferveur révolutionnaire d’Évariste, ne saurait être qu’un aristocrate (chap. I -5). Ni l’affection naïve de sa mère ni la sagesse aimable et souriante du vieux libre penseur Brotteaux des Mettes, ancien « traitant » ruiné, ne peuvent adoucir le sombre caractère du jeune homme. Mme de Rochemaure, ancienne maîtresse de Brotteaux, intrigue avec des émigrés et des financiers sans scrupules. Elle fait nommer Évariste juré au Tribunal révolutionnaire, dans l\'espoir de pouvoir lui faire servir ses intérêts.

Elle doit vite déchanter : dans le climat pesant de la Terreur, Évariste va se montrer de plus en plus impitoyable (6-11). Il envoie à la guillotine le malheureux Brotteaux, coupable d’avoir hébergé, par compassion, un prêtre réfractaire et une prostituée. Il charge un innocent qu’il prend à tort pour le suborneur d\'Élodie. Il refuse toute indulgence pour Fortuné Chassagne, l’amant de sa sœur Julie à qui il ne pardonne pas de s\'être enfuie avec ce « ci-devant noble et officier». Le régime semble pris d’une folie sanguinaire ; selon la formule de Camille Desmoulins qui inspire le titre du roman, « les dieux avaient soif ». Évariste n’est plus que l\'instrument froid et implacable de cette violence d’État (12-15).

Il a donc lié son destin à celui de Robespierre et tombe avec lui en thermidor 1794. Après l\'avoir idolâtré, Élodie le remplace dans son cœur par le graveur Desmahis, jouisseur sans idéal, dont l’opportunisme est tout le contraire de la raideur morale incarnée par Évariste Gamelin (16-29).

 

L\'Éducation sentimentale de Flaubert avait, un demi-siècle plus tôt, remis en cause le genre du roman historique dans sa forme et ses mythes. Le souvenir de 1789 n\'était, pour les héros, qu\'un amas de stéréotypes et l\'occasion d\'un malentendu fondamental : confondre un passé glorieux avec un présent irrémédiablement médiocre ne pouvait suffire à rendre ce dernier moins insignifiant. Le romantisme tardif du Quatrevingt-Treize de Victor Hugo (1874) restaurait malgré tout l\'image exemplaire d\'une Histoire héroïque, d\'une épopée où passion et idéal justifiaient la violence et l\'excès.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2524 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les DIEUX ont SOIF. Roman d'Anatole France (résumé de l'oeuvre & analyse détaillée)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit