NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Guerre du feu (la) de Joseph Henri Boex, dit ... La Condition humaine d'André Malraux (analyse ... >>


Partager

Discours sur l'origine et les FONDEMENTS DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES. Traité de Jean-Jacques Rousseau (analyse détaillée)

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : Discours sur l'origine et les FONDEMENTS DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES. Traité de Jean-Jacques Rousseau (analyse détaillée)



Publié le : 22/10/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Discours sur l'origine et les FONDEMENTS DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES. Traité de Jean-Jacques Rousseau (analyse détaillée)
Zoom

Discours sur l\'origine et les FONDEMENTS DE L\'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES. Traité de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), publié à Amsterdam chez Marc-Michel Rey en 1755.

 

Rousseau écrivit ce texte en réponse à une question posée par l\'académie de Dijon en 1753 : « Quelle est l\'origine de l\'inégalité parmi les hommes et si elle est autorisée par la loi naturelle ? » Dans les *Confessions (livre VIII) Jean-Jacques souligne qu\'il médita cet ouvrage dans la forêt de Saint-Germain, l\'âme exaltée. Il découvrit alors l\'idée maîtresse qui habite le Discours : la nature est innocente et tous les maux de l\'homme ne viennent que de lui-même. Apprécié par Diderot, moqué par Voltaire (« On n\'a jamais employé tant d\'esprit à nous rendre bêtes », lettre à Rousseau du 30 août 1755), le texte ne reçut pas le prix de l\'académie. L\'œuvre, à partir de références fort nombreuses, ouvre une réflexion politique, anthropologique, philosophique radicalement nouvelle : l\'inégalité parmi les hommes est un produit de l\'histoire sociale, il s\'agit d\'en tracer la genèse à partir d\'une origine peut-être inassignable ; l\'inégalité n\'a plus de fondement ni en la nature ni en Dieu.

 

Citons ici seulement quelques œuvres que Rousseau utilise pour le plus souvent en démasquer les erreurs ou, pis, les mauvaises intentions cachées. La Politique d\'Aristote, la République de Platon, les textes de Cicéron. Il a lu le Léviathan de Hobbes, le Deuxième Traité sur le gouvernement civil de Locke, *De l\'esprit des lois de Montesquieu. Il connaît les théories de l\'école du droit naturel dont les textes avaient été traduits en français par Barbeyrac : de Grotius, Du droit de la guerre et de la paix (1625) ; de Puffendorf, les Huit Livres sur le droit de la nature et des gens (1673). Rousseau a lu aussi les Principes

du droit naturel (1751) et les Principes du droit politique (1751) du Genevois Burlamaqui. La théorie empiriste-sen-sualiste de la connaissance que défend Rousseau s\'inspire étroitement de VEssai sur l\'origine des connaissances humaines de Condillac (1746). C\'est sur VHistoire naturelle de l\'homme (1749, voir *Histoire naturelle, générale et particulière) de Buffon qu\'il s\'appuie pour tracer la genèse de l\'homme physique. Enfin, et c\'est capital pour comprendre le Discours, Rousseau lit des récits de voyageurs qui relatent mœurs et coutumes des peuples antillais, africains, américains.

 

L\'interprétation que Rousseau donne de toutes ces lectures est critique. Son argument fondamental, toujours réitéré, est que les théoriciens du droit naturel, s\'ils ont compris qu\'il fallait remonter à un état de nature pour comprendre l\'émergence de l\'état civil (social), n\'en ont pas moins conçu cet état de nature (règne de la violence ou de la misère) tel qu\'il justifie la force du pouvoir politique et rend nécessaires les coercitions sociales. Ainsi l\'inégalité entre les hommes serait fondée dans la nature et plus précisément dans la nature humaine anarchique, toujours tentée par l\'abus. Les théoriciens de l\'état de nature - les voyageurs aussi dans leurs récits - confondent, quelquefois avec duplicité, l\'état naturel de l\'homme et l\'état où la civilisation l\'a conduit. L\'homme supposé des origines, le « sauvage » des voyageurs n\'est que l\'être dénaturé, dégradé par une longue évolution sociale. En un mot, Rousseau dénonce ici dans la réflexion de ses contemporains l\'incapacité de penser et de construire une histoire de l\'homme, une véritable genèse. Il reste qu\'on ne peut comprendre ce que l\'homme est devenu si l\'on ne se réfère pas à l\'état de nature. Constituer (retrouver ?) cet état est sans doute la




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5441 mots (soit 8 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Discours sur l'origine et les FONDEMENTS DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES. Traité de Jean-Jacques Rousseau (analyse détaillée)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit