NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< FOI (DE LA), Ambroise de Milan ESSAIS, Francis Bacon >>


Partager

ÊTRE ET LE NÉANT (L'), Essai d’ontologie phénoménologique, 1943. Jean-Paul Sartre

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : ÊTRE ET LE NÉANT (L'), Essai d’ontologie phénoménologique, 1943. Jean-Paul Sartre



Publié le : 23/9/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
ÊTRE ET LE NÉANT (L'), Essai d’ontologie phénoménologique, 1943.  Jean-Paul Sartre
Zoom

C’est en 1943 que parut la première édition de cet ouvrage, le plus célèbre de son illustre auteur: Jean-Paul Sartre. On fait même généralement remonter toute l’histoire de l’existentialisme français à cette première origine : c’est le point de départ de l’existentialisme athée, l’existentialisme

chrétien prenant naissance en 1927 avec le Journal métaphysique de Gabriel Marcel;

 

les deux livres ont d’ailleurs paru chez le même éditeur (Gallimard) et dans la même collection: la «Bibliothèque des Idées». L’idée directrice de l’ouvrage de Sartre vient de Husserl: «Toute conscience est

 

conscience de quelque chose.» Pour Sartre en effet, il n’existe pas, à proprement parler, d’inconscient. L’homme doit toujours être conscient de quelque chose et d’abord de lui-même. Tandis que la matière «résiste», que l’objet «consiste», que l’animal «subsiste», l’homme, seul, existe vraiment: il a toujours conscience d’être. C’est ce que Sartre appelle l’«être pour soi». Il l’oppose à la matière ou aux animaux qui eux constituent l’«être en soi». L’homme qui refuse de prendre conscience de son être s’englue dans ce que Sartre nomme « la mauvaise foi » et dans un univers qui est celui des «salauds». La mauvaise foi, chez Sartre, consiste à refuser de prendre conscience de soi-même, et notamment de sa liberté. Car pour Sartre, existence et liberté vont de pair: exister, pour un homme, c’est être libre. L’homme a toujours le choix de ses actes: il en est totalement responsable. Sartre dit ainsi: «L’homme naît libre, responsable et sans excuse.» Celui qui se réfugie dans de mauvaises raisons, prétextant n’avoir pu faire autrement, est donc un menteur, un tricheur, un truqueur. En effet, «refuser de choisir, c’est choisir de ne pas choisir» !




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "ÊTRE ET LE NÉANT (L'), Essai d’ontologie phénoménologique, 1943. Jean-Paul Sartre" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit