Fiche de lecture du roman Pour la sociologie de Bernard Lahire

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Beaumanoir Fiche de lecture du roman Nous ne sommes plus ... >>


Partager

Fiche de lecture du roman Pour la sociologie de Bernard Lahire

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : Fiche de lecture du roman Pour la sociologie de Bernard Lahire



document rémunéré

Document transmis par : schweppesletigre-309


Publié le : 12/11/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Fiche de lecture du roman Pour la sociologie de Bernard Lahire
Zoom

Pour la sociologie
Et pour en finir avec une prétendue « culture de l'excuse », Bernard LAHIRE
Éditions La Découverte, paru en 2016
Bernard Lahire dresse un véritable plaidoyer en faveur de la sociologie.
I – Origines des critiques de la sociologie
La sociologie contrarie la vision de l'homme libre en montrant que certains de nos comportements dépendent
inconsciemment de la société dans laquelle nous vivons (4ème blessure narcissique de l'humanité). Ainsi, elle est accusée, par
ceux qui voient en elle la remise en cause de leurs privilèges, de vouloir excuser les mauvais comportements sociaux.
II – L'excuse sociologique
Ce concept est utilisé le plus souvent par les dirigeants politiques après des actes de délinquance pour réaffirmer la
responsabilité individuelle et le libre arbitre : « Ce sont les criminels qui sont coupables des crimes » (p. 21) et non la
société. Cela correspond à la thèse selon laquelle les conditions sociales dans lesquelles un individu a grandi n'atténuent pas sa
responsabilité., ce qui va à l'encontre du principe des sciences sociales visant à établir des liens entre l'individu et son milieu.
III – Différencier compréhension et jugement pour punir
Pour punir un acte, il est nécessaire d'en comprendre les causes car il s'inscrit dans un contexte précis (rôle de la
sociologie). Or, ceux qui l'accusent de tenter d'excuser l'individu en expliquant son acte font une confusion entre la
compréhension qui passe par l'explication factuelle et le jugement qui implique la subjectivité. De plus, comprendre permet
de s'écarter de l'acte pour prendre en compte l'ensemble du problème et identifier les logiques qui l'ont rendu possible. Cellesci permettent de replacer les intentions individuelles dans des contextes plus larges et ainsi d'éviter la répétition de ces drames.
IV – Réfutation de la théorie du libre arbitre
La sociologie réfute cette théorie selon laquelle l'individu agit en toute connaissance de ce qui le détermine à agir. Elle
montre que l'homme est prédisposé à vivre en société et qu'il se définit par son milieu et ses expériences sociales →
« déterminismes sociaux » (ils ne permettent pas de prévision certaine des actes à cause de la complexité interne des individus
et l'impossibilité de réduire tout un contexte à une série finie de paramètres). La sociologie ne dit pas que l'individu ne fait pas
de choix, elle démontre que ces choix sont la conséquence du croisement de contraintes multiples (internes/externes).
V – La relation dominé/dominant
La théorie du libre arbitre légitime les dominants (pauvres responsables de leur pauvreté et riches méritent d'être
riches) en déréalisant les dominés (pauvreté évoquée comme quelque chose d'anodin en omettant toutes les répercutions
physiques et psychologiques qu'elle entraîne pour un individu → redéfinition de certains rapports) et en utilisant abusivement
la notion de consentement (nécessité de contextualiser : ne pas agir sous contrainte est différent d'agir par pure volonté).
VI – Qu'est ce que la sociologie
La sociologie analyse tous les domaines. Elle a permit à l'homme de mieux connaître la société qui l'entoure, d'établir
des « logiques » régissant les pratiques, de défaire les présupposés et de remettre en cause la monocausalité (les accidents de
la route après avoir bu dépendent aussi du manque de transport en commun et du mauvais état des routes). C'est aussi une
science relationnelle, qui ne consiste pas, comme l'affirment ses contempteurs, à rapporter tout événement isolé à un tout mais
au contraire de l'étudier indépendamment afin d'en comprendre les origines, les causes et l'impact. Tout comportement ne
résulte pas de la personnalité de l'individu mais de ses relations d'interdépendance passées et actuelles. De nombreux acteurs,
encouragés par la sociologie, utilisent les « forces de la compréhension » qui permettent la prévention d'autres actes
similaires, sans pour autant délaisser les « forces de répressions » qui visent &agrav...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Fiche de lecture du roman Pour la sociologie de Bernard Lahire Corrigé de 3023 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Fiche de lecture du roman Pour la sociologie de Bernard Lahire" a obtenu la note de : aucune note

Fiche de lecture du roman Pour la sociologie de Bernard Lahire

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit