NoCopy.net

HOMME QUI RIT (l') de Hugo

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Homme INNOMMÉ (l') Homme RÉVOLTÉ (L'), essai d'Albert Camus >>


Partager

HOMME QUI RIT (l') de Hugo

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : HOMME QUI RIT (l') de Hugo



Publié le : 19/1/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
HOMME QUI RIT (l') de Hugo
Zoom

HOMME QUI RIT (l\'), roman de Hugo (1869) contemporain du Théâtre en liberté, dans la phase décisive du combat contre l\'Empire. Pour préparer Quatre-Vingt-Treize, roman de la Révolution (1874), cette œuvre, hantée par Shakespeare, concentre l\'étude du phénomène « Aristocratie » dans la puissante Angleterre, sous le règne d\'une femme, entre deux siècles et deux dynasties, au moment du déclin de la monarchie louis-quatorzienne. Bourré de transpositions biographiques, extravagant et baroque, somme d\'un demi-siècle de carrière littéraire, ce roman méconnu est un livre de cauchemar et de fantasmes. Au bout de l\'exil et au bord du gouffre, Hugo retourne sa luxuriance en révolte suicidaire et panique, à la fois promesse et désespoir de la révolution.

 

L\'enfant Gwynplaine, dont une « orthopédie à l\'envers » a figé le visage dans l\'expression du rire, sauve de la neige une petite fille qui en restera aveugle, Déa. Ils sont recueillis par Ursus, saltimbanque érudit, misanthrope au grand cœur dont l\'ami est un loup, dressé à confirmer et démentir Hobbes. En face, l\'aristocratie anglaise donne l\'image dantesque de toute société historique : dénaturation (dont la mutilation de Gwynplaine « par ordre du roi » est l\'emblème) et perversion. Aimé pour sa monstruosité par lady Josiane, splendide incarnation rousse de la Fatalité sensuelle, le clown figé accède en coup de théâtre à l\'empyrée des Lords, fait de l\'enfer des pauvres. Comment faire entendre le vrai dans la fausseté d\'une société ? Gwynplaine jouait « Chaos vaincu », drame de « la victoire de l\'esprit sur la matière aboutissant à la joie de l\'homme » : par une inévitable contagion, le peuple riait du choc refusé de sa propre image. Les Pairs, s\'encanaillant à la boxe plus qu\'à Shakespeare, font même accueil au nouveau lord venu

HOMME RÉVOLTÉ (L )

 

« plaider la cause des muets » : redire les Misérables. La misère aliène aussi ceux qui en sont responsables ; le même rire secoue la dénégation de la déchéance et celle du crime. In extremis, Hugo sauve du désastre la fonction du poète annulée par la division sociale. Rendant au moment de leur mort le sourire à l\'homme et la vue à la femme, l\'amour sanctionne la véracité que prend alors « Chaos vaincu », chanté une dernière fois sur la barque de l\'exil. Espoir nécessaire et inutile, la parole poétique, achèvement anticipé de l\'humanité, exige de celui qui la prononce le sacrifice de sa vie. Depuis son échec complet dans le passage d\'un régime à l\'autre, du faux Empire à l\'incertaine République, ce roman visionnaire ne cesse, par Rimbaud, les surréalistes, les philosophes, de faire œuvre profonde.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : HOMME QUI RIT (l') de Hugo Corrigé de 1478 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "HOMME QUI RIT (l') de Hugo" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

HOMME QUI RIT (l') de Hugo

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit