LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< 1950 Janvier dans le monde (histoire chronolo ... Le Capitaine Fracasse (résumé) Gautier >>


Partager

Mademoiselle de Maupin. Double amour (résumé)

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : Mademoiselle de Maupin. Double amour (résumé)



Publié le : 13/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Mademoiselle de Maupin. Double amour (résumé)
Zoom

Mademoiselle de Maupin. Double amour

 

Ce roman parut à la fin de 1835 et au début de 1836, après une gestation relativement douloureuse : le jeune romancier s’était lié par contrat avec l’éditeur Renduel dès 1833. Il s’était mis à l’œuvre avec un enthousiasme qui ne se maintint guère, et aurait abandonné la rédaction de l’ouvrage sans le soutien — parfois autoritaire — de son père.

 

Le roman est précédé de sa célèbre Préface — qui a fait l’objet de plusieurs études critiques —, déclaration de guerre à l’hypocrisie du moralisme bourgeois triomphant au début de la monarchie de Juillet, et plaidoyer brillant et provocant pour la morale du plaisir. Cette Préface reprend les principes affirmés dès les premières poésies de 1830, dès Albertus, et qui continueront à être ceux de Gautier jusqu’à la fin de sa vie : « Il n’y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien » [voir Romantisme].

 

Synopsis. — Le roman se présente sous forme de lettres que le héros et l\'héroïne échangent avec leur ami(e) intime : le flou psychologique et social dans lequel se tient le correspondant convient à son rôle de simple utilité permettant l\'épanchement et l\'introspection de celui qui écrit. La compositicn est apparemment assez lâche mais suit une logique que l\'on peut reconstituer : longues confidences de D\'Albert, le héros du livre, jusqu\'au moment où il rencontre l’héroïne Madelaine de Maupin, récit de la vie de Madelaine de Maupin, idylle de D\'Albert et de Madelaine de Maupin. Notons cependant un déséquilibre à l’avantage du héros, dort l\'auteur analyse méticuleusement la psychologie.

 

D\'Albert est une excellente illustration du mal du siècle, et, par là, il est très proche du René de Chateaubriand. d\'Adolphe de Benjamin Constant et d\'Octave de la Confession d\'un enfant du siècle de Musset, son contemporain immédiat. Il s\'englue dans la monotonie de la vie quotidienne à laquelle il désire échapper, sans savoir quel but il désire réellement atteindre: «Je ne désire rien, car je désire tout. » I attend d\'une « attente frémissante » d\'impatience, mais p eine d\'inquiétude également, car il sait déjà, malgré son peu d\'expérience de la vie, que toute attente comblée est porteuse de désespoir. Ses rêves se cristallisent progress vement sur la femme. Il est conscient qu’il est beaucoup plus amoureux de l\'amour que des femmes réelles, car la femme qu\'il rêve doit se parer de toutes les perfections fcrmelles: elle doit être aussi belle que les œuvres d\'art la lui ont montrée, et vivre dans un luxe qui mettra sa beauté en valeur, étant bien entendu que la passion se nouera et se déroulera dans un contexte romanesque qui rompra avec la banalité du quotidien. Bien qu\'il soit très lucide quant au caractère démesuré de ses exigences et qu\'il conna sse des moments de découragement, d\'Albert attend avec confiance.

 

Il se décide pourtant à sortir de son inaction pour forcer la main du destin : il joue le jeu social de la coquetterie et fixe son choix sur Rosette, à laquelle il se lie d\'un amour plus intellectuel et plus sensuel que réellement sentimental : toujours à l’écoute de lui-même, il sait qu\'il n\'a pas « reconnu » Rosette et qu\'elle n\'est pas l\'incarnation de son idéal. La liaison se prolonge, jalonnée des jeux érotiques auxquels se plaît le héros, traversée d\'éclairs de bonheur, mais laissant cependant au héros l\'impression d’une insatisfaction : «Je n\'ai pas jeté sur [la] beauté [de Rosette] ce voile de perfection dont l\'amour enveloppe la personne aimée; — le voile d\'Isis est un voile transparent à côté de celui-là (...). Je n\'aime pas Rosette (...)». Au bout de cinq mois, il peut s\'écrier : « Ce bonheur me laisse froid; je le sens à peine, je ne le sens pas (...)». Cette prise de conscience est souvent douloureuse, parfois accompagnée de remords, mais l\'oblige à cerner son mal et à mettre en lumière ses propres contradictions : la lassitude, la satiété — malgré sa jeunesse —, et pourtant un désir si puissant qu\'il souhaite l\'impossible : «Je suis attaqué de cette maladie qui prend aux peuples et aux puissants dans leur vieillesse : — l\'impossible. Tout ce que je peux faire n\'a pas le moindre attrait pour moi (...). Pourquoi donc ne suis-je pas Dieu, puisque je ne puis être homme? » C\'est dans ce contexte psychologique qu\'il rencontre « un jeune




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2412 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Mademoiselle de Maupin. Double amour (résumé)" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit