NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Sous le soleil de Satan 1926 Georges Berna ... Hiroshima mon amour. Scénario de Marguerite D ... >>


Partager

OBERMAN. Roman épistolaire détienne Pivert de Senancour (analyse détaillée)

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : OBERMAN. Roman épistolaire détienne Pivert de Senancour (analyse détaillée)



Publié le : 21/10/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
OBERMAN. Roman épistolaire détienne Pivert de Senancour (analyse détaillée)
Zoom

OBERMAN. Roman épistolaire détienne Pivert de Senancour (1770-1846), publié à Paris chez Cérioux en 1804; réédition, avec une préface de Sainte-Beuve, chez Abel Ledoux en 1833, puis profondément remaniée, avec une préface de George Sand, chez Charpentier en 1840.

 

Le livre passe presque inaperçu au milieu du succès obtenu dans un registre voisin par le René de Chateaubriand, paru deux ans plus tôt. Le romantisme le redécouvre cependant à la faveur d\'un article très élogieux de Sainte-Beuve, en 1832, et, dès lors il est lu par les « enfants du siècle » comme un véritable « manuel de Pâme moderne » (B. Le Gall).

 

Dans l’édition de 1804, le roman ne comprend que 89 lettres. Senancour en ajoutera deux autres par la suite. Oberman, c\'est-à-dire l’« homme des hauteurs »f s’adresse à un mystérieux ami dont on ne lira jamais les réponses. Dans les «Observations» qui la précèdent l\'auteur prétend n\'être que l\'éditeur de cette correspondance qui s’étend sur neuf années.

 

Jeune homme rebuté par la vie sociale, Oberman va chercher l\'apaisement dans les montagnes suisses. « Pourquoi la terre est-elle ainsi désenchantée à mes yeux ? » (lettre I). Il décide de confier ses expériences à son ami (an I, lettres l-IX). Mais ses affaires le rappellent à Paris. Il cherche d’autres formes de solitude dans la forêt de Fontainebleau ou dans les livres qu\'il dévore

(an II, lettres X-XXV). Une aventure sentimentale le détourne à peine de l\'ennui qui le ronge (an III, lettres XXVI-XXXV). Les années IV et V ne laissent qu’un bref fragment, méditation amère sur l\'homme et son bonheur. Reparti vers Lyon et les vallées alpestres, Oberman croit avoir trouvé la paix qu’il attendait dans le climat romantique de la nature sauvage où il aime se promener à l’aventure. L’écriture lui paraît un moyen de lutter contre le temps et le vide de l\'existence : « Si les heures que l’on passe à discuter sont ordinairement perdues, celles qu\'on passe à s’écrire ne le sont point » (lettre XLIV). Il approfondit les maximes d\'une sagesse austère et détachée des choses (an VI, lettres XXXVI-XLIX). Il erre encore entre Lyon et Paris (an VII, lettres L-UI), avant d’aller s\'établir sur les hauteurs qu’il préfère à Imenstrom, dans un domaine rustique et isolé où il voudrait atteindre la tranquillité à laquelle il aspire : « Dans ma chambre bien close, j’oublierai tout le reste : je deviendrai étroit comme ma destinée, et peut-être je parviendrai à croire que ma vallée est une partie essentielle du monde » (lettre LXV1II). 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "OBERMAN. Roman épistolaire détienne Pivert de Senancour (analyse détaillée)" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit