LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quel rôle joue l'amour dans Les Liaisons dani ... PSYCHOLOGIE COMME SCIENCE FONDÉE SUR L’ ... >>


Partager

RÉFLEXIONS SUR LES CAUSES DE LA LIBERTÉ ET DE L’OPPRESSION SOCIALE, 1955. Simone Weil

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : RÉFLEXIONS SUR LES CAUSES DE LA LIBERTÉ ET DE L’OPPRESSION SOCIALE, 1955. Simone Weil



Publié le : 30/9/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
RÉFLEXIONS SUR LES CAUSES DE LA LIBERTÉ ET DE L’OPPRESSION SOCIALE,  1955.  Simone Weil
Zoom

L’élaboration de ce mémoire repose à la fois sur une vive critique de Marx, et sur son éloge: l\'analyse historique et la méthode matérialiste de l\'auteur du Capital* sont pertinentes, mais il s’est trompé quant aux perspectives de la révolution ouvrière et du progrès technique, car ces mouvements n’aboutissent qu’à une plus grande oppression sociale. La démocratie ouvrière de Marx reste une utopie méprisée par le socialisme soviétique ; le mot de révolution n’est plus que vide de sens. Reste une oppression toujours plus puissante, commune à toutes les collectivités, qu’elles soient capitalistes ou communistes. Cette oppression manifeste le mode même du fonctionnement social, à savoir la nécessité pour la production que l’homme domine l’homme. «La puissance enferme une espèce de fatalité qui pèse aussi impitoyablement sur ceux qui commandent que sur ceux qui obéissent», mais elle demeure inéluctable pour tenter de parvenir à un bien-être social — par les progrès techniques — qui, par le fait même, recule toujours plus. Pourtant l’homme pense ; dans sa pensée, il rêve d’une liberté sans limite. Or, le seul contrepoids possible à la société oppressive est cette pensée, qui ne peut se laisser contraindre. «Là, l’individu dépasse la collectivité.» La société idéale (utopique)





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "RÉFLEXIONS SUR LES CAUSES DE LA LIBERTÉ ET DE L’OPPRESSION SOCIALE, 1955. Simone Weil" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit