LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Drogues : le malentendu franco-néerlandais La violence à l'école >>


Partager

1996 : Nouvelle-Calédonie : référendum d'autodétermination ou troisième voie ?

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : 1996 : Nouvelle-Calédonie : référendum d'autodétermination ou troisième voie ?



Publié le : 4/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
1996 : Nouvelle-Calédonie : référendum d'autodétermination ou troisième voie ?
Zoom

Les accords de Matignon, qu\'un référendum national a avalisés le 6 novembre 1988, ont ouvert une décennie censée être tout entière vouée au rééquilibrage économique de la Nouvelle-Calédonie en faveur des deux provinces - à majorité kanake - les moins développées, mais désormais dotées d\'un pouvoir régional élu.

 

A l\'issue de ces dix années, soit en 1998, seuls les Calédoniens ayant voté en 1988 et leurs enfants devenus majeurs depuis

 

seront, en principe, invités à se prononcer par référendum sur l\'avenir de la Nouvelle-Calédonie :

 

accès à l\'indépendance ou maintien de l\'archipel dans la République française.



aux accords de Matignon : soit indépendantistes et anti-indépendantistes parviennent à s\'entendre sur une formule politique permettant la poursuite des mutations économiques engagées ; soit, faute de consensus, le scrutin référendaire de 1998 mettra à nouveau face à face partisans et adversaires de l\'indépendance, sans qu\'aucune des deux parties ne soit en mesure d\'accepter la solution votée par l\'autre. Pour éviter le retour à une crise ouverte, le gouvernement français cherche à substituer à ce « référendum-couperet » un accord préalable qui le rendrait caduc. A cette fin, il invite le FLNKS et le Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR) à faire des concessions mutuelles, et propose des compensations à chacun des deux mouvements antagonistes. Tout en garantissant aux « loyalistes » le maintien d\'une forme de souveraineté française sur la Nouvelle-Calédonie, l\'État voudrait aider les indépendantistes à acquérir une usine




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 984 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "1996 : Nouvelle-Calédonie : référendum d'autodétermination ou troisième voie ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit