NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< correction DROIT DES AFFAIRES Abeilles et Pesticides >>


Partager

Chapitre 2 : les régimes totalitaires

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Chapitre 2 : les régimes totalitaires



document rémunéré

Document transmis par : helpdevv-322318


Publié le : 17/4/2021 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Chapitre 2 : les régimes totalitaires
Zoom

Chapitre 2 : les régimes totalitaires I- La mise en place des régimes totalitaires Le stalinisme en URSS Lénine meurt en 1924 : Staline lui succède. Il élimine ses principaux opposants (Trotski, Zinoviev, Kamenev) au sein du PCUS (= Le Parti communiste de l\'Union soviétique) qui était le seul parti politique autorisé l’URSS entre 1925 et 1989. Il s’impose comme l’homme fort du parti et de l’État en 1929 et met en place un régime totalitaire. L’idéal soviétique est le communisme (idéologie cherchant à instaurer une société égalitaire sans classes sociales, sans état, et sans propriété privée, elle est fondée sur la propriété collective des moyens de production). Staline s’est inspiré du philosophe allemand Marx qui prévoyait qu’une société communiste, c’est-à-dire sans classes sociales et sans État, serait mise en place après une révolution anti-bourgeoise et une période de dictature du prolétariat. Après la révolution d’octobre 1917, les bolcheviks abolissent la propriété privée mais cela suscite l’hostilité des paysans et désorganise l’économie. En 1928, Staline décide d’accélérer la collectivisation (prise de possession des moyens de production par l’État) et la planification (définition d’objectifs de production) de la production industrielle. Le fascisme en Italie En Italie, le parti fasciste, créé par Mussolini en 1919, apparaît comme le seul rempart à ces troubles. Le 28 octobre 1922, il organise la « marche sur Rome » : bien que menaçant de faire un coup d’État, ses troupes ne font que défiler dans Rome, ce qui suffit à effrayer le roi Victor-Emmanuel III, qui le nomme alors Premier ministre. L’arrivée des fascistes au pouvoir est légale. Son parti organise des violences politiques, comme l’assassinat du député socialiste Matteotti en 1924. Le PNF en profite pour faire adopter les lois fascistissimes (1925-1926) qui établissent une dictature : les libertés publiques sont suspendues et Mussolini reçoit les pleins pouvoirs. Le projet du fascisme (idéologie nationaliste antidémocratique et impérialiste qui cherche à restaurer la grandeur de l’Italie) souhaite créer un peuple de guerriers, soumis à l’autorité de Mussolini, afin de permettre au pays de retrouver la grandeur de l’Empire romain. Initialement, cette doctrine n’est pas raciste mais elle le devient en 1938, lorsque l’Italie s’allie à l’Allemagne : dès lors, un antisémitisme d’État est mis en place (les juifs sont recensés et les juifs étrangers sont expulsés du pays). Le nazisme allemand En Allemagne, dans un contexte de crise économique, le parti nazi apparaît comme le seul rempart efficace. Après une tentative ratée de coup d’état en 1923 (qui mène Hitler en prison où il rédige Mein Kampf), le parti nazi est majoritaire au Reichstag (parlement allemand), Hitler est alors nommé chancelier par le président Hindenburg le 30 janvier 1933. Son accession au pouvoir est démocratique. Après le décès du Président Hindenburg en août 1934, Hitler cumule les fonctions de Président et celles de Chancelier. Le nazisme (idéologie fondée sur le racisme, l’antisémitisme et le rejet de la démocratie prônant l’inégalité des races et la supériorité de la race aryenne) apparaît dans un livre rédigé en prison entre 1924 et 1925, intitulé Mein Kampf, où Hitler théorise la supériorité de la race aryenne (nom donné par les nazis à la prétendue race germanique supérieure d’origine nordique). Au nom de cette idéologie, une politique antisémite est mise en place : les magasins juifs sont boycottés et les juifs sont marginalisés par les lois de Nuremberg (1935). Par ailleurs, Hitler souhaite conquérir un vaste




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1802 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Chapitre 2 : les régimes totalitaires" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit