NoCopy.net

COLBERT et Le colbertisme

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< LES COLÉOPTÈRES >>


Partager

COLBERT et Le colbertisme

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : COLBERT et Le colbertisme



Publié le : 3/2/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
COLBERT et Le colbertisme
Zoom

Le colbertisme

 

Les idées de Colbert s’inspirent directement du mercantilisme de Barthélemy Laffemas (1545-1611), économiste autrefois au service d’Henri IV Selon lui, l’État tire sa puissance de l’argent qu’il détient et, pour se procurer des ressources financières, il faut exporter beaucoup et importer peu. Il convient donc d’augmenter la production qui, elle-même, alimente le commerce. Pour assurer l’exportation, il est nécessaire de ménager des débouchés à nos marchandises et de les offrir au plus bas prix et de la meilleure qualité. Pour réaliser toutes ses conditions, Colbert, loin de favoriser la naissance d’une bourgeoisie entreprenante, décide de mettre la production et la vente sous le contrôle de l’État. Profondément dirigiste, le colbertisme n’était pas pour déplaire au roi, soucieux de détruire “l’esprit frondeur” où qu’il soit.

 

Sans négliger l’agriculture, Colbert porte ses efforts sur l’industrie dont dépend le grand commerce. Il dirige lui-même l’industrie à qui il fournit main d’œuvre et capitaux et dont il réglemente la production. La main d’œuvre est composée de spécialistes étrangers pour l’ingénierie et l’artisanat (italiens, allemands, espagnols) attirés par la France par de fortes primes et de hauts salaires. Les ouvriers apparaissent et avec eux, des conditions de travail effrayantes: pour obtenir des produits abondants et bon marché, les premiers travailleurs sont astreints à des journées de 12 à 14 heures, le nombre des jours chômés étant abaissé à 92 et les salaires maintenus très bas pour ce type de poste, essentiellement dans le textile (75% de la production nationale). Les premières grèves sont rudement réprimés et le compagnonnage apparaît alors: les artisans, les ouvriers se regroupent en associations secrètes.

 

Les capitaux, eux, proviennent des impôts dont Colbert surveille et améliore la collecte. Il dépense ainsi des sommes considérables pour créer et entretenir les manufactures royales et subventionner les entreprises privées. Le tout est doublé d’une réglementation terrible: les produits exportés doivent être de haute qualité pour gagner la clientèle. À un atelier de tissage, par exemple, on prescrit la qualité du fil à employer, les dimensions et la teinte à donner à chaque pièce; le fabricant est tenu de mettre sa “marque” sur ces produits. Des inspecteurs punissent les contrevenants d’une amende et même du pilori, sorte de carcan en bois installé sur les places: les malheureux commerçants étaient ainsi exposés à la risée des foules pendant des heures.

 

Une industrie moderne

 

Sous l’impulsion de Colbert, les anciennes manufactures royales se raniment : tapisseries de La Savonnerie, des Gobelins, où l’on fabriquent le mobilier et les objets d’art destinés aux demeures royales et que Le Brun dirigera pendant vingt-trois ans. Une manufacture des glaces (fabrique du verre, de miroirs, de flacons) est créée fau-

1666, fut présidée, par Louis XIV.

Lauros-Giraudon

bourg Saint-Antoine et sera transférée à Saint-Gobain. De nombreuses entreprises privées prospèrent grâce aux interventions de Colbert sous forme de prêts et de privilèges accordés par le roi: ainsi les draperies Van Robais d’Abbeville, de Beauvais, d’Elbeuf, les fabrique de bas de Lyon et de Nîmes, les dentelles d’Alençon, les armes à Tulle et Saint-Etienne, les toiles de Bretagne, les fonderies de Rochefort et de Toulon - ces trois dernières oeuvrant à la reconstitution de la flotte royale pour permettre la colonisation et le commerce des denrées exotiques.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : COLBERT et Le colbertisme Corrigé de 1446 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "COLBERT et Le colbertisme" a obtenu la note de : aucune note

COLBERT et Le colbertisme

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit