NoCopy.net

Commentaire de texte - Thucydide

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<<
LE VALET ET SON MAÎTRE AU TH&Ea ...

Des territoires transformés pa ...
>>


Partager

Commentaire de texte - Thucydide

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Commentaire de texte - Thucydide



document rémunéré

Document transmis par : mahi-314291


Publié le : 1/5/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Commentaire de texte - Thucydide
Zoom

Commentaire de texte :

Texte de Thucydide, Histoire de la Guerre du Péloponnèse

 

« En choisissant que la Grèce restât libre, les Athéniens furent la cause du réveil de tout le monde grec et repoussèrent le Grand Roi – après les dieux, toutefois » VII. 139 Hérodote. Après les guerres médiques, qui voit l’affrontement entre l’immense empire Perse et les cités grecques, tous reconnaissent Athènes comme la cité la plus puissante et c’est dans cet état d’esprit que commence la période de la Pentécontaétie, qui représente la période entre les guerres médiques et la guerre du Péloponnèse entre 479 et 431. Dès lors, l’histoire devient exclusivement athénienne. Nous commenterons un extrait du premier livre de l’œuvre de Thucydide, Histoire de la Guerre du Péloponnèse. L\'historien athénien, Thucydide ne fait pas seulement y raconter l’histoire du conflit, entre 431 à 404, et qui voit s’opposer les deux plus puissantes cités grecques, Athènes et Sparte. Il réalise un vrai travail critique engageant une méthode scientifique. La division de l\'ouvrage est en huit livres mais elle est réalisée probablement a posteriori. Le premier livre, dont fait partie l’extrait, est le plus long. Il comprend la préface qui est composée des premiers temps de la Grèce, des commentaires sur la méthode adoptée et, surtout, de l’analyse des causes profondes et immédiates de la guerre. Nous ne savons pas grand-chose de la vie de l’auteur dont les seuls éléments sûrs proviennent des informations qu’il y délivre lui-même dans son œuvre. Thucydide, né vers 465, appartient à une famille athénienne aristocratique liée aux rois de Thrace et, semble-t-il, également à la famille de Cimon, personnage athénien central de la grande famille des Alcméonides. En effet, dans son œuvre, il nous dévoile qu’il exploite en Thrace les mines d\'or de Skaptêsylê, en Thrace. Il semble, selon les sources, que son intérêt à l’histoire ait été inspiré par Hérodote mais c’est Thucydide qui pose les fondements de la méthode historique. Il aurait également été sous l’influence du philosophe Anaxagore. En tout cas, il est élu stratège en 424 mais, il finit exilé d’Athènes pour ne pas avoir réussi à empêcher le Lacédémonien Brasidas de prendre Amphipolis. C’est pendant cet exil qu’il décide d’écrire sur la guerre du Péloponnèse, à laquelle il a donc participé en partie. Mais Thucydide ne finira jamais son œuvre, il s’arrête à la révolution qui renverse les Quatre Cents en 411 avant J.-C. Comme Hérodote, il écrit son livre pour les grecs et pour la postérité, afin que l’homme n’oublie pas son histoire. Depuis 508, la cité d’Athènes fait pour la première fois l’expérience de l’isonomie d’après les réformes de Clisthène et cela après avoir connu la tyrannie comme beaucoup d’autres cités grecques. Ce modèle est mis à l’épreuve lors de la première guerre médique, lorsque les armées de Cyrus, le roi perse débarque à Marathon en 490. Athènes décide d’affronter seule cette immense armée qui n’a encore jamais été défaite et gagne grâce à leur stratège, Miltiade, et surtout au modèle hoplitique consubstantiel à l’isonomie qui font leurs preuves. Athènes se montre comme le piller de la défense de la liberté de tous les grecs. Cette victoire est importante pour Athènes mais aussi pour les autres grecs qui pensent pouvoir se défendre et gagner contre la domination persique. Thémistocle, un grand stratège athénien qui a participé à la bataille, veut renforcer la cité contre une possible réponse perse à leur défaite mais les athéniens ont d’autres préoccupations, notamment les attaques répétées de l’île voisine, Egine, qui attaque la flotte marchande athénienne. En effet, à cette époque, Athènes n’a pas de flotte de guerre et Thémistocle y voit la possibilité pour sa cité de devenir la plus puissante de la Grèce ainsi que le meilleur moyen de défense contre la Perse, en 483. Il va convaincre le peuple athénien en utilisant le prétexte d’Egine d’utiliser les mines de Laurion pour doter Athènes de 200 trières en deux ans seulement. Cette révolution maritime va emmener le modèle politique athénien encore plus loin mettant en place la démocratie. En 490 a lieu la deuxième guerre médique, montrant la véracité des prédictions de Thémistocle. Les plus grandes cités grecs, Sparte, Corinthe, Athènes ou encore Egine décident de mettre de côté leurs dissensions pour s’unir face à la menace. Malgré la victoire athénienne de Marathon, le commandement des armées est donné à la cité de Sparte, reconnue pour ses qualités militaires. Cette fois, l’armée perse est conduite par Xerxès, le fils de Cyrus. Le Grand Roi va affronter les hoplites grecs conduits par Leonidas, le roi de Sparte, lors de la bataille des Thermopyles. Par leur surnombre, les perses sortent vainqueurs mais ils ont subi de très lourdes pertes. Ils continuent leur marche sur Athènes et grâce à la stratégie de Thémistocle et sa flotte, Athènes va triompher contre les perses à la bataille de Salamine, montrant une fois de plus sa supériorité au monde grec. Après la bataille de Platées, en 479, les troupes perses quittent l’Attique. Désormais, la Grèce veut s’unir dans une alliance pour prévenir une prochaine attaque perse qui après deux guerres en dix ans, leur semble plus que probable. De façon très naturel, Athènes est mise à la tête de cette alliance en 478 et cela grâce à son prestige acquit pendant les guerres médiques, son rayonnement culturel et maintenant sa supériorité navale. Cette alliance s’appelle la ligue de Délos.

                De quelle façon la ligue de Délos, conçue comme une alliance défensive entre les cités grecques contre la Perse, a-t-elle été utilisée par Athènes pour mettre en place son impérialisme sur toute la Grèce ?

                Dans un premier temps nous montrerons ce qui entoure la formation de la ligue de Délos. Puis, nous verrons la transformation de la ligue de Délos allant d’une alliance entre cités contre la Perse vers la domination d’Athènes sur les cités. Enfin, nous analyserons les moyens de l’impérialisme athénien pour désormais contrôler une grande partie de la Grèce, de l’Attique à l’Asie mineure.


 

                Après deux tentatives d’invasion de l’empire perse en dix en seulement, les grecs craignent une nouvelle tentative. Pour se protéger, et dans la continuité de la ligue de Corinthe de 480, les cités alliées décident de former une nouvelle ligue, la ligue de Délos. C’est une alliance militaire qui nécessite la mise en commun des moyens financiers ou matériels de chaque cité pour réaliser les expéditions.

Thucydide explique au début de l’extrait les conditions qui ont amené les athéniens à la tête de la confédération grecque en 478. Si l’on s’attarde sur le terme « hégémonie » cité à la première ligne, il comprend, en effet, les traités passés entre les cités qui accordent le commandement de toutes les forces armées réunies à l’une des cités que l’on appelle l’« hègémôn ». En effet, les cités grecques se sont déjà réunies lors d’une assemblée à l’isthme de Corinthe en 480 pour s’allier face à la menace imminente de l’immense armée perse de Xerxès. Cette première coalition grecque officielle a permis aux principales cités, les plus importantes de la péninsule balkanique, de mettre derrière eux leurs conflits afin de s’allier pour la défense de leur liberté. Il y a notamment, Sparte, Athènes, Corinthe ou encore Egine. En 480, la cité de Sparte, qui se situe au sud de la presqu’île du Péloponnèse, s’impose comme l’hègémôn de la ligue de Corinthe. La réputation des qualités militaires des lacédémoniens, qui se sont illustrés par exemple à la bataille des Thermopyles en 480, n’est plus à faire en Grèce. 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Commentaire de texte - Thucydide Corrigé de 5775 mots (soit 8 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Commentaire de texte - Thucydide" a obtenu la note de : aucune note

Commentaire de texte - Thucydide

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit