LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Jean-Patrick Manchette FRANK Bernard : sa vie et son oeuvre >>


Partager

La crise du « modèle » japonais

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : La crise du « modèle » japonais



Publié le : 5/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
La crise du « modèle » japonais
Zoom

Séisme de Kobé, attentat de la secte Aum, stagnation économique, guerre commerciale avec les États-Unis, crise politique persistante :

 

le Japon a traversé, en 1995, une passe difficile.



japonaises sont de plus en plus contraintes de délocaliser leurs productions vers des pays à bas salaires pour préserver leur compétitivité sur les marchés extérieurs. Comme en 1994, le nombre d\'entreprises industrielles créées dans le pays a reculé, alors que les investissements - en particulier dans les secteurs de l\'électronique et de l\'automobile - se sont surtout orientés vers l\'Asie, la Chine, mais aussi le Viêt-nam, la Thaïlande et d’autres pays de l\'ANSEA. Du fait du niveau élevé du yen, les exportations se sont quelque peu tassées. Aussi l\'excédent de la balance commerciale s\'est-il réduit, bien que très lentement (d\'environ 6 % sur l\'année), ce qui signifie qu\'en chiffres absolus cet excédent reste important : c’est une des raisons essentielles de la solidité du yen. C\'est pourquoi aussi les États-Unis ont continué à faire pression sur le Japon afin que ce dernier ouvre son marché aux voitures et composants automobiles américains. Après une détérioration des relations entre les deux pays, un compromis ambigu a été trouvé à Genève le 28 juin (les Japonais refusant notamment de chiffrer avec précision leurs objectifs d\'importations et d\'exportations d\'automobiles avec les États-Unis). Le climat des rapports nippo-américains n\'en demeure pas moins tendu.

 

Ces difficultés intérieures et extérieures ne pouvaient pas ne pas avoir de conséquences sur l\'équilibre politique japonais. Les élections sénatoriales partielles qui se sont déroulées en juillet ont souligné, comme on pouvait s\'y attendre, la faible popularité des partis de la coalition gouvernementale. Toutefois, le remaniement ministériel décidé par le Premier ministre Murayama (Parti socialiste) n\'est guère de nature à consolider son gouvernement. Les principaux ministres demeurent en place : Takemura (Parti des précurseurs) aux Finances, Kono (Parti libéral-démocrate) aux Affaires étrangères, et Hashimoto (également Parti libéral-démocrate) à l\'industrie et au Commerce extérieur. Le gouvernement reste tout aussi faible, miné par ses dissensions internes. En outre, à la fin du mois de septembre, le Parti socialiste a décidé de se fondre dans un rassemblement de gauche, sans pour autant parvenir, du fait de ses divisions internes, à définir précisément les contours de ce nouveau parti. Dans le même temps, le 22 septembre, Hashimoto devient le nouveau président du Parti libéral-démocrate, ce qui fait du ministre de l\'industrie et du Commerce extérieur un successeur probable du Premier ministre Murayama.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 980 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La crise du « modèle » japonais" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit