NoCopy.net

Elizabeth Ier et le protestantisme

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< lettre de motiviation Sujets d'oral pour bac de Français >>


Partager

Elizabeth Ier et le protestantisme

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Elizabeth Ier et le protestantisme



document rémunéré

Document transmis par : Kenzarzk-260136


Publié le : 10/5/2015 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Elizabeth Ier et le protestantisme
Zoom



Élisabeth Ier

Elisabeth Ire d'Angleterre est l'une des plus célèbres reines ayant régné sur l'Angleterre et l'Irlande. Son règne, qui débuta du 17 novembre 1558 jusqu'à sa mort en 1603 marqua profondément l'Angleterre, qui, à cette époque, et grâce à sa politique, était devenue l'une des plus grandes puissances mondiale de l'époque. Aujourd'hui encore, la souveraine britannique est considérée comme une haute figure de l'histoire anglaise et irlandaise, connue pour sa sévérité et sa politique en faveur du protestantisme...



Biographie d'Élisabeth Ier

Élisabeth Ier, fille illégitime d'Henri VIII et d'Anne Boleyn



Elisabeth Ier durant l'enfance

Élisabeth naît de l'union d'Henri VIII et d'Anne Boleyn. Enfantée hors mariage, alors qu'Henri VIII est déjà marié à Catherine d'Aragon, reine d'Espagne, Élisabeth est au départ considérée comme un enfant bâtard... Mais le sort en décide autrement, lorsqu'Henri VIII décide de mettre fin à son union avec la reine d'Espagne, pour finalement épouser sa maîtresse, Anne Boleyn, qui devient officiellement reine d'Angleterre.

Comme le veut le protocole, Élisabeth est rapidement enlevée à sa mère, pour être élevée par une nourrice à Hat Field House. Elle y reçoit une éducation des plus strictes, et apprend la musique, le théâtre, le protestantisme, ainsi les préceptes de bienséance. Tout se passe le plus paisiblement du monde, jusqu'à ce que le vent tourne pour sa mère, Anne Boleyn, qui multiplie les fausses couches, et semble incapable de donner un héritier masculin à Henri VIII.

Les choses dérapent alors, et Anne Boleyn est accusée d'inceste avec son frère, d'adultère et de haute trahison envers son époux le roi. Elle est décapitée après un procès des plus approximatifs le 19 mai 1536 à la Tour de Londres, et Henri VIII se remarie dans le même mois avec Jeanne Seymour, qui lui donnera rapidement un fils, nommé Edouard.

Élisabeth est dès lors considérée de nouveau comme une bâtarde, et perd son statut de princesse. Elle évolue désormais dans un milieu plus modeste, mais s'est vu accordé la faveur de vivre auprès de son demi-frère Edouard, futur prétendant au trône d'Angleterre.













Marie Tudor et Élisabeth Ier se battent pour le trône

A la mort d'Henri VIII, Édouard VI est déclaré roi d'Angleterre, mais meurt rapidement d'une maladie infantile. Le Lord Protecteur de l'époque, prend alors le pouvoir, dans l'attente de nommer un nouveau roi. La question se pose alors : doit-on couronner Marie, fille de la reine Catherine d'Aragon et d'Henri VIII ou Élisabeth, fille d'Anne Boleyn et d'Henri VIII ? Un complot naît alors pour écarter les 2 prétendantes au trône, et Jeanne Grey se voit nommée reine à leur place le 10 juillet 1553. Folle de rage, Marie envoi ses partisans à l'assaut du trône, et parvient à faire tomber Jeanne Grey après 9 jours de couronnement...

Marie Tudor prend alors possession du trône, et devient reine d'Angleterre. Elle y dispense une politique profondément catholique, et renverse les alliances originelles en servant les intérêts de l'Espagne. Durant son règne, Marie Tudor ne cesse d'entretenir des relations des plus tendues avec sa demie-soeur Élisabeth, et l'accuse rapidement d'être l'auteur d'un complot visant à renverser le pouvoir. Élisabeth Ier est alors incarcérée au Palais de Whitehall puis à la Tour de Londres. Marie se refuse cependant de l'exécuter. Mais elle tente de se débarasser de sa demie-soeur en l'invitant à se marier, mais Élisabeth Ier semble refuser l'intégralité de ses prétendants, assurant qu'elle préfère rester vierge à jamais.Élisabeth Ier se voit couronnée Reine d'Angleterre et se proclame « Reine Vierge »

Elisabeth Ise présente comme reine vierge

Marie décède cependant le 17 novembre 1558, et c'est désormais à Élisabeth Ier de prendre possession du trône. Elle a alors 25 ans, et son nouveau statut de reine, alors qu'il s'agit ni plus ni moins d'une fille illégitime du roi Henri VIII n'est pas sans créer des doutes au sein du Royaume. De plus, la crise religieuse qui sévit depuis déjà plusieurs années et qui oppose le catholicisme au protestantisme n'est pas sans attiser les tensions au sein de l'île.

Élisabeth Ier se voit plongée au coeur de conflits complexes, et doit rivaliser d'intelligence pour s'en tirer à bon compte, gagner le respect de ses pairs, mais aussi, se mêler à des complots terriblement dangereux pouvant menacer son trône. Très vite, Élisabeth Ier annonce publiquement son refus catégorique de se marier, et se proclame « Reine Vierge » pour l'intégralité de son règne. (Celle-ci vivra toutefois auparavant quelques idylles avec Robert Dudley, Robert d'Essex et Thomas Seymour).

Elle adopte une apparence des plus virginale au fil des ans, affiche un tein blafard et fait l'objet d'une grande coquetterie. Cependant, l'âge durcit son caractère, la rend colérique et lunatique, et fait d'elle une Reine crainte par la Cour. Elle décide dès lors de prôner les valeurs du protestantisme, et fait de l'anglicanisme une religion d'État dès 1559 : désormais, les évêques se doivent de prêter serment à la reine, et non à la papauté. Un véritable scandale pour l'époque ! Cette politique soulève quelques révoltes catholiques et puritaines, vites matées par la reine, qui est alors excommuniée par le Pape Pie V.







Les contemporains du règne d'Elisabeth Ière :

- Henri II, roi de France de 1547 à 1559- François II, roi de France de 1559 à 1560- Charles IX, roi de France de 1560 à 1574- Henri III, roi de France de 1574 à 1589- Henri IV, roi de France de 1589 à 1610- Ferdinand Ier, roi de Autriche de 1556 à 1564, empereur du Saint-Empire et roi des Romains depuis 1531.- Maximilien II, roi d'Autriche de 1564 à 1576, empereur du Saint-Empire et roi des Romains depuis 1562.- Rodolphe II, roi d'Autriche de 1576 à 1612, empereur du Saint-Empire et roi des Romains depuis 1575.- Mary Ière, reine d'Angleterre de 1553 à 1558- Marie Stuart, reine d'Ecosse de 1542 à 1567- James VI d'Ecosse, roi d'Ecosse de 1567 à 1603- James Ier, roi du Royaume-Uni de 1603 à 1625- Ivan IV, roi de Russie de 1547 à 1584- Fédor Ier, roi de Russie de 1584 à 1598- Boris Godounov, roi de Russie de 1598 à 1605- Philippe II, roi d'Espagne de 1556 à 1598- Philippe III, roi d'Espagne de 1598 à 1621- Gustave Ier Vasa, roi de Suède de 1523 à 1560- Eric XIV, roi de Suède de 1560 à 1568- Jean III, roi de Suède de 1568 à 1592- Sigismond Ier, roi de Suède de 1592 à 1599- Charles IX, roi de Suède de 1599 à 1611- Sébastien Ier, roi de Portugal de 1557 à 1578- Henri Ier, roi de Portugal de 1578 à 1580- Antoine Ier, roi de Portugal en 1580- Philippe Ier, roi de Portugal de 1580 à 1598- Philippe II, roi de Portugal de 1598 à 1621- Honoré Ier, seigneur de Monaco de 1523 à 1581- Charles II, seigneur de Monaco de 1581 à 1589- Hercule Ier, seigneur de Monaco de 1589 à 1604- Paul IV (Gian Pietro Carafa), pape de 1555 à 1559- Pie IV (Gianangelo de Medici), pape de 1559 à 1565- Pie V (Michele Ghislieri), pape de 1566 à 1572- Grégoire XIII (Ugo Buoncompagni), pape de 1572 à 1585- Sixte V (Felice Peretti), pape de 1585 à 1590- Urbain VII (Gian Battista Castagna), pape en 1590- Grégoire XIV (Niccolo Sfondrati), pape de 1590 à 1591- Innocent IX (Gian Antonio Faccinetti), pape en 1591- Clément VIII (Ippolito Albobrandini), pape de 1592 à 1605









Elisabeth Ier et l'Irlande

Les décisions religieuses de la reine ne sont pas sans déplaire aux Irlandais, alors très attachés au catholicisme. De plus, la volonté expansionniste de l'Angleterre pour s'étendre sur l'Irlande et dans d'autres pays éveille des tensions particulièrement fortes entre les irlandais et l'Angleterre.

Très vite, Élisabeth Ier n'hésite pas à menacer le clergé irlandais et ses partisans de se convertir, sous peine d'affronter l'armée britannique. Tout ces avertissements plongent alors l'Irlande et l'Angleterre dans un climat des plus explosif : les affrontements dégénèrent en bain de sang, et les tentatives de révolte irlandaise sont sans cesse écras&ea...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Elizabeth Ier et le protestantisme Corrigé de 5862 mots (soit 9 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Elizabeth Ier et le protestantisme" a obtenu la note de : aucune note

Elizabeth Ier et le protestantisme

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit